Macron et les Bleus : un bonapartiste communiquant (Arnaud Benedetti)

Macron et les Bleus : un  bonapartiste communiquant (Arnaud Benedetti)

Arnaud Benedetti est professeur associé à l’Université Paris-Sorbonne. Il détaille les stratégies de communication d’Emmanuel Macron.dans un article du Figaro


Une photo de profil, un buste en mouvement de trois-quart, un poing lancé au-dessus du stade: c’est un Macron romain qui saisit l’instant du triomphe de ses gladiateurs pour dire son bonheur. Du haut de la tribune il est le président qui salue cette extase collective qui vient et qui s’apprête à déborder de partout! Force de ce jeune homme que de susciter l’image à vif, d’accrocher la lumière de l’instant. Macron est celui qui grave son récit dans le flux de l’immédiat. Il a la prescience de la viralité. Il l’exploite à la vitesse du buzz qu’il sait instantané. Son exultation footballistique n’a d’égal que son aptitude à électriser le moment. Avec le sport, le foot singulièrement, il exploite là une arme de communication massive dont il sait, par passion et par raison, qu’elle le rechargera en humanité, en spontanéité, en vitalité communicante… La question n’est pas tant de savoir s’il surjoue à cet effet (encore une fois la caractéristique de ce président est de ne jamais oublier qu’il est sur une scène où le rideau ne s’abaisse jamais) que de comprendre ce que porte ce message du Prince-supporter.

 

Macron use d’abord de la ressource photographique pour décliner la grammaire de sa personnalité. Il se veut naturel, forçant ce dernier, sans filtre, produisant des postures comportementales qui racontent sa présence aux événements. Il bouge son corps comme pour mieux s’inscrire dans la dynamique de l’événement. Il pose pour une postérité. Sa volonté iconique, ici, est de parler plus à la légende encore qu’à la seule actualité. Ce Macron est tout projeté dans la trace qu’il entend conférer de son rapport intuitif à la dimension exceptionnelle de ce qui se joue alors. Il se représente, se statufie, se construit sa représentation ultérieure. Ce «bonapartisme communicant» conjugue à travers un cliché la rage de la victoire et l’émotion de l’homme. Il profite dans tous les cas de l’intensité du moment pour intensifier à son tour le volume de sa présence. Dans les vestiaires, à la rencontre des joueurs, Macron produit sa scène où il magnifie la victoire, redit sa prophétie d’avant-Coupe du monde, réactive cette idée de l’homme qui ne se trompe pas, qui «miraculise» le destin…

L’opportunisme consiste ici à user jusqu’à la moelle de la force communicante de l’événement pour s’envelopper du drap des vainqueurs.

C’est de bonne guerre mais c’est bien fait et ce n’est pas tout: l’opportunisme consiste ici à user jusqu’à la moelle de la force communicante de l’événement, de son hybris émotionnelle, pour s’envelopper du drap des vainqueurs – celui des joueurs en l’occurrence – et de se saisir de la sorte d’une part du butin d’enthousiasme suscité par ce deuxième titre de champion du monde. Mais Macron le fait avec une démonstration de passion telle qu’il est crédible: il aime en effet le football comme un supporter lambda, ne dissimulant en rien son appétit de bonheur devant un spectacle qui nourrit les grandes fièvres collectives des sociétés où l’on ne dit plus son attachement à la terre-nation par le sacrifice de sa vie mais par le rassemblement autour d’une certaine idée ludique du pays… Macron est posttragique en ce sens qu’il est toujours plus dans le récit que dans le vécu. Vu sous cet angle il pourrait bien être le premier président entièrement produit par la culture du divertissement, déployant à sa manière cette sincérité des enfants de l’entertainment qui substitue à l’écorce de l’histoire la douceur irénique de la fiction. Sans doute ceux qui voient dans le Macron supporter de l’équipe de France un récupérateur de l’exploit des bleus se trompent-ils. Car pour récupérer un objet, faut-il encore introduire une distance entre soi et l’objet. Or Macron est tout entier dans l’événement, dans le ressenti, sans écart, sans affectation ; il en épouse le parti pris parce qu’il est lui-même le produit de cette histoire où la civilisation du loisir de l’hédonisme, du plaisir irrigue jusque dans nos épidermes sa douce légèreté. Macron est plus dans la feinte lorsqu’il prétend incarner la gravité que dans ce moment où se cristallise à l’unisson des supporters d’un jour sa passion du football. Un Président a aussi le droit d’être heureux …

Macron est plus dans la feinte lorsqu’il prétend incarner la gravité que dans ce moment où se cristallise à l’unisson des supporters d’un jour sa passion du football.

Le cliché détermine le récit à venir, il dit l’intime du souverain, il signifie aussi la rencontre prédestinée parce que prédéterminée d’un homme avec sa génération. Même communion, même volonté de «s’éclater ensemble» à l’intérieur d’une parenthèse dionysiaque, d’un temps suspendu au-dessus du précipice des inquiétudes… La communication retrouve sa voie originelle, celle qui consiste selon son dérivé latin à «communicare», autrement dit «à mettre en commun». Reste à savoir ce que l’on partage: la joie de la victoire, l’euphorie de la réussite …mais aussi la diversité des destinées. En invitant avec lui le soldat blessé Cabrita, en le présentant aux joueurs, le chef de l’État a voulu ramener sans doute un peu de ce «vieux monde» dans les vestiaires de la gloire, rappelant à juste titre que l’histoire n’est pas un jeu, qu’elle ne se cicatrise pas à coups d’acmé festive, et que derrière le pouvoir d’être heureux il existe aussi la nécessité de rappeler la vraie nature de l’héroïsme. Mettre en commun, en quelque sorte et en même temps, la représentation de la joie collective et de la douleur lancinante, du spectacle et du sacrifice, comme pour conjurer toutes les interprétations unilatérales, en équilibrant les symboles, en ajustant les figures sur la grande scène des vivats et des émotions, le temps éphémère d’une liesse …

0 Réponses à “Macron et les Bleus : un bonapartiste communiquant (Arnaud Benedetti)”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol