Banlieues: «C’est le vide sidéral»

Banlieues: «C’est le vide sidéral»

 

Inutile de tourner autour du pot, Macron a enterré sans ménagement pour son auteur le rapport Borloo. Certes on ne pouvait pas attendre à une reprise intégrale de ce plan très ambitieux, certes ce plan faisait suite à bien d’autres qui n’ont pas toujours montré uen grande efficacité mais Macron a non seulement enterré le rapport Borloo mais aussi la problématique renvoyée à une question subalterne ; Il faudra donc attendre une future explosion ou la répétition d’actes inqualifiables comme à Marseille ou la police a été visée par des armes lourdes pour que Macron manifeste un peu de considération des ces zones en déshérence économique et républicaine ; Les organisations de gauche et les ONG ont clairement affiché leurs grandes déceptions. A droite c’est aussi la même tonalité.

«Il n’y a aucun engagement concret, et c’est le vide sidéral. Pourquoi avoir fait appel à Jean-Louis Borloo, alors qu’on le dénigre tant aujourd’hui?» s’est interrogé le député LR Damien Abad. «Jean-Louis Borloo, comme beaucoup de maires de France dans des villes de banlieue, a-t-il souligné, n’a aucune leçon à recevoir de celles et ceux qui n’ont pas vécu en banlieue.»

Porte-parole des Républicains, Lydia Guirous s’est étonnée, comme d’autres, qu’Emmanuel Macron reprenne «la rhétorique des associations communautaristes». «Faut-il être “racisé.e” pour parler de banlieues?» s’est-elle interrogée alors qu’Emmanuel Macron a souligné qu’un échange de rapport entre «deux mâles blancs ne vivant pas dans ces quartiers» n’aurait «aucun sens». «Je trouve extrêmement choquant que Macron évoque un argument racial digne des Indigènes de la République, en délégitimant toute solution pour les banlieues qui émanerait de “mâles blancs”, a commenté Marine Le Pen. La présidente du FN y voit «la consécration du communautarisme au sommet de l’État». À gauche, le maire PCF de Montreuil (Seine-Saint-Denis), Patrice Bessac, ironisait dans la cour de l’Élysée: «Plus les discours sont longs et moins il y a de pognon…» Lui aussi a entendu «un discours de la méthode et pas d’action». «Quand il s’agit des entreprises, des grosses fortunes de ce pays, là il y a des objectifs très précis.

 

 

0 Réponses à “Banlieues: «C’est le vide sidéral»”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol