Référendum : aux oubliettes !

Référendum : aux oubliettes !

 

 

 

Pratiquement en préambule, le chef de l’État a indiqué les mesures qu’il ne prendrait pas en compte à savoir notamment le RIC, le rétablissement de l’impôt sur la fortune ou encore le vote blanc ou  obligatoire. Il aurait pu ajouter le référendum. Cette perspective n’a en effet été que de manière accessoire par Emmanuel Macron. En fait, ce référendum en l’état du soutien au président et des clivages dans le pays serait sans doute particulièrement dangereux politiquement. Macron serait susceptible de le perdre. Concernant l’évolution du fonctionnement démocratique, les mesures se résument à pas grand-chose avec peut-être quelques champs d’activités supplémentaires délégués aux collectivités locales mais évidemment avec la question des moyens qui va se poser. Aussi une réduction du nombre de parlementaires que Macron préfère négocier avec le président du Sénat plutôt  que de prendre l’hypothèse risquée d’un référendum. En clair, le référendum est enterré comme pour l’instant toute perspective de dissolution de l’Assemblée nationale. Pas question donc pour le chef de l’État de se soumettre à un quelconque exercice de vérification démocratique en l’état de sa popularité. De ce point de vue, le débat national et la conférence de presse n’ont pas servi à grand-chose dans la modification des rapports de force. Il y a toujours environ 70 % de la population qui estime que sa politique économique et sociale n’est pas efficace et qui pensent que sa dernière intervention ne changera pas leur situation. Emmanuel macro stagne toujours à 30 % d’opinions qui lui sont favorables. Il a pourtant sérieusement envisagé de s’y soumettre, avec le mois de septembre en ligne de mire. Lui-même l’a dit durant cette conférence de presse. Début février, alors que le grand débat national battait son plein, plusieurs membres de l’entourage d’Emmanuel Macron étaient convaincus que celui-ci devait « repasser par le peuple ». « Le référendum est le seul moyen de se relégitimer en dehors d’une élection anticipée ou d’une dissolution de l’Assemblée nationale », affirmait auprès du Monde l’un de ses proches. Dans Le Journal du Dimanche, un autre y voyait un « moment citoyen » qui permettrait au président de « repartir politiquement pour pouvoir continuer à réformer ». Et le même d’évoquer l’hypothèse d’un « référendum à questions multiples », trouvaille inédite mais particulièrement casse-cou, L’idée, fort peu soutenue par l’entourage du Premier ministre Édouard Philippe, a été vite jetée aux oubliettes. A la place il faudra se contenter de référendums locaux par exemple pour savoir si le ramassage des ordures doit avoir lieu le matin ou l’après-midi.

0 Réponses à “Référendum : aux oubliettes !”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol