Moral, Croissance et consommation : des contradictions

Moral, Croissance et consommation : des contradictions

Il faudra sans doute une nouvelle fois réviser à la baisse les perspectives de croissance pour l’année 2019. On pourrait en effet atteindre autour de 1% seulement au lieu des 1.4% espérés. Récemment, on annonçait une amélioration du moral des ménages. Or on ne retrouve pas cette hausse dans la consommation et bien sûr dans la croissance.

. Par ailleurs, on  a appris ces derniers jours que la confiance des milieux d’affaires, se dégradait et que les instituts de prévisions prévoyaient un tassement économique pour le second semestre.  L’indice de confiance des ménages en France, lui,  aurait  donc  continué de progresser en juillet pour le septième mois consécutif, en raison notamment de moindres craintes concernant le chômage, a annoncé vendredi l’Insee dans un communiqué. L’indicateur, calculé sur la base de soldes d’opinion (différences entre proportion de réponses positives et négatives), s’est établi à 102 points, soit un point de plus qu’en juin et 15 points de plus qu’en décembre, quand il avait atteint son plus bas niveau depuis 2014.Pourtant  la croissance est médiocre pour le second trimestre. Selon la première estimation publiée mardi par l’Insee, le produit intérieur brut de la deuxième économie de la zone euro a augmenté de 0,2% sur la période avril-juin. Sa progression s’inscrit en baisse par rapport au premier trimestre, dont l’Insee a confirmé la marque à +0,3%, et au dernier trimestre 2018, où elle avait atteint 0,4%.

Les économistes attendaient un PIB en hausse de 0,3% pour le deuxième trimestre, tout comme l’Insee dans sa note de conjoncture de juin. Mais la Banque de France avait abaissé sa propre projection à 0,2% début juillet en raison d’une dégradation du climat des affaires constaté à la fin du printemps dans l’industrie.

Avec le 0,2% du 2e trimestre, l’acquis de croissance pour 2019, à savoir l’évolution du PIB si l’activité stagnait au cours des deux prochains trimestres, se situait à 1,0% au 30 juin. À ce niveau, une croissance de 0,5% sera nécessaire au cours des deux prochains trimestres pour atteindre l’objectif de 1,4% du gouvernement, alors que l’Insee ne la voit pas dépasser 0,3% sur chaque période.

La croissance française a été soutenue ces derniers mois par une demande intérieure qui reste solide, contribuant positivement à hauteur de 0,4 point au PIB de la période. Mais la production manufacturière s’est davantage repliée que prévu et le déstockage des entreprises a été plus important, celui-ci contribuant négativement pour 0,2 point au PIB, souligne Julien Pouget, chef du département conjoncture de l’Insee, sur son compte Twitter.

La consommation des ménages a elle aussi été inférieure aux attentes et ne doit, comme au premier trimestre, son évolution positive qu’aux dépenses en services, qui représentent un peu plus de la moitié du total. L’utilisation des gains de pouvoir d’achat (avec une hausse attendue de 2,5% en 2019) liés notamment aux mesures de soutien décidées fin décembre par le gouvernement en réponse au mouvement des « Gilets jaunes » reste une question en suspens.

0 Réponses à “Moral, Croissance et consommation : des contradictions”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol