Croissance en Allemagne : dans le rouge au 2 ème trimestre

Croissance en Allemagne : dans le rouge au 2 ème trimestre

Moins  0,1% par rapport au trimestre précédent.  En raison de sa puissance industrielle et du volume de ses exportations l’Allemagne sans doute le pays européen qui souffre le plus du tassement économique mondial. La banque centrale allemande avait déjà révisé de manière drastique ses prévisions de croissance en espérant plus désormais que 0,6% du produit intérieur brut (PIB) allemand en 2019, soit bien en dessous de sa précédente prévision d’une croissance de 1,6% donnée en décembre. La Bundesbank s’attend à ce que la croissance rebondisse à 1,2% l’an prochain, contre +1,6% attendu auparavant pour 2020.

“L’économie allemande connaît actuellement un ralentissement marqué”, a indiqué la banque centrale à l’occasion de l’actualisation biannuelle de ses projections. “C’est principalement dû à un ralentissement dans l’industrie, où la faible croissance des exportations se fait sentir”.

Selon des données publiées vendredi, la production industrielle et les exportations de l’Allemagne ont reculé plus que prévu en au second trimestre, reflétant les vents contraires auxquels est confronté le pays avec les tensions commerciales et les incertitudes sur le Brexit.

La banque a averti que même si elle ne s’attendait pas à un déclin plus prononcé de l’économie, les risques sur ses estimations restaient orientés à la baisse.

“Pour la croissance économique, et dans une moindre mesure, pour le taux d’inflation, ce sont les risques baissiers qui prédominent en l’état actuel des choses”.

L’inflation est toujours attendue à 1,4% cette année, mais étant donné le ralentissement économique, la hausse des prix serait plus lente qu’anticipé, a indiqué la Bundesbank.

La prévision d’inflation pour 2020 est fixée à 1,5%, contre 1,8% attendu en décembre et sous l’objectif de la Banque centrale européenne (BCE) d’inférieure mais proche de 2%.

Cette piètre performance fait suite à un rebond de 0,4% affiché au premier trimestre. Si le pays affiche lors du trimestre en cours une nouvelle contraction de son activité, il entrera dans ce qui est techniquement défini comme une récession. L’Allemagne y avait échappé d’un cheveu durant la seconde moitié de 2018.

Avec le recul de son PIB au printemps, le pays rejoint la Grande-Bretagne, dont l’économie s’est également contractée d’avril à juin (-0,2%). En zone euro, l’élève modèle de la dernière décennie fait désormais figure de boulet, faisant moins bien que l’Italie (0%) et la France (+0,2%) lors du trimestre écoulé.

Les plans de licenciement se multiplient, le rythme des créations d’emploi ralentit et tous les signaux économiques sont au rouge: les commandes de machines-outils, le fer de lance de l’économie, ont ainsi reculé de 22% sur un an entre avril et juin, a indiqué mardi la fédération du secteur.

« Les conflits commerciaux, l’incertitude mondiale et le secteur automobile en difficulté ont finalement mis l’économie allemande à genoux », résume Carsten Brzeski, économiste chez ING Bank.

Et la situation pourrait empirer au troisième trimestre. « La porte est grande ouverte vers une récession technique, soit deux trimestres négatifs de suite », selon Klaus Borger, économiste de l’institut KfW. Le gouvernement allemand mise pour l’heure sur 0,5% de croissance cette année, un chiffre déjà historiquement faible, et le Fonds monétaire international sur 0,8%: un net coup de frein par rapport aux 2,2% de 2017 et 1,4% l’an dernier.

0 Réponses à “Croissance en Allemagne : dans le rouge au 2 ème trimestre”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol