Black Friday : l’écologisme contre la croissance

Black Friday  : l’écologisme contre la croissance

 

Il fallaiat s’y attendre, le debat entre fin du monde et croissance  va continuer d’être hystérisé entre des écolos qui souhaitent une décroissance et les productivistes qui considèrent  que l’approche environnementale va tuer la croissance. Marc Guyot et Radu Vranceanu , Professeurs à l’ESSEC,  défendent dans la Tribune une approche économique très classique au nom des libertés. Il en profitent pour condamner les nostalgiques du collectivisme. Un article intéressant pour comprendre les clivage actuel entre fin du monde et croissance.

 

 

« Le Black Friday est une tradition de soldes aux Etats-Unis qui se diffuse dans le monde entier, soit à l’identique, soit dans un esprit propre à chaque pays. Il faut dire que le principe d’un jour dédié à une grande braderie n’est pas une nouveauté et est plutôt populaire par nature. Cette année, le Black Friday, qui semble être massivement adopté en France, a provoqué chez un certain nombre de responsables politiques des réactions surprenantes.

Dans le modèle économique de base expliquant la conjoncture de court terme, modèle consensuel utilisé aussi bien par les libéraux que par les interventionnistes, l’évolution mensuelle du chômage dépend de l’évolution mensuelle de la croissance du PIB qui lui-même dépend essentiellement de la vigueur de la consommation des ménages. A court terme, un accès de pessimisme des ménages qui les amènerait à consommer moins et à épargner plus conduirait à un tassement de la croissance et une moindre création d’emplois.

La guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis et le ralentissement des échanges mondiaux pèsent sur les exportations nettes et l’investissement, ce qui génère un ralentissement de la croissance mondiale qui touche aussi l’économie française. Dans ce contexte, le maintien d’une croissance suffisante pour absorber les nouveaux arrivants sur le marché du travail dépend du maintien de la consommation des ménages à un bon niveau. C’est vital aux Etats-Unis mais aussi dans tous les pays du monde. La consommation intérieure doit prendre le relais de l’investissement et des exportations pour que la machine à créer des emplois continue de tourner.

 

La conversion médiatique d’un certain nombre de responsables politiques à l’écologisme déconnecté de l’espace-temps complique un peu la donne. En effet, elle crée un dilemme entre la création d’emplois tirée par la consommation et une décroissance fantasmée comme la solution au changement climatique accompagnée d’injonctions flétrissant le consumérisme des masses populaires manipulées, comme il se doit, par les multinationales.

Dans le monde d’incantations et d’immédiateté de l’écologisme médiatique, l’innovation, les incitations et les taxes intelligentes comme la taxe carbone n’existent pas. En revanche, il existe des bons et des méchants et le camp du bien doit non seulement renoncer à prendre l’avion mais aussi interdire aux rustres sans conscience de surconsommer aux prétextes de soldes géantes à l’odieux accent yankee.

La révolte des gilets jaunes, autre sous-catégorie d’assimilés rustres consommant odieusement du gasoil, est venue en réaction à ce même type d’insensibilité face aux enjeux de pouvoir d’achat d’une part et aux enjeux d’espace-temps d’autre part, ici la mobilité dans les zones rurales.

Le succès du Black Friday est avant tout une conséquence normale d’une perception d’augmentation du pouvoir d’achat et un coup de fouet bien venu à la consommation dans une période de temps, anciennement appelé l’Avent, qui ouvre la période de Noël et l’achat des cadeaux.

Le problème avec ces contempteurs de rustres c’est que les vrais problèmes ne sont pas traités. Le recyclage, la diminution des emballages, l’optimisation de ce qui peut l’être ne se font pas à grand coup de condamnation mais avec des incitations appropriées venant des pouvoirs publics et en lien avec les entreprises. En effet, les firmes du secteur de la distribution et de la grande consommation savent à quel point, contrairement à ce qu’affirme l’écologisme-médiatique, les consommateurs sont devenus sensibles aux problématiques d’environnement. Les grandes firmes les plus réactives ont commencé une réflexion sur la baisse des quantités d’emballage et communiquent sur la recyclabilité de ceux-ci.

Le contexte concurrentiel, alimenté par la pression des consommateurs et des ONG, ne laisse pas d’autre choix qu’une course au vert qui devance la loi et les normes. Les entreprises cherchent d’autant plus à être ingénieuses dans cette course au vert que leurs collaborateurs les plus jeunes s’y retrouvent sincèrement et sont moins disposés à travailler dans des entreprises sans initiatives environnementales.

Le plus grand tort qu’on puisse faire à la défense de l’environnement c’est de laisser les nostalgiques du collectivisme s’approprier le sujet. Sous l’objectif apparent de contenir le réchauffement climatique et la pollution, ils alimentent des peurs servant à justifier la restriction des libertés individuelles, la mise sous tutelle de la propriété privée, de la libre entreprise et du marché concurrentiel en faveur d’une société planifiée du contrôle supposée nous conduire vers le bien commun tel qu’ils l’auraient défini. Les résultats du planisme sont prévisibles en cela qu’ils ont été les mêmes partout : pauvreté, restriction des libertés, corruption destruction de la nature et catastrophes écologiques majeurs.

Un succès du Black Friday à la française serait une bonne nouvelle pour la croissance et en aucun cas une mauvaise nouvelle pour l’environnement. Les enjeux climatiques se traitent à moyen terme avec un mix intelligent entre l’action publique et les initiatives privées grâce au contexte de prise de conscience générale des problématiques environnementales. »

0 Réponses à “Black Friday : l’écologisme contre la croissance”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol