Croissance en berne

Croissance en berne

 

Dans une récente étude menée par Euler Hermes et Bibby Financial, 56% des dirigeants de PME implantées dans 13 pays d’Europe, d’Amérique du Nord et d’Asie déclarent être préoccupés par la conjoncture mondiale, soit 9 points de moins qu’en 2017. « Cependant, seulement 20% des PME pensent que l’économie mondiale ira mieux, avec une chute de 30% par rapport à 2017″, expliquent les auteurs de l’enquête.

« Les risques de récession existent, et en 2020, l’économie mondiale enregistrera son rythme de croissance le plus faible depuis 2009 (+2,4%). Nous estimons que les défaillances d’entreprises à l’échelle mondiale croîtront de +8% en 2020, soit une 4ème année consécutive de hausse », explique Ludovic Subran, chef économiste d’Euler Hermes. L’instabilité politique de la présidence américaine et les relations diplomatiques chaotiques menées à coup de messages intempestifs sur Twitter ont suscité des inquiétudes chez les PME. Ainsi, la situation politique américaine est la première menace qui pèse sur la croissance économique planétaire pour 42% des répondants. Viennent ensuite le Brexit (35%) , l’augmentation des coûts des matières premières (23%), le protectionnisme et le déclin du commerce mondial (20%), et enfin la baisse des taux d’intérêt (16%).

Parmi les principaux défis évoqués dans les réponses, 42% des personnes interrogées redoutent une hausse des coûts de production. Viennent ensuite les craintes relatives à la régulation publique ou la législation (36%) ou la trésorerie (32%). Le manque de personnel qualifié est également une préoccupation majeure pour 29% des dirigeants de PME à l’échelle mondiale. « Il y a des risques de volatilité sur les prix. L’attaque des infrastructures pétrolières en Arabie Saoudite et la situation en Iran ont récemment montré que le prix du pétrole pouvait remonter très rapidement », ajoute Ana Boata.

En dépit de toutes ces craintes, 85% des PME interrogées prévoient d’investir dans leur activité en 2019. Les pays les plus enclins à investir sont les Etats-Unis (92%) et la République Tchèque. En France, 81% des dirigeants ont l’intention d’investir au cours de cette année. En bas de tableau figure le Royaume-Uni avec 73% de réponses favorables.

Les multiples reports du Brexit et l’impasse de la situation politique outre-Manche ont plongé de nombreux investisseurs et chefs d’entreprise dans l’incertitude la plus totale. Beaucoup d’investissements ont été gelés depuis le résultat du référendum en 2016 et la perspective d’un Brexit avec accord le 31 octobre s’éloigne de plus en plus. « Le Brexit est avant tout un problème européen. Cette décision a beaucoup pesé sur les PME au Royaume-Uni notamment au niveau des décisions d’investissement. Elle ne sont pas prêtes pour un divorce dur », souligne Ana Boata.

Les résultats du baromètre indiquent que les dirigeants de petites et moyennes entreprises françaises sont plus confiants qu’auparavant dans l’économie tricolore. 40% des dirigeants interrogés en 2019 pensent que les performances économique de la France sont « bonnes » contre seulement 17% en 2017. En revanche, plus de la moitié des PME françaises (54%) sont préoccupées par l’économie mondiale.

« 

0 Réponses à “Croissance en berne”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol