La Blockchain : une vraie révolution (Joseph Lubin)

 La Blockchain : une vraie révolution   (Joseph Lubin)

, le Canadien Joseph Lubin, expert en blockchain, aussi  des premiers milliardaires en cryptomonnaies au monde explique le potentiel révolutionnaire de la Blockchain, (interview la Tribune

 

Comment êtes-vous arrivé dans l’univers de la Blockchain ?

JOSEPH LUBIN - Début 2011, j’ai commencé à beaucoup m’intéresser au livre blanc de Satoshi Nakamoto sur le Bitcoin [paru fin 2008 sous le titre « Un système pair-à-pair de cash électronique »]. Il décrit à la fois la création d’un « jeton de valeur », le Bitcoin, une technologie de base de données de nouvelle génération, la Blockchain, et la « crypto-économie », qui est devenue un sujet d’études. J’ai réalisé que cette technologie pouvait nous aider à tout réinventer, tout reconstruire. J’ai commencé dans la robotique et les réseaux neuronaux, j’ai travaillé pendant 20 ans dans la tech et les logiciels, notamment chez Goldman Sachs, à l’informatique, puis dans un hedge fund, jusqu’à ce que le monde financier commence à s’effondrer. J’étais désenchanté, déçu. J’ai lu tout ce qui existait sur le Bitcoin et la Blockchain, je suis devenu une sorte d’expert. Je n’ai pas pensé lancer une activité dans ce domaine à l’époque, il était clair que cette technologie était encore très immature et allait le rester un moment.

En décembre 2013, à Toronto, j’ai rencontré Anthony Di Iorio, qui travaillait sur un projet de Bitcoin Global Alliance et avait ouvert un lieu, Decentral, où se réunissaient des passionnés pour réfléchir au Bitcoin 2.0. Beaucoup de gens avaient réalisé que la technologie Blockchain devrait servir à de multiples applications au-delà du seul cas d’usage étroit de la monnaie. Anthony m’a fait rencontrer Vitalik Buterin [un jeune programmeur surdoué russo-canadien, ndlr], qui avait cofondé Bitcoin Magazine, et savait expliquer clairement, à seulement 19 ans, des choses très techniques. Il avait écrit une ébauche de livre blanc. Sa vision consistait à séparer cette technologie très compliquée en deux couches, le protocole qui nécessite ce que j’appelle des « prêtres du protocole », des experts très spécialisés capables d’ajouter de nouvelles fonctionnalités, et la couche des applications, où des ingénieurs ordinaires peuvent concevoir et faire tourner toutes sortes de programmes. Trois semaines plus tard, Vitalik avait formalisé le projet Ethereum.

Quel a été votre rôle dans la création d’Ethereum ?

Je suis un des huit cofondateurs d’Ethereum. En janvier 2014, nous avons loué une maison juste avant la grande conférence sur le Bitcoin en Amérique du Nord à Miami, où Vitalik devait présenter publiquement son livre blanc [sous le titre « Une nouvelle génération de plateforme pour les ‘smart contracts’ et les applications décentralisées« , ndlr]. Il y avait déjà beaucoup de buzz sur le projet. Deux codaient, Gavin Woods et Jeff Wilcke, tandis que les autres s’occupaient de toute la documentation et de décisions de conception. Je me suis notamment chargé de la définition de ce que serait le « jeton » d’Ethereum et la vente de ce « token », l’Ether. Nous ne considérions pas cet actif numérique, et ne le considérons toujours pas, comme une crypto-monnaie.

Le réseau Bitcoin a été créé uniquement pour le jeton Bitcoin, alors que nous étions un groupe d’ingénieurs en logiciels qui voulait apporter cette nouvelle sorte de base de données à d’autres ingénieurs. Notre projet consistait à créer une plateforme pour des applications décentralisées et une façon d’indemniser ceux qui allaient partager leurs ressources pour la créer, et aussi leur donner une incitation à sécuriser le réseau.

Il fallait aussi déterminer l’algorithme de consensus [pour valider les transactions], « preuve d’enjeu » ou « preuve de travail », ce dernier a été choisi en l’améliorant. J’ai été aussi impliqué dans la définition de l’écosystème. Ce n’était pas vraiment un business plan, plutôt des lignes directrices. Initialement, nous voulions créer une entreprise, avec une partie à but lucratif et l’autre non. Mais pour des questions de personne, c’est devenu impossible, ce n’était pas viable.

Nous avons créé à Zoug une société Ethereum Switzerland GmbH, pour réaliser la vente de « tokens », et établi également à Zoug la Fondation Ethereum (Stiftung Ethereum), dont la mission est de guider les développements de la plateforme et d’assurer sa maintenance. Nous avons donné 100% du contrôle d’Ethereum GmbH à la Fondation Ethereum. Nous voulions rester hors des États-Unis car nous n’étions pas sûrs de la façon dont notre jeton serait traité là-bas, il risquait d’être perçu comme une nouvelle crypto-monnaie. La Suisse est un pays qui défend la liberté, le vote, la vie privée, son gouvernement est ouvert à la discussion.

Vous êtes parti créer ConsenSys avec quelle vision ?

Je me suis proposé d’être l’avant-poste d’Ethereum à New York : je suis Canadien, mais j’ai passé pas mal de temps là-bas, après mes études à Princeton. J’ai rassemblé des gens pour construire un site d’applications décentralisées, un « DAppStore ». Nous avons commencé à développer des outils comme la suite Truffle [kit pour déployer un "smart contract", un contrat intelligent qui se déclenche automatiquement, sur la Blockchain] et une solution de gestion d’identité numérique, uPort Identity, qui soit meilleure que les mots de passe. L’objectif est d’aider à transformer le Web 2.0 vers un Web 3.0 à l’architecture bien moins centralisée et dont les individus récupèrent le contrôle. Nous croyons beaucoup dans la Blockchain et nous voulons être un catalyseur de cette technologie.

Nous avons dû créer notre propre écosystème, ce qui fait que notre société a une configuration assez insolite et un mode de fonctionnement décentralisé. Nous aimons appeler cela un « maillage » de projets, d’entreprises, qui ont une grande part d’ADN commun. Nous avons démarré un « venture production studio », où l’on incube des projets, que des gens font grandir à l’intérieur de ConsenSys, dont certains sont ensuite scindés et deviennent des startups indépendantes. Nous créons aussi toutes sortes de solutions et d’outils pour faciliter la vie des développeurs qui veulent connecter leurs applications au réseau Ethereum, comme Infura [Infrastructure-as-a-service, solution de dimensionnement pour gérer les pics à l'émission de jetons, par exemple].

Nous avons une division Consulting, qui fait du conseil et du développement logiciel. Nous avons réalisé des pilotes, des « proofs of concept » (PoC) pour des entreprises dans des secteurs variés, l’énergie, la banque, la logistique, la santé, le sport, le secteur public, et dans de nombreux pays, à Dubaï, aux États-Unis, en France. Par exemple, nous avons développé la plateforme de Komgo [entreprise fondée par une quinzaine de groupes, notamment des banques, dont Société Générale, BNP Paribas, et Crédit Agricole, ndlr], dans le financement du commerce international de matières premières. Nous avons aussi travaillé avec des banques centrales, à Singapour et en Afrique du Sud. Cette division, que nous avons dû scinder, a enregistré une croissance très significative.

Nous avons monté la ConsenSys Academy, car nous disposions de beaucoup de matériel de formation de notre activité de conseil et nous avions besoin d’accroître nos capacités en développement : 1.500 personnes sont devenues des développeurs Blockchain grâce à nous.

Nous avons aussi une division Marchés de capitaux qui conçoit notamment une solution de conservation (« custody ») pour les crypto-actifs, Trustology, afin que les institutions financières soient plus à l’aise avec les jetons, les actifs numériques lorsqu’elles décideront d’aller sur ce marché. Nous avons une équipe très solide, dont l’ancien responsable de la technologie chez UBS, Alex Batlin, à Londres, qui annoncera bientôt un partenariat très important.

Lire aussi : Fidelity, premier géant de la finance à sauter le pas du Bitcoin

Enfin, nous avons aussi créé ConsenSys Ventures, notre bras de capital-risque, doté de 50 millions de dollars. Nous avons investi dans 30 entreprises, de petits tickets, de 75.000 à 100.000 dollars en moyenne, parfois ce sont des subventions. Nous avons ouvert en septembre un accélérateur, Tachyon, qui a sélectionné 16 projets qui seront mentorés par des superstars de la Blockchain et du Web 2.0. Il y a un projet français parmi eux, Quidli, un projet génial d’émission dynamique du capital, pour distribuer des parts aux employés.

Vous avez remporté l’appel d’offres de la Commission européenne pour réaliser son observatoire de la Blockchain. Que répondez-vous aux parlementaires français critiquant ce choix d’une « entreprise américaine spécialisée dans la Blockchain Ethereum«  ?

Nous ne sommes pas une société américaine. ConsenSys Inc n’est pas la maison-mère, elle emploie 300 à 400 personnes sur 1.100 employés : c’est ConsenSys AG à Zoug qui chapeaute le tout, elle possède le contrôle de nombreuses entités régionales. Juridiquement, nous sommes une société suisse mais nous sommes en fait une startup internationale, avec des bureaux un peu partout dans le monde : 50 personnes à Paris, autant à Londres, 250 à Dublin, etc. Nous n’extrayons pas de la valeur d’un pays vers un autre.

L’équipe de ConsenSys France a mené la candidature à l’appel d’offres de la Commission européenne pour son observatoire de la Blockchain, je n’étais pas au courant au départ. C’est un projet français avec l’appui des meilleurs experts mondiaux, à travers le maillage de ConsenSys. Il est réalisé en partenariat avec trois universités [Lucerne, Londres et Southampton].

Quant à l’étroitesse éventuelle de notre expertise, nous utilisons Ethereum parce que c’est la Blockchain à l’écosystème le plus puissant et de loin le plus largement utilisé, alors que Bitcoin est une technologie très étroite. Nous sommes convaincus que l’avenir sera un monde de registres interopérables. Nous disposons d’énormément d’expertises car nous avons recruté ces deux dernières années des gens de Deloitte, d’EY, et un des fondateurs de la division Blockchain d’IBM et de la plateforme Hyperledger Fabric, John Wolpert. Nous avons aussi des gens ayant travaillé sur Corda [la plateforme opensource de la startup R3, issue d'un consortium de banques, ndlr]Il n’y a probablement aucune entreprise dans le monde qui dispose d’une expertise aussi large sur la Blockchain que Consensys, à part peut-être Accenture ou l’un des Big Four. Je pense que nous avons l’expertise la plus étendue.

Est-ce vous qui financez seul le développement de ConsenSys sur votre fortune personnelle en ethers ?

ConsenSys est financé en partie par moi, mais aussi par les revenus désormais importants que génèrent certaines de nos activités. Nous ne publions pas de chiffres pour le moment. Nous ne dégageons pas de bénéfice mais si l’on prend en compte les émissions de « jetons », les Initial Coin Offerings (ICO) réalisées par certaines de nos entités, nous sommes en situation de cash-flow positif. Plusieurs activités rapportent des revenus significatifs, des dizaines de millions de dollars pour notre pôle solutions par exemple. Notre équipe « Diligence », qui réalise des audits de sécurité des « smart contracts », est très demandée et obligée de décliner 99% des demandes, ce qui permet de facturer ce travail à des montants élevés.

ConsenSys elle-même pourrait-elle réaliser une ICO, une levée de fonds en crypto-actifs ?

Il n’y a pas d’investisseurs extérieurs, en revanche un bon nombre d’employés ont des parts de capital. Nous préparons déjà la prochaine allocation, notre idée est que tout le monde à ConsenSys devrait en avoir. Nous avons beaucoup réfléchi à l’émission d’un jeton ConsenSys, qu’il s’agisse d’un jeton d’investissement ou d’usage ["utility token" donnant un droit d'usage à des biens ou services à venir] : nous pensons que ce serait probablement un titre financier (« security token »). Mais nous n’avons aucun calendrier arrêté. Nous sommes très occupés sur de nombreux sujets, notre entreprise enregistre une très forte croissance. Avant de pouvoir envisager sérieusement d’émettre notre propre token, il faut que tout soit bien ficelé, que le cadre juridique soit bien stabilisé aussi.

Quelles applications vous semblent les plus convaincantes, les plus adaptées à la Blockchain ?

On pourrait poser la même question au sujet d’Internet : dans quel champ est-ce le plus utilisé ? La Blockchain va pénétrer partout, là où il est nécessaire d’améliorer la confiance, c’est-à-dire à peu près n’importe où et tous les secteurs. Cela peut être pour partager des infrastructures de confiance entre concurrents de manière collaborative. Nous aidons des entreprises établies à bâtir des systèmes plus efficaces pour partager des données de référence, par exemple dans les activités de taux entre institutions financières, ou aussi pour explorer de nouveaux modèles d’affaires. En France, nous connaissons une importante institution financière qui envisage d’entrer dans l’univers des ventes de tokens, Goldman Sachs et Morgan Stanley songent à ouvrir un desk de trading en crypto-actifs. Aux États-Unis, nous allons bientôt sortir une application avec une grande marque de biens de consommation traçant l’origine de différentes matières.

Dans la finance, les infrastructures vont finir par basculer sur la Blockchain. Nous avons aidé Santander à construire un système interbancaire de paiements transfrontaliers s’appuyant sur la technologie Blockchain, qui effectue les règlements en dix secondes. Le responsable de la Blockchain chez Santander, Julio Faura, est parti pour diriger ce projet,Adhara, que nous avons intégré [ConsenSys vient d’y investir 15 millions de dollars, ndlr] : nous utilisons cette infrastructure pour bâtir un système de règlements en temps réel qui « tokenise » [convertit les droits liés à un actif en jetons numériques] de l’argent réel par le biais d’un registre distribué fonctionnant avec des « smart contracts » : les règlements interbancaires, entre établissements qui se font déjà confiance, pourraient ainsi avoir lieu non pas tous les jours mais une fois par semaine ou par mois.

La volatilité des crypto-monnaies, y compris de l’ether, nuit-elle au développement de la Blockchain ?

Vous savez, il y aura tellement de crypto-actifs différents à l’avenir. Cela nous va très bien que l’ether soit utilisé comme une crypto-commodité ou un crypto-actif. Comme tout actif, comme le pétrole par exemple, l’Ether fait l’objet d’échanges, de trading. C’est vrai que son cours est plus volatil mais l’industrie pétrolière est là depuis un moment ! Nous avons de la chance qu’Ethereum ait suscité autant d’engouement dans le monde. Il y a eu des flambées, suivies de corrections, et cela se reproduira encore et encore : c’est ainsi que fonctionne le cycle humain de cupidité et de peur que l’on observe sur les marchés. L’horloge de cette technologie fonctionne beaucoup plus vite qu’en 1999 avec la bulle Internet. Je pense que nous verrons un de ces cycles tous les un ou deux ans.
A chaque fois qu’il se produit une explosion puis un plongeon, cela attire l’attention sur ce que nous faisons. Cela fait plancher des spécialistes ou des étudiants en cybersécurité sur Ethereum. Nous sommes un an après le début du boom sur les crypto et le cours de l’Ether est revenu grosso modo au même niveau [en repli de 20%, ndlr]. Et aujourd’hui, du fait de cette agitation, il y a dix à quinze fois plus de gens dans notre écosystème. Rien n’a ralenti du tout : l’écosystème Ethereum connaît une croissance exponentielle.

Quel est le principal défi posé à la Blockchain ? Sa consommation énergétique?

Non, je pense que ce point sera résolu très vite, d’ici 18 mois à deux ans. Je suis optimiste. Le plus grand problème posé à Ethereum est le passage à l’échelle (« scalability ») d’une part et la facilité d’utilisation pour le grand public d’autre part. La montée en charge d’Ethereum [qui peut traiter actuellement entre 7 et 15 transactions par seconde contre plusieurs milliers pour les systèmes Visa et Mastercard, ndlr], progresse à mesure que l’on avance vers des solutions de nouvelle génération, comme Sharding ["fragmentation" en anglais, processus de vérification des transactions s'appuyant sur une division de la Blockchain en plusieurs fragments, des groupes d'ordinateurs du réseau et non pas tous les nœuds du réseau, ndlr], le protocole Casper et le mécanisme de consensus de « preuve d’enjeu », le projet Plasma qui va créer des réseaux Blockchains au sein d’Ethereum, etc. Tout cela devrait permettre à Ethereum de pouvoir traiter des centaines, des milliers de transactions par seconde. C’est une affaire de semaines, de mois.

Il faut que nous travaillions aussi sur la facilité d’utilisation. Si on vous avait donné un smartphone il y a 15 ans, vous n’auriez pas su quoi en faire, les gestes vous seraient étrangers, pour zoomer, balayer l’écran, etc : Apple a fait un job incroyable en apportant progressivement des innovations. Il faut que nous fassions la même chose : les clés publiques et privées, les adresses des comptes en Ether, sont aujourd’hui utilisables par un public technophile. On doit pouvoir faire en sorte que l’utilisateur non initié ne prenne pas le risque de perdre son identité, il faut des mécanismes de récupération des clés, nous travaillons dessus. La France, un futur leader de la « Blockchain » ?

Quelle est votre vision du marché français, en termes de maturité ?

Aucun marché n’est mature ! En Suisse, beaucoup de projets ont démarré dans sa Crypto-Valley, mais je ne dirais pas qu’elle est en avance sur Paris, Berlin, New York, ou que Zoug est le leader de la Blockchain. C’est un phénomène décentralisé. Curieusement, le bitcoin n’a pas vraiment pris dans la Silicon Valley au départ. Au lancement d’Ethereum, il n’y a eu aucun intérêt là-bas, tellement plus à Berlin, Londres, Paris, New York et Toronto. La Silicon Valley rattrape son retard : il y a désormais une grande vague d’intérêt pour la Blockchain, de nombreux ingénieurs du Web 2.0 s’interrogent sur le tour que prennent les choses et rejoignent des entreprises qui veulent bâtir le Web 3.0, comme nous à ConsenSys.

En France, on trouve beaucoup de gens très solides en technologie. Notre équipe ici à Paris a joué un rôle fondateur depuis plusieurs années. Nos projets, comme la startup Variabl, une plateforme de trading de dérivés, font partie de l’écosystème français de la Blockchain.

Que doit faire la France pour devenir un leader de la Blockchain, comme l’ambitionne le gouvernement ?

Éduquer, former, observer la technologie, autant que possible ne pas se mêler de la technologie et ne pas étouffer l’innovation. Cette technologie va tellement loin, elle va permettre la collaboration et créer la confiance dans des domaines où c’est difficile. Cela va rendre le commerce beaucoup plus fluide. La Blockchain va permettre de tout basculer en version numérique, les certificats et diplômes, le capital, l’identité, etc : ce sera un moteur de croissance important. Les gouvernements devraient créer des programmes pour entrepreneurs, peut-être financer certains projets, subventionner des accélérateurs.

Il n’y a pas vraiment besoin de réglementations nouvelles, elles existent pour la plupart, il faut juste une meilleure compréhension. Par exemple, aux Etats-Unis, la SEC [le gendarme des marchés, ndlr] a décidé que les jetons des ICO sont des titres financiers et va appliquer la réglementation comme elle le fait depuis des décennies. William Hinman le directeur de la division Corporation Finance à la SEC, a déclaré il y a quelques mois qu’il considère l’Ether comme un jeton utilitaire (« utility token »), qu’Ethereum n’est pas une entreprise mais un réseau. Il faut de l’ouverture d’esprit et beaucoup de dialogue.

La Blockchain pourrait rendre la collecte d’impôts beaucoup plus fluide, on pourrait avoir des nœuds de régulation sur le réseau qui surveilleraient les flux, la valeur des transactions et pourraient même en aiguiller une partie directement vers les coffres du gouvernement. Plusieurs pays d’Afrique sont très enthousiasmés par cette idée.

0 Réponses à “La Blockchain : une vraie révolution (Joseph Lubin)”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol