Ouvriers et employés chassés de Paris

Ouvriers et employés chassés de Paris

Une enquête des notaires démontre que les ouvriers comme les employés ne cessent de régresser dans la population de propriétaires de logements. Mais c’est évidemment la même tendance concernant la location compte tenu de leur niveau ; des niveaux forcément liés à l’amortissement des investissements sauf  dans le logement social est encore. . Rien de surprenant quand il faut compter 300 à 400 000 € pour un très petite appartement et autour d’un million pour un logement classique. La proportion d’employés d’ouvriers a été divisée par trois dans la capitale, passant de 15% à 5% alors qu’elle fondait de 27% à 19% sur l’ensemble de l’Île-de-France. La couronne elle-même suit la même tendance, puisque la part des acquéreurs de maisons employés et ouvriers est passée de 34% à 28%, en 20 ans, pendant que celle des acquéreurs d’appartements passait de 33% à 26%. Et tout ce terrain perdu est gagné par les CSP+. «Dans le détail au sein des CSP+, c’est la part des cadres qui a le plus évolué en Ile-de-France, passant de 27% en 1998 à 37% en 2018, précisent les notaires, alors que le poids des acquéreurs issus des professions intermédiaires est resté assez stable autour de 30%.»

0 Réponses à “Ouvriers et employés chassés de Paris”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol