Archive mensuelle de juin 2019

Page 5 sur 12

Actu, infos, économie, social, politique : articles les plus lus

 

Additifs alimentaires : 700 dont un quart dangereux pour la santé

Additifs alimentaires : 700 dont un quart dangereux pour la santé  

 

Un  rapport de l’Oms traite du  risque de cancer en cas de consommation excessive de viande industrielle et en fonction du  type d’élevage mais tout autant le mode de préparation et de conservation. Pas étonnant pas moins de 700 additifs sont utilisés dans la chimie alimentaire. Or d’Après  Consoglobe  80 additifs sur 700 seraient vraiment inoffensifs. Mais même inoffensive cette chimie alimentaire fait peur rien qu’à en lire une liste non exhaustive ! Bon appétit !

L’additif E160 plus connu sous le nom de bêtacarotène extrait de carottes

E100 – E102 – E103 – E104 – etc

E100 : Curcumine = Colorant jaune d’origine végétale

E101 : Riboflavine (lactoflavine, vitamine B2) = Colorant jaune d’origine végétale

E140 : Chlorophylle et chlorophylline = Colorant vert d’origine végétale

E160c : Extrait de Paprika = Colorant d’origine végétale (considéré sans danger mais cependant interdit en Australie)

E160e : Bêta-Apocarotenol-8 (C30) = Colorant et antioxydant orange synthétique

E160f : Ester éthylique de l’acide bêta apocaroténique-8 (C30) = Colorant et antioxydant de synthèse

E161 : Xanthophylle = Colorant jaune d’origine végétale (interdit cependant en Suisse)

E162 : Rouge de betterave ou Bétanine = Colorant rouge dérivé des betteraves

E163 : Anthocyanes = Colorant entre le rose, le violet et le bleu dérivé de fruits et de légumes

E170 : Carbonate de calcium = Colorant naturel dérivé du calcaire

E172 : Oxydes de fer – Hydroxydes de fer = Colorants jaune, marron, noir ou rouge dérivé d’oxydation du fer

E263 : Acétate de calcium = Acidifiant d’origine naturelle ou chimique (considéré comme peu toxique lorsqu’il est consommé oralement)

E297 : Acide fumarique = Acidifiant synthétique

E301 : (L-)Ascorbate de sodium = Antioxydant chimique ou produit par génie génétique

E302 : (L-)Ascorbate de calcium = voir E301

E303 : Diacétate d’ascorbyle = voir E301

E304 : Esters d’acides gras de l’acide ascorbique, Palmitate d’ascorbyle, Stéarate d’ascorbyle = voir E301

Végétariens selon certains rapports, le E304 pourrait parfois être d’origine animale

E306 : Extrait riche en Tocophérols = Vitamine E d’origine végétale servant d’antioxydant et de stabilisant

E307 : Alpha-Tocophérol = Vitamine E de synthèse ayant le même rôle que le E306

E308 : Gamma-Tocophérol = voir E307

E309 : Delta-Tocophérol = voir E307

E322 : Lécithines = Antioxydant et émulsifiant d’origine végétale ou animale, dérivé du tournesol, du soja et du colza ou encore des oeufs. Si dérivé d’OGM :

Des rapports assez récents dévoilent certains risques lors de surconsommation tels que : bouffées de chaleur et risques d’allergie.

E330 : Acide citrique = Antioxydant et acidifiant d’origine végétale, parfois fabriqué synthétiquement ou par génie génétique. Attention ! Peut parfois contenir du GMS(1) (glutamate monosodique) Risques à fortes doses : réactions cutanées et érosion des dents.

E331 : Citrates de sodium (aussi citrates de mono sodium, de di sodium et de tri sodium) = Acidifiant dérivé de l’acide citrique et qui pourrait être obtenu par génie génétique.

E334 : Acide tartrique (L(+)) = Antioxydant pouvant être d’origine naturelle, chimique ou produit par génie génétique

E335 : Tartrates de sodium (L(+)), mono, di et trisodique = Antioxydant et acidifiant d’origine naturelle dérivé de l’acide tartrique. Souvent utilisé dans les aliments pour nourrissons/enfants. En grande quantité peut provoquer des diarrhées.

E336 : Tartrates de potassium = voir E335 selon un ouvrage(2), cet additif pourrait représenter certains risques pour les personnes ayant des problèmes de rein ou de foie.

E337 : Tartrates double de potassium et de sodium = voir E335

E350 : Malate(s) de sodium ou Malate acide sodium = Acidifiant et correcteur d’acidité, dérivé de l’acide malique.

E351 : Malates de potassium = voir E350

E352 : Malate(s) de calcium ou Malate acide de calcium = voir E350

E353 : Acide métatartarique = Acidifiant, stabilisant et correcteur d’acidité de synthèse (surtout utilisé pour le vin)

E354 : Tartrate de calcium = voir E353

E356 : Adipate de sodium = acidifiant de synthèse qui peut remplacer le sel

E357 : Adipate de potassium = voir E356

E400 : Acide alginique = Épaississant, gélifiant et agent d’enrobage d’origine naturelle dérivé d’algues brunes lavées et broyées. Leur pulpe est ensuite traitée chimiquement. Consommé en trop grande quantité, cet additif pourrait avoir un effet laxatif et diminuer l’absorption intestinale de certains minéraux.

E401 : Alginate de sodium = dérivé du E400, s’y référer

E402 : Alginate de potassium = dérivé du E400, s’y référer

E403 : Alginate d’ammonium = dérivé du E400, s’y référer

E404 : Alginate de calcium = dérivé du E400, s’y référer

E417 : Gomme Tara = Épaississant dérivé des graines du buisson Tara (Caesalpinia Spinosa) originaire d’Amérique latine et d’Afrique. Légers risque d’allergies.

E440a : Pectines = Épaississant et supports pour additifs d’origine naturelle et dérivé de pommes, betteraves sucrières ou d’écorces d’oranges. Légers risques de flatulences ou troubles gastriques si consommé en trop grande quantité

E440b : Pectines amidées = Obtenu par le traitement ammoniaqual des pectines. Voir E440a

E445 : Esters glycériques de résines de bois = Agent troublant et stabilisant de synthèse dérivé de résine. Parfois d’origine animale ou transgénique (OGM). Considéré comme inoffensif car utilisé à faible dose. À vous de juger.

E470a : Sels de sodium, de potassium et de calcium d’acides gras = Émulsifiants, agents et supports d’enrobage dérivés de graisses et d’huiles alimentaires, d’origine animale ou encore d’oléagineux transgéniques.

E470b : Sels de magnésium d’acides gras = voir E470a. Considéré inoffensif mais l’origine n’est jamais citée…

E481 : Stéaroyl-2-lactylate de sodium = Émulsifiant et améliorant de panification de synthèse.

E482 : Stéaroyl-2-lactylate de calcium = voir E481

E483 : Tartrate de stéaryle = voir E481

E500 : Carbonates de sodium, carbonate acide de sodium, sesquicarbonate de sodium = Anti-agglomérants et correcteurs d’acidité de synthèse, également utilisé en tant que poudre à lever.

E501 : Carbonate de potassium, carbonate acide de potassium = Anti-agglomérant et correcteur d’acidité, également utilisé en tant que poudre à lever ou support pour additifs.

E503 : Carbonate(s) d’ammonium, carbonate d’acide d’ammonium = Anti-agglomérant et correcteur d’acidité de synthèse, également utilisé en tant que poudre à lever

E504 : Carbonate de magnésium, carbonate acide de magnésium = voir E503

E528 : Hydroxyde de magnésium = Correcteur d’acidité de synthèse (interdit en Australie)

E551 : Dioxyde de silicium = Anti-agglomérant, support pour arômes/colorants et auxiliaire technologique de synthèse. Le dioxyde de silicium est tout simplement de la poussière de roche que le corps humain n’assimile qu’en infime quantité et élimine le reste dans les urines et les selles.

E558 : Bentonite = Anti-agglomérant, auxiliaire technologique et support pour colorants d’origine naturelle dérivé de roche volcanique.

E570 : Acides gras = Agents d’enrobage, émulsifiants et anti-agglomérants d’origine naturelle, parfois animale ou de végétaux transgéniques. Légers risques d’allergies

E574 : Acide gluconique = Correcteur d’acidité de synthèse dérivé du glucose et pouvant être aussi d’origine animale ou d’oléagineux transgéniques.

E575 : Glucono-delta-lactone = Correcteur d’acidité, stabilisant et séquestrant, utilisé entreautres pour renforcer la couleur des charcuteries.

E576 : Gluconate de sodium = voir E575. Interdit en Australie.

E577 : Gluconate de potassium = voir E575. Interdit en Australie.

E578 : Gluconate de calcium = même utilisation que le E575, mais il est intéressant de savoir que cet additif est également utilisé industriellement pour purifier les stations d’épuration(4)… douteux ?

E579 : Gluconate ferreux = Agent séquestrant, régulateur de couleurs et stabilisant de synthèse ou dérivé de maïs transgénique, principalement utilisé pour stabiliser la couleur des olives noires.

E585 : Lactate ferreur ou lactate de fer II = Stabilisant de couleur de synthèse ou d’origine animale, seulement autorisé pour les olives noires.

E901 : Cire d’abeille blanche = cire naturelle servant d’anti-agglomérant, d’agent d’enrobage et de support. Aussi autorisé en tant que support pour les colorants naturels dans l’alimentation biologique.

E902 : Cire de Candelilla = Cire naturelle extraite d’une plante du Sahara utilisée comme anti-agglomérant naturel.

 

Lorganisme de défense des consommateurs UFC-Que Choisir évoque les  additifs alimentaires autorisés, des plus acceptables à ceux qu’il faudrait particulièremenet  éviter. L’organisme, qui met à disposition des consommateurs une base de données classant de 1 (Acceptable) à 4 (à éviter) l’ensemble de ces additifs,

Nitrates et nitrites présents dans le jambon (E249, E250, E251, E252) présentant un risque accru de cancer du côlon, caramels au sulfite d’ammonium (E150c, E150d) suspectés d’être cancérigènes, ou encore colorants azoïques présents dans les confiseries (E102, E104, E110, E122, E124, E129) risquant de rendre les enfants hyperactifs, sont ainsi pointés du doigt. «Sur les plus de 300 additifs autorisés, nos travaux montrent que 87 d’entre eux sont à éviter ou peu recommandables, soit plus du quart», indique l’association. «L’exposition quotidienne pendant des années à ces molécules accroît encore les risques. Or ils sont massivement utilisés dans les produits alimentaires industriels, y compris ceux de grandes marques», souligne l’UFC. Et ce n’est pas tout puisqu’il existe des auxiliaires industriels comme aditifs  «L’agroalimentaire a toujours cherché à vendre. Et comme on mange avec les yeux avant de goûter, il faut que ce soit beau avant d’être bon. Particulièrement aujourd’hui, dans cette société très portée sur le visuel», analyse Raphaël Haumont. Si, auparavant, les industriels utilisaient des colorants alimentaires, ils se tournent désormais vers des auxiliaires technologiques. Des modifications chimiques indécelables, une fois le produit terminé. «Un auxiliaire technologique n’est pas un additif, c’est pire. C’est un produit que l’agroalimentaire utilise et qu’on ne retrouve pas dans le produit – ou en très faible quantité – à la fin du processus.» Les adjuvants utilisés étant d’origine biologique, ils se dégradent au cours du processus, si bien qu’on n’en retrouve pas de traces à la fin. «Il s’agit de produits ambigus sur lesquels travaillent les industriels. Il y a un manque de transparence réel puisque le consommateur ne sait pas quelles transformations le produit qu’il déguste a subies. L’emploi de ces auxiliaires technologiques est bien sûr encadré par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCFR), mais ces transformations invisibles peuvent engendrer des dérives», alerte Raphaël Haumont* . L’olive faussement noire qui buzze sur Internet depuis plusieurs jours en est la meilleure représentation.  «Le doc du dimanche» consacrée aux olives, diffusée sur France 5 le 11 juin, a été un choc pour de nombreux consommateurs. Raphaël Haumont, filmé par nos confrères, y fait une démonstration stupéfiante : il transforme des olives vertes en olives noires, reproduisant un usage détestable de l’industrie agroalimentaire. «Les multiples étapes biochimiques naturelles qui transforment une olive verte en olive noire prennent du temps. L’idée est de trouver la parade pour réduire artificiellement cette durée et ainsi augmenter les profits», explique le chimiste. Les olives vertes sont ainsi trempées dans un bain de soude ou dans de la potasse, puis plongées dans la saumure, qui accélère la déshydratation. En plus du sel présent dans la saumure, du sucre est parfois ajouté pour arrondir le goût. Enfin, les olives sont plongées dans du gluconate ferreux (E579) ou du lactate ferreux (E585), ce qui les teinte en noir, malgré leur manque de maturation. «Le pire dans tout ça, c’est que certaines marques utilisent l’argument « riche en fer » sur la boîte ! Il est insupportable d’entendre la phrase « c’est le consommateur qui veut ça ».

 

*Raphaël Haumont, professeur des universités à Paris Saclay (Paris Sud), chercheur en physico-chimie des matériaux, co-créateur avec Thierry Marx du CFIC (Centre français d’innovation culinaire), et auteur de l’ouvrage Les Couleurs de la cuisine, paru en 2018 aux éditions Dunod.

Brighelli: «le bac n’a jamais été aussi facile «

Brighelli: «le bac n’a jamais été aussi facile « 

 

 Des lycéens se plaignent sur les réseaux sociaux de la difficulté des épreuves du baccalauréat. De quoi faire bondir Jean-Paul Brighelli: l’enseignant, ancien élève de l’École normale supérieure,  juge au contraire que le Bac n’a jamais été si facile… et que les élèves feraient parfois mieux de se taire.


Interview le figaro)

 «Désolé Victor Hugo mais aujourd’hui la jeunesse t’emmerde»: ce tweet, parmi de nombreux autres relevés par Le Figaro Étudiant, témoigne de l’hostilité de nombreux bacheliers à l’égard des auteurs rencontrés au baccalauréat de français. Que répondriez-vous à ces jeunes irrévérencieux?

Jean-Paul BRIGHELLI.- Il y a une irrévérence féconde — lorsque les jeunes romantiques insultent les partisans des «classiques» à la première d’Hernani, ou lorsque les surréalistes vomissent sur les cendres encore chaudes d’Anatole France. Et puis il y a l’irrévérence de la bêtise satisfaite, de l’égo surdimensionné, du «moi-je» du petit qui se croit l’égal des géants qui l’ont précédé. Parce qu’on ne lui a pas appris la relativité de son existence et la nullité de son opinion par rapport aux «phares» (pour reprendre un mot cher à Hugo) qui ont fécondé l’humanité. Avoir fait croire à deux générations déjà (depuis le vote de la loi Jospin en juillet 1989, qui donne la liberté d’expression à tous les élèves et marque le début de l’apocalypse molle qui a englouti l’Éducation en France) que leur avis avait en soi une importance aussi grande que celle des vrais penseurs, des authentiques poètes, des créateurs de génie auxquels on se garde bien désormais de les confronter, voilà qui s’apparente à un crime.

Le talent ne se revendique pas, il se construit.

Comment expliquer que tant de jeunes sortent du lycée sans avoir vécu de réelle émotion littéraire?

Parce qu’on ne les confronte plus aux chefs-d’œuvre. Parce que n’importe quel écrivaillon invité à la télévision se prend pour le nouveau Hugo (ou Balzac, ou qui vous voulez). Parce qu’il ne suffit pas de dire «pipi-caca» pour être Rabelais ou Céline. Et si les jeunes n’ont pas été confrontés à ces géants, et confrontés avec compétence, c’est parce qu’une génération entière d’enseignants n’a plus été formée à cette confrontation. Lorsque l’on cherche à vous faire croire, dans les universités, que Wajdi Mouawad est plus grand que Racine, la messe est dite.

Cela ne signifie pas qu’il faille éternellement en rester aux «classiques». Mais on ne construit une modernité que par référence — et révérence — aux classiques, même s’il s’agit de les renverser de leur socle. Le talent ne se revendique pas, il se construit. L’ère du tweet permet au premier idiot venu de se croire aussi grand que Hugo, qui ne tweetait pas, le malheureux… Comme si les boutons d’acné étaient la garantie du droit inaliénable de dire n’importe quoi. Les réactions des apprentis-futurs-bacheliers (parce qu’ils auront tous le Bac, à terme!) sont un gloubiboulga de poncifs, de prurit qui croit être une pensée, de l’eczéma mental. Andrée Chedid, on leur a caché que c’était une femme, à ces ignares tout fiers d’écrire «auteure» — comme si l’accent marseillais se généralisait. Il y a trois ans, ils se plaignaient de ne pas avoir été informés que le Tigre était une rivière — alors même qu’ils avaient grandi au son des pas des soldats américains investissant l’Irak. Heureusement que quelques-uns gardent un peu de raison, et s’interrogent sur la pertinence de leur avis face à celui de Balzac.

Vous écrivez régulièrement que le niveau du baccalauréat baisse, les lycéens se plaignent que le niveau est trop élevé… Qui croire?

Heureusement que quelques-uns gardent un peu de raison, et s’interrogent sur la pertinence de leur avis face à celui de Balzac.

De la même façon qu’il y a des cercles vertueux, où l’exigence construit chaque jour une plus haute exigence, il existe — et nous sommes en plein dedans — des spirales qui visent les abysses. Et les pédagogues qui ont investi depuis trente ans le champ éducatif creusent encore.

J’ai enseigné 12 ans en ZEP, aux Ulis et à Corbeil-Essonnes. À ces pauvres gosses nés déshérités j’offrais Mallarmé, Hugo, Corneille — et ils étaient bien fiers d’avoir droit aux mêmes exigences que les lycéens qui allaient à Henri-IV ou à Lakanal, et qui passaient à leurs yeux pour des extraterrestres. En préférant presque systématiquement les faire plancher sur des auteurs modernes — et pas les meilleurs —, sur de la «littérature jeunesse» ou sur des articles de journaux politiquement corrects, on leur tient merveilleusement la tête sous l’eau.

La réforme du lycée en cours saura-t-elle redonner davantage d’importance à l’enseignement des lettres?

Il y a deux choses dans la réforme Blanquer. D’un côté une réorganisation des filières, de l’autre de nouveaux programmes. Il est trop tôt pour dire si la conjonction de ces deux éléments — déjà contestés par des enseignants qui pensent que leur liberté pédagogique devrait l’emporter naturellement sur l’intérêt de leurs élèves — remettra un peu de bon sens, un peu de savoir, dans des cervelles ingénieusement évidées.

La décrépitude mentale de la jeunesse arrange tout le monde : les politiques qui pontifient et les marchands d’obsolescence programmée.

J’ai un doute très fort, quand je vois que les nouveaux instituts de formation des maîtres, les INSPE, se substituent aux ESPE, qui avaient eux-mêmes remplacé les IUFM, en gardant les mêmes bras cassés, les mêmes incompétents. Alors qu’il aurait suffi de décréter (je l’ai proposé par ailleurs au ministère sans être entendu) d’imposer une journée d’enseignement dans le Primaire ou le Secondaire à tous ces prétendus spécialistes de la chose éducative, pelotonnés dans leurs Instituts, pour en être débarrassé. Parce que jamais, au grand jamais, ils n’accepteraient d’être confrontés à des élèves réels, dans des coins un peu difficiles où ils continuent à envoyer de jeunes enseignants qu’ils n’ont pas pris la peine de former, ni intellectuellement, ni pratiquement. Et si on ne le fait pas, c’est qu’on ne veut pas le faire, parce qu’au fond, la décrépitude mentale de la jeunesse arrange tout le monde: les politiques qui pontifient et les marchands d’obsolescence programmée. Croyez-vous que la généralisation des tablettes, pour remplacer les anciens manuels, vaille la lecture d’un seul bon livre?

Christian Jacob : le dernier président de LR ?

Christian Jacob : le dernier président de LR ?

 

Victime expiatoire ou sauveur, quel sera le destin de Christian Jacob ; Sera-t-il  le messie ou le maitre de cérémonie pour enterrer définitivement ce qui reste de LR ? La  difficulté,  c’est que le nouveau parti de droite existe, c’est LREM ! En tout cas il n’y a pas de quoi sauter au plafond avec cette déclaration. Interview le Figaro–L’intéressé n’est pas un extrémiste mais pas non plus d’un grand charisme  Le président du groupe Les Républicains à l’Assemblée veut sauver le mouvement LR en posant les bases d’un projet «collectif». Son objectif: restaurer «l’ADN» de la droite.

Christian Jacob est député de Seine-et-Marne depuis 1995.

 

Êtes-vous candidat à la présidence des Républicains?

Oui, je suis candidat pour bâtir un projet d’alternance. Depuis sept ans, nous avons perdu deux présidentielles, dont une où nous n’avons pas été présents au deuxième tour. Nous avons également perdu deux législatives et subi un échec des plus cinglants aux élections européennes. Aujourd’hui, nous constatons également un éclatement de notre famille politique. Laurent Wauquiez est parti avec beaucoup de dignité et un véritable sens de l’intérêt général. Je mesure son courage. Il y a une part d’injustice dans tout cela mais la politique n’est parfois pas juste.

Le refus de Bruno Retailleau a-t-il joué dans votre décision?

Ensemble, nous avions acté le fait qu’il serait suicidaire d’être candidat l’un contre l’autre. Ni lui ni moi ne voulions d’affrontement. On s’est d’ailleurs beaucoup parlé. Il n’y a jamais eu de tensions ou de conflits entre nous. On s’entend …

Les casseroles de Sarkozy

Les casseroles  de Sarkozy

L’affaire la plus proche pour Sarko concerne en  fait M. Paul Bismuth, pseudo  de l’ancien président de la républue « quand il est en affaires » Le plus drôle dans cette histoire c’est que ces écoutes ont révélé que Sarkozy cherchait des informations concernant l’affaire Bettencourt. Bizarre puisqu’il a bénéficié d’un non lieu dans cette histoire rocambolesque. » Vous me  voyez, moi, aller chercher des vallées valises de billets chez Madame Bettencourt ? »  On ne sera jamais si les valises venaient de chez Madame Bettencourt mais le fait est que Sarkozy a dépensé le double du plafond légal pour sa campagne. Il fallait bien que les billets viennent de quelque part ! Peut-être de Kadhafi ?  Dans cette affaire, Nicolas Sarkozy a également été mis en examen le 21 mars 2018. Cette fois, pour « corruption passive, financement illégal de campagne électorale et recel de fonds publics libyens ». L’ex-secrétaire général de l’Élysée Claude Guéant et l’ancien trésorier de la campagne, Eric Woerth, ont également été mis en examen Lors de l’information judiciaire, les juges d’instruction cherchent à savoir si Nicolas Sarkozy a bénéficié d’argent en liquide lors de la campagne présidentielle de 2007 en provenance du régime libyen comme l’affirme l’intermédiaire Ziad Takieddine et d’anciens dignitaires de Tripoli. Nicolas Sarkozy nie les faits, conteste sa mise en examen et demande l’annulation d’une grande partie de l’instruction. Son avocat, Thierry Herzog, pointe plusieurs manquements dans l’enquête dont le non-respect l’immunité présidentielle et des règles fixées pour les poursuites pénales visant les ministres. Ces recours doivent être examinés le 17 octobre par la chambre d’instruction de la cour d’appel de Paris.

Le 4 juin, Nicolas Sarkozy a de nouveau été entendu par les juges d’instruction. Toutefois, l’ancien président de la République a refusé de répondre aux questions mettant en avant les recours déposés par son avocat. Nicolas Sarkozy a été mis en examen, en février 2016, pour financement illégal de sa campagne présidentielle de 2012, dans le cadre de l’affaire Bygmalion. Le juge d’instruction a ensuite ordonné, le 3 février 2017, le renvoi en correctionnelle de quatorze protagonistes dont Nicolas Sarkozy. L’ex-chef de l’Etat est poursuivi pour avoir dépassé de 20 millions d’euros le plafond autorisé des dépenses lors de la campagne présidentielle de 2012. Il encourt une peine de 3.750 euros d’amende et un an d’emprisonnement.

Depuis, l’ancien président de la République a vu la cour d’appel confirmer la décision du magistrat puis le Conseil constitutionnel rejeté son recours le 17 mai dernier. Nicolas Sarkozy estimait qu’ayant déjà été sanctionné financièrement pour avoir dépasser le plafond des dépenses pendant la campagne 2012, il ne pouvait pas être pas jugé sur le même sujet. Le Conseil constitutionnel a répondu que sanction financière et sanction pénale n’avaient rien à voir et que le procès pouvait avoir lieu. La Cour de cassation doit réexaminer le dossier le 17 septembre.

L’ex-secrétaire général de l’Élysée Claude Guéant et l’ancien trésorier de la campagne, Eric Woerth, ont également été mis en examen.

Sarko conteste sur de nombreuses affaire le non respect de l’immunité présidentielle ; Et il vient de sortir un bouquin ; peut-être pour payer ses nombreux frais d’avocat.

 

La cryptomonnaie de Facebook menace les banques centrales

La cryptomonnaie de Facebook menace les banques centrales

 

Comme déjà indiqué sur ce site le projet de création d’une crypte emmenée par Facebook constitue un enjeu majeur et un danger pour la régulation monétaire. Ce que pense aussi Chris Hughes, ancien collaborateur de Facebook dans une tribune publiée dans le Financial Times. En effet il ne s’agit pas seulement de mettre en place un nouveau moyen de paiement déjà discutable mais aussi d’imposer un moyen d’échange et de constituer une monnaie de change. Bref, en s’appuyant sur l’énorme base de données Facebook d’imposer une manière de penser, d’agir et de consommer. Penser comme Facebook ce qui  ne demande guère d’efforts à 80 % des utilisateurs au profil de beauf, agir comme Facebook, acheter comme Facebook et payer avec. Bref se donnait une sorte de souveraineté qui n’appartient jusque-là qu’au pays et aux banques centrales.

Pour Chris Hughes,  cet ancien camarade de Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, à Harvard, les sociétés qui superviseront cette future monnaie numérique, dont le lancement est prévu l’an prochain, privilégieront leurs intérêts privés, c’est-à-dire leurs bénéfices et leur influence, à l’intérêt public. Facebook n’a pas répondu dans l’immédiat à une demande de commentaire de Reuters. Le réseau social a dévoilé mardi sa cryptomonnaie qui doit lui permettre de s’imposer dans les paiements, les services financiers et le commerce en ligne dans le monde entier grâce à ses milliards d’utilisateurs.Chris Hughes a prôné le mois dernier un éclatement de Facebook en trois entités afin qu’Instagram et WhatsApp, deux applications phares du réseau social, soient séparées du groupe. Facebook fait l’objet de multiples enquêtes dans le monde au sujet de la protection des données de ses utilisateurs et des contenus haineux ou des fausses informations qu’il peut véhiculer.

Iran : offensive diplomatique de Trump ?

Iran : offensive diplomatique de Trump ?

En apparence le président américain semble jouer la carte de la diplomatie d’abord en stoppant juste à temps une opération militaire qui évidemment aurait mit le feu aux poudres. Deuxièmement en se disant prêt à ouvrir sans condition le dialogue avec les responsables politiques iraniens. Notons cependant que la guerre économique contre l’Iran, elle, continue et qu’elle prive ce pays d’à peu près 60 % de ses ressources créant ainsi une situation économique particulièrement précaire. En Iran, on se méfie évidemment de ces retournements verbaux de Trump qui peuvent déboucher sur n’importe quoi et même rien du tout. Le dernier exemple en date étant celui des discussions menées avec la Corée du Nord. Tout cela pour se terminer par un fiasco complet, un rapprochement de la Corée du nord avec la Chine et une visite officielle du leader chinois en Corée du Nord. Pas vraiment de quoi rassurer les alliés des États-Unis dans la région, la Corée du Sud bien sûr mais encore par exemple Japon. On sait que l’accord sur le nucléaire concernant l’Iran a été dénoncé de manière unilatérale par les États-Unis. Dernièrement l’Iran au grand dam de l’Europe vient aussi d’une certaine manière de le dénoncer en affirmant qu’elle augmenterait le quota d’uranium enrichi, ce qui pourrait le moment venu lui donner la possibilité de construire l’arme nucléaire. Il est difficile de faire des pronostics sur les risques réels de conflits entre l’Iran et les États-Unis tellement les dirigeants de ces pays ont habitué l’opinion publique aux outrances verbales et à des attitudes de grenouilles qui veulent se faire plus grosses que le bœuf. Le problème dans cette affaire, c’est que l’Europe ne pèse même pas qu’elle n’a même pas été capable de faire vivre l’accord sur le nucléaire iranien, pire que dans la dernière période elle n’a pas été en mesure de prendre une position commune suite aux menaces de conflits.

 

Un président de la Commission européenne introuvable

Un président de la Commission européenne introuvable

 

À Bruxelles ce n’est pas forcément la course au meilleur qui est engagé pour remplacer le président de la commission européenne et les autres postes stratégiques. En fait on rechercherait plutôt les candidats les plus neutres voir les plus mièvres opposés par exemple aux candidatures allemandes ou françaises principalement.  En réalité, chaque pays se moque pas mal des compétences des nominés. L’objectif est de défendre ses intérêts. Par exemple, l’Espagne veut passer un accord commercial avec les pays d’Amérique du Sud, par exemple Allemagne veut passer un accord avec les États-Unis pour vendre des automobiles, par exemple encore la France qui veut ménager l’avenir de son agriculture dans les grands accords commerciaux avec l’Amérique du Sud, le Canada et le moment venu les États-Unis. C’est aussi la conception de l’Europe qui est en cause avec toujours la même problématique soit seulement une vaste zone d’échange commercial, soit une zone économique et technologique intégrée pour peser face aux grandes puissances que sont la Chine et les États-Unis notamment. Mais les convictions des uns et des autres sont tellement éloignées, le retour du nationalisme aidant, on voit mal ce dessiner les axes d’une consolidation structurelle de l’Europe. On a vu dernièrement que les propositions formulées par Macron et mollement soutenues  par l’Allemagne  ont en eau de boudin comme d’ailleurs la plupart des propositions de Macron. Des propositions dans beaucoup de cas pertinents mais qui comme en France souffre de la condescendance voire du mépris de Macron à l’égard de tout ceux  qui ne sont pas de son avis. Probablement,  le choix des futurs responsables (président de la commission, président du Parlement, président de la banque centrale, affaire économiques et affaires étrangères) risque d’échoir à des membres de petits pays moins par conviction que pour empêcher les grands pays comme la France ou l’Allemagne de noyauter l’Europe

Nucléaire: De Rugy, la girouette et l’EPR…. comme au bistrot

Nucléaire: De Rugy, la girouette et l’EPR….  comme au bistrot

 

 

 L’inénarrable ministre de la transition écologique, de Rugy,  la girouette fait semblant de s’en prendre à l’EPR pour donner un petit coup de peinture verte à son ministère inutile. Semblant seulement car après critiques la dérive des incidents et des couts, il rassure aussitôt un m’indiquant que ce serait une folie d’arrêter la construction de l’EPR de Flamanville. Bref tout et son contraire ; la spécialité dialectique du transparent de Rugy prêt à avaler toutes les couleuvres si elle sert son parcours politique. Au besoin il va même au-devant de ces couleuvres. Il faut se rappeler que de Rugy avait pris l’engagement solennel de soutenir lors  des primaires des présidentielles de 2017 le candidat de gauche qui sortirait en tête. Quelques jours après il reniait sa promesse se prononçait pour Macron. Comme disait Edgar Faure,  ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent. Et de Rugy est un spécialiste des fantaisies du vent dans la mesure aussi où il en fait commerce dans sa stratégie politique. Toujours d’accord avec la pensée dominante, toujours effacé presque, toujours le front au vers cet horizon qui permettra un jour d’en faire  au choix un transparent ministre des affaires étrangères, un ministre des armées un sous-secrétaire d’État du transfert des villes la campagne. Avec de Rugy jamais un mot de travers, une sorte de machine à échos pour répéter sans talent l’Évangile officiel, bref le collaborateur idéal de Macon. En plus de Rugy a suivi les cours de l’inutile institut d’études politiques qui conduit à la fois nulle part mais quelquefois dans les allées du pouvoir. Comme avec Macon, ces anciens élèves noyautent littéralement le gouvernement , le Parlement…et les cafés du commerce.

Canicule : le dérèglement climatique et la concentration urbaine

Canicule : le dérèglement climatique et la concentration urbaine

Pendant quelques jours,  là Une des médias sera presque totalement occupée par le phénomène de canicule qui va affecter le pays comme si le phénomène était aussi exceptionnel que cela. En vérité, il s’inscrit dans une évolution tendancielle lourde caractérisée par le réchauffement climatique. Depuis des années et même des dizaines d’années, les hivers se font rares voire sont insignifiants tandis que globalement les températures s’élèvent ; cela en plus ; avec des mouvements de yo-yo surprenants, c’est-à-dire de grandes variations. Il y a longtemps que des météorologues ont prévu que Lyon connaîtrait le climat de Madrid en 2050 et celui d’Alger en 2100. Toutes les régions françaises seront affectées par cette hausse générale des températures qui ne concernent évidemment pas pas seulement la France mais  l’ensemble de la planète.  l’activité humaine à travers la pollution contribue largement à cette élévation des températures. En outre, l’urbanisme transforme les très grandes villes en véritable radiateur. Des sortes d’accumulateurs de chaleur dont la température ne parvient à baisser qu’après une heure du matin voir deux heures. L’écart avec les zones davantage mal atteints plusieurs degrés. Sur le plan technique, on  peut toujours expliquer les variations en indiquant la formation d’une dépression qui tire du sud vers   l’Europe des masses d’air chaud.

 

. Mais le problème est structurel et au lieu d’organiser l’adaptation des habitants à ces modifications du climat on les renforce en concentrant presque 80 % de la population dans les zones super bétonnées et supers goudronnées. Il faudra sans doute quelques catastrophes pour agir réellement sur le dérèglement climatique et sur l’urbanisme débridé qui non seulement porte atteinte aux conditions de vie mais prépare aussi à l’éclatement d’une bulle immobilière. Des pics de températures à 40 degrés sont attendus en milieu de semaine prochaine en France. Ce phénomène météorologique est accentué par le réchauffement climatique et l’urbanisation. Une importante vague de chaleur est attendue en France à partir de ce week-end et durant la semaine prochaine. Plus de 30 degrés à Paris dès dimanche et des pics de températures à 40 degrés en milieu de semaine prochaine sont prévus, en particulier dans l’est du pays. Météo France parle de risque réel de canicule, c’est-à-dire des températures dépassant les 20 degrés la nuit et ce, pendant trois jours consécutifs. Selon les premières prévisions, cet épisode caniculaire devrait durer au moins six jours.

« Cette vague de chaleur pourrait être remarquable par sa précocité et son intensité », précise Météo France.

C’est en particulier dans les grandes métropoles comme Marseille ou Toulouse, que les pics de température sont à redouter. Mercredi et jeudi prochain par exemple, il devrait faire 38 degrés. A Lyon, Météo France prévoit un mercure avoisinant les 40 degrés, mercredi, jeudi et vendredi prochain. L’air est plus chaud qu’en zone rurale à cause du phénomène d’îlot de chaleur urbain. Si les extrêmes de température vont continuer d’augmenter ces prochaines années, c’est donc aussi parce que les villes continuent de s’étendre. « L’urbanisation accélère ce processus », précise à notre antenne Alix Roumagnac, président de la Société Predict, avant d’ajouter:

« Il faut prendre conscience que ces phénomènes vont s’amplifier. Il est important de faire comprendre que le comportement des gens doit s’adapter à ces évolutions », préconise-t-il.

Actu, infos, économie, social, politique : articles les plus lus

 

Alain Richard, l’archétype du socialiste décadent

Alain Richard, l’archétype du socialiste décadent

 

Il copréside aujourd’hui avec de la députée juppéiste Marie Guévenoux, la Commission d’investiture nationale (CNI) chargée d’attribuer les investitures du parti présidentiel pour les élections municipales de 2020.cela en dehors de tout processus démocratique. A LREM, le sommet s’auto désigne et se reproduit. Richard, c’est l’archétype du responsable qui a tué le PS ; Il n’a sans doute choisi le PS qu’en fonction des opportunités politiques. Le choix pour les énarques étant soit les républicains (de l’époque) soit le PS. De toute façon,  Richard n’a pratiquement vécu que de la politique en outre en cumulant des postes de haut fonctionnaire. Bref le hold-up classique de couches sociales supérieures sur un parti qui devait représenter les moins favorisés ; Le parcours de Richard est éloquent PSU, rocardien, macronien, sénateur  sans doute même pourquoi pas pour un jour passer au RN. Champion de la cuisine politique, Richard ne finira chef étoilé car sa tambouille sent la vieille politique ; pas étonnant qu’il ait  accepté de présider ce comité particulièrement antidémocratique pour désigner les candidats aux municipales, c’est le socialisme revisité à la mode stalinienne. U vrai naufrage qui est peut pas seulement lié à l’âge à 75 ans, le courtisan espère toujours satisfaire le monarque avec au bout,  on ne sait jamais, un portefeuille ministériel pour gérer les Ephads et les vieux élus socialos recyclés. Dans les caves de Solferino, quelqu’un  aurait écrit : l’ENA m’a tué !

 

Iran–États-Unis l’affrontement entre les faucons et les colombes

Iran–États-Unis l’affrontement entre les faucons et les colombes

En ce moment dans les deux camps de tendance s’affrontent, ceux qui souhaiteraient une guerre  totale et des plus réalistes qui pensent qu’un conflit serait de nature à embraser une grande partie du monde. De ce point de vue, il n’est pas impossible que l’attaque de tankers et la destruction du drone américain constituent  des provocations de ce dur iranien. En tout état de cause la situation devient très tendue car s’il devait y avoir par exemple mort d’homme lors d’affrontements militaires alors  un processus de véritable guerre pourrait s’enclencher. L’Iran est une véritable poudrière car la guerre économique qui mène les États-Unis prive l’État iranien de ressources essentielles. Les bases mêmes de l’État islamiste sont ébranlées par le mécontentement grandissant de couches moyennes qui voient leur niveau de vie serait très touchés. Pas sûr cependant que l’addition des mécontentements politiques, sociaux ou économiques soient suffisants pour espérer renverser le régime. On pourrait même obtenir le résultat inverse, à savoir un développement encore exacerbé du nationalisme qui viendrait donner une légitimité supplémentaire  les plus radicaux le problème c’est que la perspective de ce conflit est particulièrement dangereuse pour leurs en raison de la proximité des régions qui pourraient être concernées.

Nouveau dérapage à Sud Radio

Nouveau dérapage à Sud Radio

Sud radio est un média  sulfureux qui soutient sans discussion possible la politique de Macron mais qui pour compenser se laisse aller à de écarts éditoriaux particulièrement sulfureux et démagogiques ; Souvent les propos de vielles  barbes qui se lâchent quant à leur vison réac. Ctte fois c’est  quL’enseignant Etienne Chouard, défenseur controversé du référendum d’initiative citoyenne (RIC), ne présentera plus son émission hebdomadaire sur Sud Radio, a indiqué le PDG de la station, Didier Maïsto, jeudi 20 juin. Cette décision fait suite aux propos  »confusionnistes » de l’enseignant sur l’existence des chambres à gaz.  Didier Maïsto, qui avait recruté Etienne Chouard en mars parce qu’il « questionnait le réel », l’a écarté parce qu’il pratique le  »confusionnisme », a-t-il déclaré à l’AFP, confirmant des informations du site Arrêt sur images.

Lors d’une interview début juin sur le site Le Média, Etienne Chouard avait souligné qu’il ne pouvait pas s’exprimer sur l’existence ou non des chambres à gaz, n’ayant « jamais rien lu » sur le sujet. L’enseignant avait ensuite reconnu sur son blog qu’il avait été « maladroit » et souligné qu’il devrait « refuser de s’exprimer sur ces sujets, qui servent surtout aux puissants du moment à museler leurs opposants politiques ».

Etienne Chouard n’animera pas les deux dernières émissions prévues sur l’antenne de Sud Radio, a indiqué Didier Maïsto. « J’ai fait tout ce que j’ai pu pour qu’il soit clair, il faut qu’il fasse son chemin. Si on n’a pas cette rigueur, ça disqualifie le reste », a souligné le PDG de Sud Radio et de Fiducial Médias (éditeur du magazine Lyon Capitale).

Etienne Chouard avait notamment déclenché une polémique en manifestant son intérêt pour l’essayiste d’extrême droite Alain Soral, ou en se définissant lui-même comme « complotiste » sur France Inter, c’est-à-dire méfiant envers les « complots des puissants ».

 

Croissance : tassement en Europe aussi en France

Croissance : tassement en Europe aussi en France

 

Tassement inquiétant en Europe mais  aussi en France

La Commission européenne prévoit une hausse du Produit intérieur brut (PIB) de 1,2% en 2019, et 1,5% en 2020, pour l’ensemble des 19 pays de la zone euro, après 1,9% en 2018 La Commission européenne a une nouvelle fois abaissé mardi ses prévisions de croissance  pour la zone euro en 2019 et 2020, dans un contexte d’incertitudes sur le commerce mondial et l’éventualité d’un « Brexit sans accord ».L’exécutif européen table désormais sur une hausse du Produit intérieur brut (PIB) de 1,2 % en 2019, et 1,5 % en 2020, pour l’ensemble des 19 pays ayant adopté la monnaie unique, après 1,9 % en 2018. De son coté, L’Insee publie ce jeudi sa note de conjoncture sur l’année 2019. L’institut prévoit une progression du PIB de 1,3% en 2019 en France, après 1,7% l’an dernier et 2,4% en 2017. 0,3%: C’est le rythme de croissance de l’économie française sur chaque trimestre jusqu’à la fin de l’année, selon l’Insee. Cela permettra au PIB de progresser de 1,3% en 2019. Cette année, la consommation des ménages en sera le principal moteur. Les ménages accroîtraient leur consommation de 1,3 %, après 0,9 % en 2018. À l’inverse, l’investissement des entreprises ne croîtrait plus que de 3,3 % en 2019. Une évolution certes dynamique, souligne l’Institut de statistique, mais moins importante qu’en 2018 (+3,9 %) et a fortiori qu’en 2017 (+5%).

Cryptomonnaie de Facebook, réglementer d’abord (banque d’Angleterre)

Cryptomonnaie de  Facebook, réglementer d’abord (banque d’Angleterre) 

 

Une banque centrale au moins a été claire à l’égard de la perspective de création d’une crypto monnaie par Facebook. On craint surtout la position de domination de la plate-forme dans le domaine monétaire comme cela a été le cas dans le domaine des réseaux sociaux. Il est clair que la crypto monnaie ne serait pas seulement un moyen de paiement, mais aussi un moyen d’échange voir une monnaie de réserve donc une vraie monnaie qui s’accorderait d’un coup un immense champ de souveraineté par-dessus les organismes de régulation notamment les banques centrales, par dessus les pays. Le danger est évidemment énorme car l’objectif de Facebook les d’influencer les manières de penser d’agir et de dépenser sans les contraintes d’un État ou d’un organisme régulateur. Bref des puissances supra nationales qui progressivement grignotent les champs de souveraineté des états. Facebook ne peut donc pas escompter pour sa cryptomonnaie le même climat de laisser-faire qui l’aida à conquérir une position dominante dans les médias sociaux, a déclaré jeudi Mark Carney le gouverneur de la Banque d’Angleterre (BoE).  Facebook ne peut pas escompter pour sa cryptomonnaie le même climat de laisser-faire qui l’aida à conquérir une position dominante dans les médias sociaux, a déclaré jeudi Mark Carney, le gouverneur de la Banque d’Angleterre (BoE).Facebook a dévoilé mardi une cryptomonnaie baptisée Libra qui doit lui permettre de s’imposer dans les paiements, les services financiers et le commerce en ligne dans le monde entier à partir des milliards d’utilisateurs de ses différents réseaux sociaux. “La Banque d’Angleterre a l’esprit ouvert vis-à-vis du Libra sans pour autant lui ouvrir la porte”, dit Carney, suivant le texte d’un discours. “A la différence d’un média social (…) les conditions d’exercice d’une innovation telle que le Libra doivent être définies avant même son lancement”.

Brigitte Macron : la ferme !

Brigitte Macron : la ferme !

Il faut vraiment qu’Emmanuel Macron soit bas dans les sondages (70 à 75 % condamnent toujours sa politique) pour qu’il fasse monter au créneau son épouse dans les médias et pour reprendre des éléments de langage complètement éculés mais soufflés évidemment par les innombrables boîtes de communication qui conseillent  l’Élysée. Le pire sans doute que Brigitte macro affirme que le mouvement des gilets jaunes était prévisible. Ce que disent évidemment maintenant tous les journalistes qui ne lisent pas l’avenir dans le marc de café mais qui font de la rétrospective à bon compte. Si le mouvement des gilets jaunes était prévisible, on se demande vraiment pourquoi Macon n’a pas pris les devants. Brigitte Macron aurait mieux fait de se taire surtout quand elle reprend des propos aussi démagos “Cette crise était prévisible parce qu’en gros qu’est-ce qu’ils disent? ‘A partir du 15 du mois, la vie est impossible et on veut que nos enfants aient accès au meilleur.’ Or ce fameux ascenseur social, ils disent qu’il est en panne et je les crois”, a déclaré l’ancienne professeure de français dans cette longue interview. “En cela, c’est clair que le président va agir”, a-t-elle assuré. “Je ne pense pas qu’il l’avait minimisée (la crise) mais il y a des réformes qu’il avait planifiées plus tard qu’il a faites plus tôt.”“J’ai eu peur pour la France (…) On n’arrive à rien par la violence”, a-t-elle aussi confié à propos du mouvement social qui secoue le pays depuis la mi-novembre et qui a connu plusieurs pics de tension cet hiver. A ses yeux, le “grand débat national” organisé en réponse à cette crise, qui a vu le président participer à de nombreuses réunions publiques à travers le pays, a eu un effet positif sur le chef de l’Etat. “Il a évolué, il est plus près”, juge-t-elle.Brigitte Macron, qui se dit “heureuse” à l’Elysée, dit avoir vécu comme un “apprentissage” ce début de quinquennat, qui a vu son mari se doter d’une “carapace”, sans pour autant changer fondamentalement.“Il est dur au mal, résilient, résistant, et ça force un peu mon admiration. Je suis derrière, je vois ce qu’il donne, et je vois ce qu’il prend”, a-t-elle dit. En réponse aux critiques qui décrivent Emmanuel Macron comme un homme arrogant ou distant, Brigitte Macron évoque une sorte de malentendu. “C’est quelqu’un d’une grande sensibilité, il a une âme de poète, » !! On croit rêver ou plus exactement écouter les propos de bistrot d’une femme qui espère une autre tournée de son mari «  quand Brigitte Macron veut faire peuple c’est évidemment avec des excès qui ne passent pas et le meilleur service qu’elle puisse rendre au pays c’est sans doute de se taire au lieu de délivrer de telles idioties

Boris Johnson : un fou pour remplacer May

Boris Johnson : un fou pour remplacer May

Boris Johnson, semble avoir les plus grandes chances de remplacer Theresa May. C’est le plus fervent partisan du Brexit mais il a tardé à se prononcer ; pendant longtemps il s’est montré opposé à cette séparation de la Grande-Bretagne. Peu importe le projet politique pour Boris Johnson, le seul objectif est depuis longtemps d’occuper le poste de Premier ministre. Boris Johnson est sans doute aussi fou que Donald mais il est beaucoup plus cultivé. Le problème de cet enfant de l’élite britannique c’est  et que ses facéties font office d’idéologie. Curieusement ce ne serait pas forcément le plus mauvais choix car Boris Johnson est capable de dire un jour le contraire de ce qu’il affirmait la veille. Ainsi aujourd’hui il prône un départ brutal de la Grande-Bretagne le 31 octobre et sans aucune indemnité. Mais d’ici là pourrait bien changer complètement de position et trouver un compromis qui ne heurterait pas des convictions personnelles très aléatoires. Boris Johnson est surtout un personnage très fantasque avec un ego sur démesuré  qui le contraint par exemple à entretenir l’image de ce responsable volontairement mal coiffé donc échappant aux canons esthétiques des gentlemen qui représente les Britanniques. Un détail toutefois c’est toujours juste avant les photos que le comédien Boris Johnson se décoiffe. Cet individu est évidemment dangereux car il est essentiellement imprévisible. Lui-même ne sait certainement pas où il veut conduire son pays. Pour preuve son passage comme maire de Londres a été particulièrement critiqué, en outre il n’a pas laissé de bons souvenirs quand il était ministre des affaires étrangères surtout en raison de son amateurisme. Né à New York, Boris de Pfeffel Johnson a fait ses études à Eton, l’école la plus élitiste du Royaume-Uni, et au Ballio College à Oxford. Il a commencé sa carrière comme consultant en management à la City de Londres, poste qu’il a quitté au bout d’une semaine. Il est alors devenu journaliste mais le Times l’a licencié, l’accusant d’inventer des citations. C’est ça manque de fabrique : inventer des réalités. Mais le dégager ambiant en vigueur dans nombre de zones mondiales favorise l’avenue de personnages aussi fous. On a trame évidemment, mais aussi Poutine, le chef d’État chinois, le chef de l’État turc, les dirigeants iraniens, le chef d’État de la Corée du Nord autant de cinglés qui auraient davantage leur place dans des établissements psychiatriques qui a la tête d’État.

Le bio à toutes les sauces

Le bio à toutes les sauces

Comme d’habitude, Leclerc fait très fort avec en première page de sa dernière pub : « on peut manger bio, boire bio, goûter bio, se laver bio sourire bio, s’hydrater bio, presser bio, assaisonner, picorer bio, mélanger bio etc. »  ne manque plus que respirer, penser, pisser bio.  Bref c’est la grande vague un taxe de la mode bio. Notons que sur la photo de la pub figurent des bananes lisses comme du plastique et qui ont dû échapper au traitement de DTT encore en vigueur dans de nombreuses exploitations bananières industrielles. Subitement tout est devenu bio, même les prix qui ont pris un petit coup au passage. Certes on ne peut que ce réjouir sans doute de la tendance à vouloir manger et utiliser des produits plus naturels. Reste que le vrai bio constitue sauf rares exceptions une fumisterie ;  exemple quand des animaux sont élevés avec du soja au OGM provenant du Brésil ou d’ailleurs. Une partie non négligeable des engrais et autres pesticides s’évaporent avec l’eau et viennent arroser toutes les plantes sans distinction. Sans parler de la pollution  des nappes profondes. Peut-on considérer qu’un produit est bio quand,  par exemple, il a effectué des milliers et des milliers de kilomètres, subi aussi des transformations sans parler de ses conditions réelles de production. Le vrai bio n’existe sans doute pas car tout est plus ou moins contaminé y compris par les l’emballage et les manipulations. Dans le bio encore plus qu’ailleurs les références constituent une véritable jungle et  sont complètement bidons. L’idéal est encore, quand c’est possible, de consommer des produits locaux dont on connaît les producteurs et ce n’est pas toujours une garantie suffisante. Pour un peu les grandes marques nous vendraient l’amour bio si elle pouvait !

Le racialisme nouvelle pseudo science des demeurés haineux

Le racialisme  nouvelle pseudo science des demeurés haineux

 

 

 

Un papier intéressant du Monde des idées sur le nouveau racisme.

 

« . Grand absent du Littré mais aussi du Dictionnaire de l’Académie française et du Larousse, le mot « racialisme » apparaît cependant comme un incontournable de notre époque. Cette notion est convoquée tour à tour par les détracteurs de Nadine Morano – laquelle, en 2015, emploie le terme de « race blanche » , par Bernard Maro, directeur de recherche au CNRS, pour désigner le Parti des indigènes de la République, ou encore par les professeurs Barbara Lefebvre et Anne-Sophie Nogaret contre des « chercheurs en indigénisme » réunis lors d’un colloque, en septembre 2018, à Paris-VII. Une manière pour les défenseurs de l’universalisme de reprocher aux chercheurs et aux militants inspirés par la pensée postcoloniale de remettre au cœur du débat une notion, la race, qui a nourri des idéologies dangereuses et mortifères.

Mais que signifie donc, au juste, le terme de « racialisme » ? Dans son Dictionnaire historique et critique du racisme (PUF, 2013), Pierre-André Taguieff, directeur de recherche au CNRS, le définit comme « toute construction idéologique fondée sur l’idée de “race humaine” et faisant appel à une conceptualité supposée scientifique, d’une façon plus ou moins prononcée ». Résumé ainsi, le racialisme constitue la base théorique sur laquelle vient s’appuyer le « comportement » raciste analysé par l’historien des idées Tzvetan Todorov.

Historiquement, le terme de racialisme est d’abord utilisé pour désigner un courant de pensée qui se développe dans l’Europe du milieu du XIXe siècle. Issu de « la théorie des races » datant du siècle précédent, ce racialisme originel ambitionne d’expliquer les phénomènes sociaux à la lumière de facteurs raciaux et héréditaires : il définit, il différencie et il hiérarchise les différentes « races ». Les corps sont mesurés, les groupes sanguins comparés. C’est ainsi que naissent la phrénologie, la théorie selon laquelle la forme du crâne détermine le caractère de l’individu, ou encore la craniométrie, l’étude précise des mensurations des os du crâne et donc de la place qui serait laissée au cerveau. Cette dernière pseudo-discipline utilisée à l’origine pour déterminer de quelle « race » étaient les individus examinés constitue le foyer privilégié de bon nombre de discours racistes. …..»

1...34567...12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol