Brexit : « Theresa May responsable « 

Brexit : « Theresa May responsable « 

 

Michel Barnier renvoie la responsabilité de l’échec des discussions entre l’union européenne et la Grande-Bretagne sur la première ministre,  Theresa May. Il considère en effet que les difficultés  découlent du Brexit soutenu par les conservateurs. On se souvient de l’hypocrisie du référendum du Brexit proposé par des conservateurs qui pensaient que les Britanniques refuseraient de quitter l’union européenne. Ces conservateurs sont complètement piégés et en plus très divisé sur la stratégie à suivre. Interview de Michel Barnier dans le JDD

 

Expliquez-nous pourquoi la négociation est à nouveau paralysée sur la question de l’Irlande…
Cette question est la plus grave et la plus difficile. Nous sommes dans un moment de vérité. Deux pays cohabitent sur ce territoire insulaire, avec environ 4,5 millions d’habitants pour la République d’Irlande et 1,5 million pour l’Irlande du Nord, province du Royaume-Uni. Leur histoire est lourde et tragique jusqu’en 1998, date à laquelle le conflit entre nationalistes et unionistes a été réglé avec le Good Friday Agreement – un règlement qui a été accompagné par Londres et Dublin, et aussi par Bruxelles car notre marché unique et notre union douanière ont garanti qu’il n’y aurait plus aucune frontière sur l’île. Je me suis rendu il y a quelques mois dans la commune mixte de Dungannon, en Irlande du Nord. J’y ai rencontré une association de femmes rurales. Plusieurs m’ont demandé, en pleurs : « Ne laissez pas l’histoire se répéter. » Même si la liberté de circulation des personnes restera garantie entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord, cette question aura des conséquences pas seulement matérielles, mais aussi humaines et sociales.

Un no deal est donc possible faute d’un accord sur l’inspection des veaux, vaches et cochons ?
Il s’agit d’un problème idéologique et politique, car cela aboutira à deux territoires douaniers différents. Je respecte ce débat. Mais des contrôles sont déjà effectués dans les ports et les aéroports sur 10 % des animaux qui arrivent de Grande-Bretagne vers l’Irlande du Nord. Avec le Brexit, ce chiffre risque de passer à 100%, le système vétérinaire n’étant plus le même. Mais si, dans la relation future entre le Royaume-Uni et l’UE, un accord vétérinaire est signé, ce pourcentage pourrait retomber à 40 %.

 

Les dix députés unionistes nord-irlandais du DUP, qui assurent une majorité à Theresa May à la chambre des Communes, refusent justement ce filet de sécurité…
Je ne veux pas intervenir dans le débat britannique, qui est intense. Nous comprenons ces contraintes. Mais c’est le Royaume-Uni qui a décidé le Brexit, et c’est le Brexit qui crée un problème en Irlande. Theresa May doit faire des choix, en toute responsabilité, pour obtenir une majorité nécessaire afin d’adopter cet accord.

Le sommet européen récent n’a pu qu’acter l’absence d’accord entre l’union européenne et la Grande-Bretagne. De toute manière, il ne pouvait en être autrement puisque même si un accord avait pu être envisagé, il n’est pas du tout certain que Theresa May ait pu le faire entériner par sa majorité. Du coup, on va faire comme d’habitude : arrêter les pendules pendant une période dite de transition. Michel Barnier serait prêt à accepter une période de transition en principe d’un an qui débuterait le 29 mars 2019 On risque donc de vivre la dramaturgie habituelle avec le Brexit. D’abord de fortes oppositions, des tensions de plus en plus importantes vers la fin des négociations et soudain un compromis qui sauve la face pour tout le monde. Il est probable qu’on saura habiller le désaccord avec d’une part une période de transition, d’autre part l’ouverture de négociations sur le futur accord commercial. La question est économique mais elle est aussi politique car il faut sauver le soldat Teresa May. , dans les délais impartis, il  sera impossible de définir les relations commerciales précises entre la Grande-Bretagne et l’Europe. Il y a encore trop d’opposition sur des points essentiels entre les deux partis. Du coup, l’accord pourrait simplement acter que la rupture est consommée d’un plein accord mais qu’un processus est engagé pour redéfinir les échanges entre les deux zones considérées étant entendu que la complexité du dossier impose une période de transition. (En principe d’un an dit Barnier mais qui pourraiat durer davantage). Une manière de donner du temps au temps et surtout de ne pas trop interférer sur les prochaines élections européennes de 2019. Il s’agit aussi de sauver le soldat Theresa May qui ne dispose que d’une majorité politique très fragile. Un accord ambigu renforcerait de Theresa May et éviterait aussi de reposer la problématique d’un. Référendum. Toujours ambigu. Parmi les difficiles questions à résoudre le problème des relations entre la province  britannique d’Irlande du Nord et la République d’Irlande. Si aucune meilleure solution ne devait être trouvée d’ici fin à 2020, les Vingt-Sept attendent un engagement que l’Irlande du Nord restera bien dans l’union douanière. Estimant que ce «backstop» créerait de fait une frontière entre l’Irlande du Nord et le reste du Royaume-Uni, Londres s’y oppose et propose la création à terme d’une zone de libre-échange pour les biens incluant le Royaume-Uni et l’UE. Une option inconcevable pour les Vingt-sept puisqu’elle reviendrait à donner au Royaume-Uni un accès «à la carte» au marché unique et à l’espace douanier européen.

 

0 Réponses à “Brexit : « Theresa May responsable « ”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol