• Accueil
  • > Archives pour octobre 2018

Archive mensuelle de octobre 2018

Page 17 sur 17

Incident Facebook: une faille ou du business ?

Incident Facebook: une faille ou du business ?

 

- Le secrétaire d’Etat français au Numérique ouvre la boîte de pandore à propos des facteurs explicatifs concernant le pillage de données 50 millions d’abonnés. On sait que Facebook constitue une plate-forme d’échanges d’infos entre amis qui livrent des données personnelles particulièrement intéressantes pour la publicité ciblée. On ne peut en effet adresser de publicité tout le temps et sur tout aux 2 milliards d’abonnés de Facebook. Le coût serait insupportable pour les annonceurs. Du coup il faut extraire de cet immense fichier des échantillons homogènes par pays, par produit, par comportement par catégorie socio professionnelle etc. Ces fichiers coûtent une fortune et c’est le cœur du business de Facebook. Du coup le secrétaire d’État français au numérique n’exclut pas la possibilité que le pillage des données vienne même de l’intérieur de Facebook comme cela a déjà été le cas.  “J’ai regardé dans le détail (…) comment Facebook expliquait cette faille. C’est une faille extrêmement complexe. C’est-à-dire qu’il ne s’agit pas d’une faille simple ou d’un hack qui utilise des failles déjà très connues”, a déclaré Mounir Mahjoubi à Radio J. “C’est une vraie construction; quelqu’un y a passé beaucoup de temps”, a-t-il ajouté. “Ça veut dire soit un génie, soit une organisation très structurée, soit (…) quelqu’un de l’intérieur.”Il n’a pas exclu non plus qu’un “grand pays” puisse être derrière cet incident qualifié par le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, de “très sérieux problème de sécurité». Selon Mounir Mahjoubi, Facebook France n’a pas été en mesure à ce stade de dire si des internautes français ont été affectés et dans quelle mesure. “J’ai fait partie des 90 millions de comptes qui ont été déconnectés d’urgence dans la journée d’avant-hier”, a cependant ajouté le secrétaire d’Etat. “Je pense donc avoir la preuve que des comptes français sont concernés.”

Chaîne télé info continue : trop de discussion de bistrot

Chaîne télé  info continue : trop de discussion de bistrot

Les chaînes télé d’info continues ne parviennent pas réellement à décoller au regard de l’audience de chaîne plus généralistes. En cause sans doute le côté répétitif des infos toutes les heures ou les demi-heures. Mais aussi une ligne éditoriale qui s’appuie sur des plateaux télé composés souvent de pseudos experts et  de vieilles barbes qui ont tendance à radoter. On comprend évidemment les difficultés à trouver l’équilibre économique car les bons journalistes, les bons animateurs et les bons intervenants ont un prix. Alors trop souvent on fait appel à des intervenants gratuits, facilement disponibles avec un très fort pourcentage de vieux experts qui radotent et où qui n’ont pas produit d’études, de recherche plus généralement de travaux pratiques depuis plusieurs dizaines d’années. Trois chaînes d’info dominent. Il y a BFM, LCI et C news. France Info présentant la particularité d’être un peu trop le copier coller de la radio alors que l’audience.  Sur les chaînes généralistes peut tourner pour la meilleure autour de 5 millions de téléspectateurs celle de la meilleure chaîne d’info continue atteint 250 000 pour BFM autour de 200 000 pour LCI et encore moins pour C news. BFM domine et de loin en audience et en qualité de programme. En cause sans doute,  les compétences des animateurs comme par exemple Ruth Elkrief  tandis que Poivre d’Arvor sur LCI se montre toujours aussi nonchalant et Laurence Ferrari toujours aussi approximative. Les chaînes d’info peinent donc à trouver leur public car le plus souvent elles ne font que délayer de façon un peu médiocre, BFM excepté, les grands thèmes traités par les généralistes. Beaucoup de choses méritent d’être revues : les formats, les animateurs et les intervenants. Dommage parce que ces chaînes ont au moins l’avantage de disposer de temps pour traiter de manière approfondie les problématiques.

Accord commercial Canada États-Unis

Accord commercial Canada États-Unis

On se souvient que les États-Unis avaient passé un accord un peu surprise avec le Mexique et que le Canada était menacé d’être exclu. Après des propos assez virulents entre les responsables des deux pays, on est parvenu à un accord sur l’Alena. C’est évidemment une bonne nouvelle pour les zones économiques intéressées même si on peut toujours contester certaines concessions relatives en particulier aux règles de l’environnement et de la santé. La question est de savoir si cette avancée sera de nature ou pas à créer les conditions d’un nouveau traité entre les États-Unis et l’Europe. En fait,  tout dépendra des orientations que prendra le président américain vis-à-vis des droits de douane sur les importations en provenance de l’Europe. Cette taxe éventuelle devait porter un coup significatif aux exportations allemandes il est alors probable qu’on serait tenté outre-Rhin de négocier un traité commercial. La France, elle, est toujours réticente vis-à-vis d’un tel projet car elle craint que  ne soit sacrifiée l’agriculture. Attendant Le Canada et les Etats-Unis sont parvenus à un accord sur la réforme du traité commercial Aléna qui lie ces deux pays et le Mexique depuis 1994, Dans ce nouvel Aléna, les États-Unis et le Canada se sont entendus sur les termes d’une version modernisée de l’accord qui assouplira l’accès au marché laitier canadien pour les producteurs américains mais maintiendra « intact » le système d’arbitrage des litiges commerciaux, a annoncé une source canadienne.. Washington et Ottawa se sont également mis d’accord pour que le nouveau traité commercial, qui doit également lier le Mexique, crée un chapitre sur l’environnement, une première depuis la création de l’Aléna en 1994, et garde l’exception culturelle canadienne, a indiqué un haut responsable canadien. Une déclaration officielle conjointe devait être publiée sous peu.

 

Les grands médias : en vacances du vendredi au lundi !

Les grands médias : en vacances du vendredi au lundi !

 Ceux qui suivent régulièrement les grands médias constatent que les contenus s’appauvrissent de plus en plus du vendredi au lundi. Certains médias conservent même les mêmes une. Un effet sans doute de la réduction du temps de travail qui s’applique aux salariés y compris aux journalistes. On pourrait penser que cette lacune est comblée par les sites de leurs  médias sur Internet. Or les sites sont souvent des copier coller du support écrit, des sortes de versions allégées concernant les textes mais encombrés de photos et de vidéos qui meublent les vides. Les médias ne sont que le reflet de la société. Les grandes émissions, les grands enquêtes,  les grands éditos s’arrêtent le vendredi à midi et ne reprennent que le lundi. Plutôt bizarre dans la mesure où on peut supposer que la demande est plus forte lors des week-ends et  que les lecteurs sont davantage disponibles. Pour donner l’impression que les une change,  on reprend la maquette du vendredi en y ajoutant quelques dépêches d’agence relatives notamment au sport. Pas étonnant dans ces conditions que les grands médias et des difficultés à trouver leur équilibre économique. Certes ce n’est pas la seule raison, il y a surtout la concurrence de centaines et de milliers de sites qui apportent une autre information plus indépendante, plus approfondie,  même s’il faut parfois chercher dans cette vaste auberge espagnole que constitue Internet. Notons enfin que pendant les périodes de vacances d’été la plupart des grandes émissions télé et des grandes rubriques de la presse écrite disparaissent pendant au moins deux mois. Là encore,  la preuve que la valeur travail a été bien affectée y compris chez ceux dont la mission est d’éclairer la société

1...1314151617



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol