Les casseroles de Sarkozy

Les casseroles  de Sarkozy

L’affaire la plus proche pour Sarko concerne en  fait M. Paul Bismuth, pseudo  de l’ancien président de la républue « quand il est en affaires » Le plus drôle dans cette histoire c’est que ces écoutes ont révélé que Sarkozy cherchait des informations concernant l’affaire Bettencourt. Bizarre puisqu’il a bénéficié d’un non lieu dans cette histoire rocambolesque. » Vous me  voyez, moi, aller chercher des vallées valises de billets chez Madame Bettencourt ? »  On ne sera jamais si les valises venaient de chez Madame Bettencourt mais le fait est que Sarkozy a dépensé le double du plafond légal pour sa campagne. Il fallait bien que les billets viennent de quelque part ! Peut-être de Kadhafi ?  Dans cette affaire, Nicolas Sarkozy a également été mis en examen le 21 mars 2018. Cette fois, pour « corruption passive, financement illégal de campagne électorale et recel de fonds publics libyens ». L’ex-secrétaire général de l’Élysée Claude Guéant et l’ancien trésorier de la campagne, Eric Woerth, ont également été mis en examen Lors de l’information judiciaire, les juges d’instruction cherchent à savoir si Nicolas Sarkozy a bénéficié d’argent en liquide lors de la campagne présidentielle de 2007 en provenance du régime libyen comme l’affirme l’intermédiaire Ziad Takieddine et d’anciens dignitaires de Tripoli. Nicolas Sarkozy nie les faits, conteste sa mise en examen et demande l’annulation d’une grande partie de l’instruction. Son avocat, Thierry Herzog, pointe plusieurs manquements dans l’enquête dont le non-respect l’immunité présidentielle et des règles fixées pour les poursuites pénales visant les ministres. Ces recours doivent être examinés le 17 octobre par la chambre d’instruction de la cour d’appel de Paris.

Le 4 juin, Nicolas Sarkozy a de nouveau été entendu par les juges d’instruction. Toutefois, l’ancien président de la République a refusé de répondre aux questions mettant en avant les recours déposés par son avocat. Nicolas Sarkozy a été mis en examen, en février 2016, pour financement illégal de sa campagne présidentielle de 2012, dans le cadre de l’affaire Bygmalion. Le juge d’instruction a ensuite ordonné, le 3 février 2017, le renvoi en correctionnelle de quatorze protagonistes dont Nicolas Sarkozy. L’ex-chef de l’Etat est poursuivi pour avoir dépassé de 20 millions d’euros le plafond autorisé des dépenses lors de la campagne présidentielle de 2012. Il encourt une peine de 3.750 euros d’amende et un an d’emprisonnement.

Depuis, l’ancien président de la République a vu la cour d’appel confirmer la décision du magistrat puis le Conseil constitutionnel rejeté son recours le 17 mai dernier. Nicolas Sarkozy estimait qu’ayant déjà été sanctionné financièrement pour avoir dépasser le plafond des dépenses pendant la campagne 2012, il ne pouvait pas être pas jugé sur le même sujet. Le Conseil constitutionnel a répondu que sanction financière et sanction pénale n’avaient rien à voir et que le procès pouvait avoir lieu. La Cour de cassation doit réexaminer le dossier le 17 septembre.

L’ex-secrétaire général de l’Élysée Claude Guéant et l’ancien trésorier de la campagne, Eric Woerth, ont également été mis en examen.

Sarko conteste sur de nombreuses affaire le non respect de l’immunité présidentielle ; Et il vient de sortir un bouquin ; peut-être pour payer ses nombreux frais d’avocat.

 

0 Réponses à “Les casseroles de Sarkozy”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol