Benalla: le pouvoir cherche des bouc- émissaires

Benalla: le pouvoir cherche des bouc- émissaires

 

 

 

Faute pouvoir mettre en cause le président de la république, le pouvoir cherche des boucs-émissaires. Il y aura sans doute le préfet de Paris qui d’ailleurs à été « chargé » par le ministre de la défense (et réciproquement) lors de l’audience de Colomb. Oui j’étais au courant a dit le préfet mais on m’a dit que l’affaire était gérée par l’Elysées. Autre personnalité visée, le directeur de cabinet de Macron qui a aurait infligé une sanction symbolique à Benalla. Ce dernier atteint d’ailleurs l’âge de la retraite. Sans doute à terme, le ministre de l’intérieur devra sauter tellement sa prestation a été lamentable devant la commission d’enquête de l’assemblée. Colomb a vraiment démontré qu’il n’avait pas le profil d’un ministre de l’intérieur surtout en matière d’autorité. On le verrait mieux à l’agriculture. On espère donc coté du pouvoir que cela suffira pour apaiser le climat politique car  l’onde de choc de l’affaire Alexandre Benalla a continué lundi à secouer la classe politique avec les premières auditions de la commission d’enquête parlementaire qui ont vu les autorités pointer du doigt les fautes individuelles de subalternes, sans apaiser une opposition bien décidée à en découdre. Le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, et le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, se sont longuement exprimés devant la commission des Lois de l’Assemblée, dotée pour l’occasion de pouvoirs d’enquête sur ce dossier à l’origine de turbulences politiques sans précédent sous le quinquennat. Alexandre Benalla, un jeune conseiller d’Emmanuel Macron omniprésent pour tout ce qui concerne la sécurité du candidat et, dans la foulée, du président, a été filmé, coiffé d’un casque de police, en train de frapper un jeune homme et de malmener une jeune femme lors d’une manifestation le 1er mai. “Fondamentalement, ces événements résultent de dérives individuelles inacceptables, condamnables sur fond de copinage malsain”, a déclaré Michel Delpuech en visant explicitement trois policiers mis en examen dans cette affaire. Gérard Collomb, dont une partie de l’opposition demande la démission, a lui aussi rejeté toute responsabilité en affirmant que c’était à la préfecture et à l’Elysée de prendre des sanctions — Alexandre Benalla n’avait écopé en mai que de deux semaines de mise à pied après que l’Elysée eut été informée.

0 Réponses à “Benalla: le pouvoir cherche des bouc- émissaires”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol