Macron: Pas de changement de cap

Macron: Pas de changement de  cap

C’est lavis de l’opposition qui acte quelque pas avec toutefois le risque d’une “smicardisation” de la société il y aura un effet d’aubaine dans certaines entreprise).  La France insoumise note que  président épargne “les grandes fortunes et les profits». On note aussi que Macron n’est pas revenu sur la désindexation des retraites dont l’augmentation reste  limitée à 0.3% quand l’inflation aura atteint au moins 2% en 2019.

Le chef de file de La France insoumise a repris le thème du “président des riches”, leitmotiv des “Gilets jaunes”, en affirmant que “toutes les mesures qu’il a annoncées seront payées par les contribuables et les assurés sociaux, aucune par les grandes fortunes et les profits.” “On attend une vraie redistribution des richesses”, a abondé sur BFM TV le fondateur du mouvement Génération.s, Benoît Hamon. L’ancien candidat à la présidentielle a déploré la non-remise en cause de l’impôt sur la fortune (ISF), l’absence de contribution des “grandes entreprises polluantes” ou encore “des banques et des actionnaires». Le Premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, est lui aussi allé sur ce terrain. “Le cap n’est pas modifié”, a-t-il déploré sur France 2, estimant que le gouvernement aurait pu toucher aux “20 milliards” correspondant au “doublement en 2019 du CICE”, le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi en passe d’être transformé en baisse de charges pérenne. Nicolas Dupont-Aignan a décrit sur Périspcope “un grand numéro de théâtre” présidentiel. “J’allais dire de mauvais théâtre. De fausse empathie, fausses mesures, une hypocrisie incroyable”, a insisté le député de l’Essonne. “Il va continuer la même politique avec un petit paquet cadeau et un petit ruban en couleur. La même politique, cela veut dire la même spoliation des Français qui travaillent”. Pour le président de Debout la France, les Français doivent retourner aux urnes. “Il faut absolument maintenant que le peuple arbitre par le suffrage universel.” Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat, a reconnu que le président avait fait des “constats justes” mais déploré qu’il ne s’attaque pas à la baisse de la dépense publique. “Il ne peut pas y avoir de baisses d’impôts s’il n’y a pas de baisse des dépenses publiques”, a-t-il dit sur France 2. “À concentrer les aides sur le smic, on va smicardiser la société française”, a-t-il aussi déploré. “Ceux qui vont être au-dessus vont avoir toujours la double peine : la CSG et la non indexation”.

0 Réponses à “Macron: Pas de changement de cap”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol