Ghosn et Renault : le feuilleton continue

Ghosn et Renault : le feuilleton continue

 

Le Japon n’en finit pas de rajouter de nouvelles mises en accusation du patron de Renault et de l’Alliance. L’objectif est clair il est à la fois économique et politique. Schématiquement on veut chez Nissan rejaponiser la marque. En clair se soustraire à l’Alliance ou bien la dominer. L’avantage de maintenir Carlos Ghosn en prison c’est qu’on prive le conseil d’administration de Nissan d’un administrateur qui pourrait faire pencher la balance. Du coup Renault a demandé la réunion d’une assemblée générale que refuse la direction de Nissan. Bref du capitalisme à la japonaise sur fond de nationalisme très assumé. Maintenant De nouvelles accusations mises en avant par le parquet de Tokyo contre Carlos Ghosn tournent autour de l’usage présumé de fonds de Nissan Motor pour payer un homme d’affaires saoudien qui aurait aidé l’ex-président du constructeur automobile japonais à se sortir de difficultés financières, ont déclaré deux sources de Nissan au fait du dossier. Un vrai roman policier même si certains éléments sont peut-être partiellement vrais. Selon les sources de Nissan, le particulier qui a aidé Ghosn se nomme Khaled Al-Juffali, vice-président de E.A. Juffali and Brothers, l’un des plus gros conglomérats d’Arabie saoudite, et membre du conseil d’administration de l’Autorité monétaire d’Arabie saoudite. Il est également actionnaire majoritaire d’une société appelée Al-Dahana, propriétaire de la moitié d’une coentreprise régionale se nommant Nissan Gulf, l’autre moitié étant détenue par une filiale à 100% de Nissan Motor.

0 Réponses à “Ghosn et Renault : le feuilleton continue”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol