• Accueil
  • > santé
  • > Service des urgences : un plan insuffisant et trop à long terme

Service des urgences : un plan insuffisant et trop à long terme

Service des urgences : un plan trop à long terme

De  fait  sous la tutelle de Bercy, la ministre, Agnès Buzyn, a  dû étaler son plan de 750 millions sur quatre ans. Un plan qui pourra porter des améliorations à moyen terme mais qui ne répond pas à la crise d’aujourd’hui. Notons aussi que la plus grosse partie des fonds, c’est-à-dire la moitié ira au financement d’un service téléphonique d’orientation des patients (service d’accès aux soins) sorte de poste d’aiguillage intéressant mais qui ne permettra pas d’augmenter l’offre de soins. Notons que ce service ne sera pas opérationnel avant l’été 2020. On autorisera aussi le personnel médical non médecins (pharmaciens, infirmières, kinésithérapeutes)  à intervenir pour des pathologies légères. S’il est clair qu’il faut désengorger les urgences encore faudrait-il aussi renforcer considérablement les moyens hospitaliers. L’enveloppe prévue n’est pas à la hauteur des les enjeux. Un seul exemple l’amélioration de l’offre médicale pour les maisons de retraite représente déjà plus de 1 milliard d’euros.

Le plan repose “sur un renforcement de la proximité pour l’accès aux soins”, “des modes de financements adaptés qui valorisent certaines organisations vertueuses”, et “le numérique, qui doit faire partie maintenant du système de santé”, a indiqué la ministre

On envisage aussi la création de 50 maisons de santé près des services d’urgence les plus saturés. Le problème sera le même que dans les zones rurales. On a bien construit du béton mais le nombre de médecins qui pratiquent dans ces centres est notoirement insuffisant voire insignifiant. Il est également prévu de créer un service spécifique pour les personnes âgées dans les hôpitaux mais évidemment je pose de la même manière la question du personnel soignant et plus généralement des moyens.

Certaines pathologies seront prises en charge par des professionnels de santé non médecins. Les masseurs-kinésithérapeutes pourront ainsi traiter directement la traumatologie bénigne, comme une entorse à la cheville. Les pharmaciens et infirmiers feront des prescriptions simples.

Des infirmiers seront également formés en “pratique avancée” aux urgences pour poser un premier diagnostic, réaliser des sutures ou encore prescrire des actes d’imagerie.

Les urgences ne seront plus financées au nombre de passages enregistrés mais en fonction de la population que le service couvre, de ses caractéristiques socio-économiques, ainsi que de l’offre médicale libérale sur le territoire. Il sera également demandé à chaque groupement hospitalier de territoire (GHT) de mettre en place un dispositif de gestion des lits dès 2020.

Le plan limite par ailleurs le recours au travail intérimaire, coûteux pour le système. Il sera par exemple interdit pour un professionnel de santé de cumuler plusieurs emplois dans le secteur public au 1er semestre 2020.

“Il y a des bons trucs (…), des trucs avec lesquels on est d’accord. Mais sur l’application, ça va être très compliqué”, a réagi sur BFMTV Patrick Pelloux, président de l’Association des médecins urgentistes de France. “Je ne vois pas où on va chercher ces fameux 750 millions avec un Ondam (objectif nationale des dépenses d’assurance maladie) qui est figé.”

0 Réponses à “Service des urgences : un plan insuffisant et trop à long terme”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol