Glyphosate : sale temps pour Bayer

Glyphosate : sale temps pour Bayer

 

On se demande bien pourquoi Bayer, le groupe de chimie et de pharmacie a consenti à sortir 63  milliards pour l’achat à Monsanto  de son produit-phare le Roundup. Certes le Roundup était le principal vecteur de bénéfice de Monsanto  mais la marque américaine savait parfaitement que son produit serait à terme condamné et qu’en plus il faudrait sans doute payer les innombrables indemnités réclamées par des victimes utilisatrices du produit. Curieux quand même que les autorités américaines aient  attendu la vente du RoundUp à Bayer pour condamner judiciairement le produit. Cette condamnation n’a peut-être rien à voir avec le raidissement des relations entre les États-Unis et l’Allemagne mais il est difficile de ne pas y voir une certaine coïncidence. En attendant on a constaté pour Bayer une chute en bourse de 10,75 % en fin d’après-midi à la Bourse de Francfort et même de 13,78 % au moment le plus critique de la journée. À cause du procès Monsanto, la capitalisation de Bayer a fondu de 11 milliards d’euros. Le géant allemand de la pharmacie, qui a conclu le rachat de Monsanto en juin pour 63 milliards de dollars, doit maintenant assumer les déboires judiciaires du groupe américain.

Vendredi 10 août, un tribunal de San Francisco a accordé 289 millions de dollars de dommages et intérêts à un jardinier, Dewayne Johnson, estimant que son cancer était lié à l’utilisation de l’herbicide Roundup de Monsanto. Bien que le groupe ait fait appel, les investisseurs n’ont pas été rassurés par ce jugement historique qui retient le caractère cancérigène du glyphosate.  Outre-Atlantique, 4 000 plaintes ont été déposées contre Monsanto. Celui-ci avait provisionné 277 millions de dollars en août 2017, un montant inférieur aux dommages et intérêts décidés par la justice californienne. De son côté, Bayer a déjà provisionné 884 millions d’euros pour ses propres litiges. Il devra prendre également en compte ceux de Monsanto.

«Si chaque procès perdu coûte un quart de milliard de dollars, il n’en faut pas beaucoup pour que ça devienne assez cher», estime Michael Leacock, analyste chez MainFirst. Selon lui, la facture pourrait atteindre 10 milliards de dollars.

 

0 Réponses à “Glyphosate : sale temps pour Bayer”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol