• Accueil
  • > société
  • > L’instrumentalisation de la condamnation du complotisme pour limiter la critique politique

L’instrumentalisation de la condamnation du complotisme pour limiter la critique politique

L’instrumentalisation de la condamnation du complotisme  pour limiter la critique politique

 

 

 

 

La condamnation du complotisme  est à la mode, comme celle des fake news.  Il s’agit en fait de la même problématique dont l’objectif est de limiter la critique politique. Avec une telle condamnation la plupart des mises en cause de groupes de pressions est d’emblée discréditée au nom de l’objectivité et de la vérité. Bien entendu certaines thèses complotistes  relève de la plus grande fantaisie mais constituent cependant une part non négligeable de la ligne éditoriale de certains magazines populaires. La condamnation des fakes news ou des prétendus thèses conspirationnistes. La critique est particulièrement confuse car on ne sait pas quel est le champ d’application (informations générales, informations personnelles, nature de faits ou interprétations etc.). Tout cela renvoie en outre un concept d’objectivité ou de vérité qui est particulièrement subjectif. Selon un sondage Odoxa Dentsu Consulting»  pourtant 88% soutiendraient  la loi de novembre 2018 visant à lutter contre leur propagation en période électorale et plus généralement les Français seraient de plus en plus nombreux à considérer que l’intox est une question importante (50 %). Ce problème est toutefois complètement ingérable car l’intox est pratiquée partout. En premier, lors des campagnes électorales et pour  à peu près tous les candidats. La plupart des promesses relèvent  en effet de l’intox et mériteraient d’être sanctionnées quand elles ne sont pas suivies d’effet. Une perspective illusoire évidemment car c’est ce qui caractérise le système politique et même les fondements de notre démocratie. Comment en effet être élu sans promesses dont beaucoup constituent des illusions. En dehors des périodes électorales, le pouvoir lui-même ne cesse de diffuser de fausses  informations par exemple sur les perspectives de croissance, sur le budget, sur l’efficacité des institutions, sur le chômage, et sur nombre de questions socio économiques. Il y a aussi les médias pour la  plupart dans les mains des financiers qui ne cessent d’intoxiquer l’opinion avec des analyses très orientées, approximatives voire manipulatrices. De toute manière, cette loi applicable pendant les périodes électorales est impossible à mettre en œuvre.  Pour 81% des personnes interrogées, cette loi «est une bonne chose.» Le rejet est toutefois important chez les personnes s’informant via les réseaux sociaux et les blogs: pour 33% d’entre eux, cette loi «est une mauvaise chose car elle risque de porter atteinte à la liberté d’expression.» «Le gouvernement pourra se satisfaire de voir l’une de ses lois plébiscitée par l’ensemble du spectre politique», note Gaël Sliman, président d’Odoxa. «Non seulement cette loi enchante les sympathisants LREM (95%), mais elle est aussi approuvée par plus des trois quarts des sympathisants de gauche (84% des PS et 77% des Insoumis) comme de droite (75% des LR et 73% des RN).» En réalité la problématique posée de l’intox est elle-même une manipulation car elle renvoie au concept d’objectivité et de vérité. Deux concepts tout à fait relatifs. Le problème c’est que les uns et les autres ne parlent pas de la même intoxication ! Une autre enquête de l’IFOP démontrerait que 65 % des Français croiraient au moins à une des thèses complot autistes. Pour l’IFOP les adeptes des thèses complotistes seraient plutôt des abrutis.  Parmi les personnes croyant au moins à cinq des dix théories proposées, 55% d’entre elles ont moins de 35 ans et sont sans diplôme ou titulaires d’un BEPC, CAP ou BEP. Plus le niveau d’études est faible, plus les sondés croient au complot. Deux conspirationnistes sur trois (67%) sont en outre issus de catégories pauvres ou modestes et plus de la moitié d’entre eux (58%) ont le sentiment de n’avoir pas ou plutôt pas réussi leur vie. Une autre manière de discréditer le complotisme ou les fake news. Un genre d’étude assez caricaturale assez à la mode en ce moment dans certains médias particulièrement inquiets de la désaffection vis-à-vis de la presse traditionnelle est très critique vis-à-vis d’Internet. Finalement une préoccupation qui rejoint celle du pouvoir qui voudrait légiférer pour interdire les fausses nouvelles.

0 Réponses à “L’instrumentalisation de la condamnation du complotisme pour limiter la critique politique”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol