Energies renouvelables : l’intox permanente

Energies renouvelables : l’intox permanente

Il est clair qu’il conviendra d’orienter progressivement l’électricité d’origine nucléaire actuel vers d’autres sources notamment vers des énergies renouvelables. Cependant le débat est largement obscurci par le poids des lobbys. D’un côté le lobby du nucléaire actuel et de l’autre les intérêts financiers de groupe dit écolo qui profite de la manne des subventions. Un véritable business avec y compris des sociétés très douteuses voire la mafia. Pas étonnant compte tenu du rachat de l’électricité par exemple des éoliennes au double du prix du marché ; la rentabilité peut atteindre 50 % pour les promoteurs. Malheureusement le rendement énergétique de ces éoliennes est dérisoire et d’un point de vue énergétique et financier cela constitue une véritable escroquerie. Sans parler des atteintes au patrimoine sacrifié pour rien. Une récent étude démontrerait que la production électrique
du renouvelable pourrait atteindre 51 % en 2030. À peu près les mêmes balivernes que celles de Ségolène Royal qui s’était déjà complètement plantée en affirmant que la part du nucléaire serait réduite à 50 % en 2030. Même Hulot a été contraint de reconnaître qu’il s’agissait d’un objectif complètement impossible à atteindre et a repoussé l’échéance en 2050. . En réalité beaucoup plus tard car la modernisation contrainte du parc nucléaire va prolonger la plupart des centrales de 20 ou 30 ans, en gros en moyenne qu’en 2060. Cela pour amortir les 200 milliards consentis pour les différentes mesures de sécurité dont le grand carénage, le démontage des plus vieilles centrales et la gestion des déchets En France, ces nouvelles énergies vertes, hors hydroélectricité, représente environ 10% (31% avec l’hydroélectricité) de l’électricité consommée. Mais une étude commanditée par Energy Union Choices et la Fondation européenne pour le climat en partenariat avec le Cambridge Institute for Sustainable Leadership montre qu’il serait possible d’accélérer fortement le déploiement des énergies renouvelables solaires et éoliennes en visant 90 GW (gigawatt) en 2030. Selon cette même étude, il serait possible de réduire ses capacités nucléaires d’environ un tiers (-20 GW), sans renoncer à fermer ses centrales à charbon. La part des énergies renouvelables dans la production électrique française pourrait ainsi atteindre 51 % en 2030, à comparer avec un objectif actuel de 32%, récemment révisé à 31%. Hormis les spécialistes, personne ne comprend rien car la batille des lobbies fausse toute approche pertinente. Il faudrait en effet expliquer comment on peut passer de 10 à 30% en dix ans pour les renouvelables (hors hydroélectrique). Dommage car une approche réaliste des potentialités des différentes sources permettrait une conversion réelle, pertinente et économiquement raisonnable.

0 Réponses à “Energies renouvelables : l’intox permanente”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol