L’ambigüité du G7

L’ambigüité du G7

L’ambiguïté du G7 (G8 avant que la Russie n’en soit exclue après l’envahissement de la Crimée) tient au fait qu’il ne dispose ni de structure, ni de protocole, ni d’obligation. En général, les structures internationales étouffent sous la bureaucratie mais là aucune structure. . De manière tournante, l’organisation de cette rencontre est organisée par un des pays membres. On peut discuter de tout et surtout de rien, terminer  la discussion avec un communiqué où rien, définir des orientations ou  ne rien définir du tout. C’est un peu la même chose avec le G20 qui lui regroupe la plupart des grands pays. Le G7 réunit l’Allemagne, le Canada, les États-Unis, la France, l’Italie, le Japon, le Royaume-Uni. Il incluait en plus la Russie avant qu’elle ne soit plus (alors en G8). À l’origine le G5 avait surtout une vocation économique puisqu’il a été créé en 1975 suite à la crise du pétrole. Progressivement,  on a étendu le champ des thématiques : économie et finances, défense et sécurité internationale, éducation, environnement, développement, etc. La grande faiblesse G7 c’est ce statut très ambigu dont on ne sait pas s’il est simplement un lieu de rencontre informelle pour échanger entre grands pays sur les grandes problématiques internationales et si en plus il est destiné à définir des orientations. Précisément l’ambiguïté des objectifs des tensions pollue le G7. Mieux vaudrait sans doute qu’on distingue clairement la phase d’échange de la phase d’élaboration d’orientations. Lors de la phase d’échange,  la plus grande liberté peut ainsi être accordée sans pression. À l’inverse quand il s’agit d’orientations,  le débat se crispe forcément. Ce sera encore le cas cette fois-ci dans la mesure où les divergences sont très fortes  plusieurs dossiers. D’abord concernant les accords commerciaux entre la Chine et les États-Unis. Ensuite concernant le dossier iranien sans parler d’une dizaine d’autres questions conflictuelles. Si la phase des d’échange  informel ne nécessite pas spécialement de structure permanente, il en va différemment la phase d’orientation car il s’agit de mettre en œuvre et d’organiser le suivi. Normalement ce rôle est dévolu à l’ONU. Peu importe à la limite l’organisation qui pourrait en être chargée, l’essentiel étant que les objectifs définis puissent être pris en charge non seulement pour être approfondi mais surtout pour être mis en œuvre et évalués. Normalement le G7 est d’inspiration libérale mais la philosophie a été bousculée du fait de l’entrée de la Russie. Du coup,  la question pourrait se poser de savoir si les véritables sommets internationaux ne devraient pas se dérouler dans le cadre du G20 avec certes des idéologies très différentes mais avec la présence des principaux pays qui comptent au plan international.

 

0 Réponses à “L’ambigüité du G7”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol