Migrations : et le développement en Afrique ?

Migrations : et le développement en Afrique ?

 

A  juste titre le député LR Vincent Ledoux revient  dans le Uffpost sur la question fondamentale du développement en Afrique.

«  La question migratoire interroge aujourd’hui l’Europe. Sur son mode de fonctionnement, ses valeurs fondatrices mais aussi son avenir. Sur ce sujet, comme dans d’autres domaines relevant du champ de ses compétences, ma conviction est qu’il nous faut non pas moins d’Europe mais mieux d’Europe!

Comment la France ou tout autre pays européen, pourrait-elle seule, ou à la faveur d’accords bilatéraux, résoudre la question que nous pose la démographie à l’horizon 2050 quand 650 millions d’Européens vieillissants feront face à 2,4 milliards d’Africains, jeunes, très jeunes? Comment pourrait-elle définir le meilleur point d’équilibre entre devoir d’accueil et acceptabilité des peuples, sans un minimum d’accord continental? Car la migration est une question mondiale qui doit se traiter assurément à une échelle plus élevée que le pays.

Il faut d’abord créer les conditions d’un débat intellectuellement honnête et donc d’une décision politique prise à partir d’éléments fiables. Ne rejouons pas le Brexit! La décision politique doit s’appuyer sur des études académiques, qu’il serait d’ailleurs intéressant de confier à un observatoire institutionnel européen. Car les solutions durables ne peuvent se prendre qu’à partir d’informations fiables, et ce n’est pas toujours le cas en la matière.

Ainsi, la migration des pays sous-développés vers des pays développés représente une infime proportion de l’ensemble des migrations internationales. En 2015, sur 100 migrants africains, seuls 27 se trouvaient dispersés dans toute l’Europe. Les conflits, la malnutrition et le dérèglement climatique poussent les populations à se déplacer, certes, mais ni leur condition financière ni leur condition physique ne leur permet de parcourir d’aussi longues distances. Ces migrations sont donc en très grande majorité régionales, se limitant aux pays frontaliers du pays de départ. Les migrations d’urgence restent des migrations de proximité.

Entreprendre un périple de plusieurs milliers de kilomètres demande des moyens financiers conséquents et reste donc réservé à une faible partie de ces populations, qui sont en général en bonne santé, les mieux loties dans leur pays de départ, et présentant un niveau de diplôme élevé.

S’il est d’ailleurs bon de faire appel au cœur, l’écueil dans cette affaire serait de ne nous laisser conduire que par les seuls impératifs moraux! La question des migrations porte des considérations éthiques mais pas seulement.

Un État doit se montrer hospitalier et accueillant mais doit aussi maintenir des équilibres d’acceptabilité sociale! Maîtrise et Régulation ne sont pas des gros mots dans un État de droit.

L’Europe n’est située qu’à 14 kilomètres de l’Afrique à travers le détroit de Gibraltar. La verticale Europe-Afrique est donc à structurer. Mais, pour ce faire, il faut doter l’Europe d’une compétence qu’elle n’a pas aujourd’hui. Il est facile de crier à l’impuissance de l’Europe sur les questions migratoires quand celle-ci n’est en réalité aucunement compétente. Elle est pour autant le lieu et le miroir de l’impuissance des pays membres à s’entendre sur un sujet devenu au fil du temps le thermomètre des fièvres nationalistes.

Je suis favorable à la création d’une agence européenne de la migration dotée de moyens d’action concrets et pragmatiques. Il faudra fournir un gros effort financier pour soutenir grandes et petites actions.

Ainsi, comment aider efficacement ces jeunes Français d’origine africaine, talentueux et entreprenants, qui sont nombreux à vouloir créer leur entreprise dans le pays de leurs parents? J’en ai rencontrés beaucoup, au Mali, au Sénégal et en Côte d’Ivoire. Mais pour passer de l’idée à l’entreprise et à la création d’emplois, il y a un fossé que la puissance publique alliée à l’initiative privée peut franchir avec le jeune.

Pour répondre à un besoin en électrification des classes d’un village dans la région de Kayes au Mali, j’ai modestement interconnecté un Rotary parisien avec des jeunes start-upers franco-maliens porteurs d’une technologie adaptée. Les diasporas africaines peuvent être aussi des leviers financiers utiles dans l’arrimage des deux continents. De même, j’ai pu observer à Dakar les efforts fructueux de l’OFII à travers un travail d’accompagnement sur-mesure des REPATS. Une initiative à modéliser au niveau européen.

La France aurait aussi tout à gagner à encourager ses petites et moyennes entreprises, ses grandes collectivités territoriales et ses universités à aller davantage sur les marchés économiques africains. Il y a du business à faire dans un rapport gagnant-gagnant. Mais il y a un travail de communication à faire tant l’imagerie africaine de l’européen reste au mieux arrêtée à l’artisanat d’art et au tam-tam, au pire à celle de l’insécurité et du retard.

La meilleure solution au défi migratoire qui se profile de part et d’autre de la Méditerranée réside dans le dialogue perpétuel, ouvert et exigeant, entre deux ensembles géographiques mieux intégrés, portant clairement la politique migratoire de ses mandants et dotés d’outils financiers et économiques dédiés.

C’est l’Europe et toutes formes d’unions panafricaines dans une relation gagnant-gagnant. C’est l’organisation d’une régionalisation de la mondialisation. Sans cela, tout le reste ne sera que bricolage et effets de manches. Sans cela la belle idée de l’Union Européenne se brisera sur l’autel des populismes »

0 Réponses à “Migrations : et le développement en Afrique ?”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol