Campagne apprentissage

Campagne apprentissage

 

La ministre du travail veut casser les idées reçues pour favoriser l’apprentissage mais le réduit comme d’habitude au travail manuel. «L’intelligence de la main ça existe. Faire pour apprendre, c’est une autre forme pédagogique » a déclaré la ministre. . Le problème c’est que la filière apprentissage ne devrait pas être réduite aux seuls travaux manuels mais à l’ensemble des filières jusqu’à celle de l’ingénieur comme en Allemagne. Sinon la France va continuer de fabriquer des Bac+ dont on ne sait pas quoi faire sauf à les embaucher dans l’administration. Se centrer sur les seuls métiers manuels,  c’est contribuer à dévaloriser ce parcours apprentissage finalement destinés aux « nuls ». Certes il faut développer les formations manuelles mais les autres tout autant sinon ce sont les entreprises qui formeront elles- mêmes leurs nouveaux métiers. Certes des filières jusqu’à l’ingénieur existent mais elles sont complètement marginales.  L’enjeu est de taille: le chômage des jeunes reste très élevé et certains métiers manquent de bras. D’où la nécessité de relancer cette filière toujours à la peine, malgré les mesures de soutien prises par les gouvernements successifs. La ministre du Travail rappelle qu’il y a aujourd’hui environ 400.000 apprentis en France. C’est seulement 7% des jeunes de 16 à 25 ans, «alors qu’un million de jeunes sont sans formations, ne se projettent pas vers l’avenir» déplore-t-elle. Muriel Pénicaud ne se fixe «pas d’objectifs chiffrés». «On est plus ambitieux que ça.» «Ce qu’il faut c’est la mobilisation des jeunes, des entreprises, des régions, des partenaires sociaux» a-t-elle soutenu. La réforme prévoit aussi de repousser l’âge d’entrée possible dans une filière d’apprentissage jusqu’à 30 ans au lieu de 26 ans actuellement. Et dès l’école, «il va y avoir une découverte des métiers avec tous les collèges et tous les lycées, car la plupart des jeunes n’ont pas une idée réelle des métiers». La ministre veut aussi favoriser les «passerelles entre les lycées professionnels et les centres d’apprentissage (CFA)». . D’après le projet de réforme, tout contrat en alternance obtiendra en effet un financement, peu importe l’entreprise et son secteur d’activité. Les centres de formation des apprentis (CFA) verront ainsi leurs financements dépendre du nombre de contrats signés, ce qui devrait les inciter à accroître leurs capacités d’accueil des apprentis. En outre, une cotisation alternance unique remplacera l’actuelle taxe d’apprentissage et la cotisation destinée aux contrats de professionnalisation. La ministre a laissé aux partenaires sociaux le soin d’en définir le montant. «Aujourd’hui je fais appel à toutes les entreprises, c’est le moment d’y aller», a-t-elle martelé.

 

 

0 Réponses à “Campagne apprentissage”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol