« Macron l’Américain »? (Fabrice Pothier)

« Macron l’Américain »? (Fabrice Pothier)

Par Fabrice PothierChercheur associé à l’International Institute of Strategic Studies, ex directeur de la prospective politique à l’Otan

 

« Ce n’est pas un hasard si le Président Macron sera accueilli par son homologue américain à Washington D.C. les 22-23 avril avec une réception d’Etat, le plus haut honneur qu’un Président américain puisse faire à un chef d’Etat étranger, et le premier du genre depuis que le Président Trump occupe la Maison Blanche. Le fruit d’une politique de bras ouverts et de poignées de main viriles, cette visite est en soi un succès pour Macron. De plus, elle intervient quelques semaines après les frappes conjointes en Syrie où, selon ses propres déclarations, le président français a joué un rôle clé pour orienter les choix de son homologue américain.

Pourtant presque tout oppose les deux hommes. Là où Emmanuel Macron s’affirme en président cérébral et centriste, Donald J. Trump se montre impulsif et populiste. Les deux hommes partagent toutefois une même genèse politique. Ils se sont hissés aux plus hautes fonctions de leur pays en 2017 sans avoir jamais été élus auparavant. Ils ont gagné des campagnes électorales contre toute attente et en transgressant les lignes partisanes traditionnelles. La comparaison s’arrête là néanmoins. Si Macron a remporté les élections en forgeant un nouveau centre qui transcende le clivage gauche-droite, Trump a fait exploser ce qui restait d’un centre modéré aux Etats-Unis et a poussé son parti d’adoption à virer encore plus à droite. L’élection de Macron a été accueillie comme le signe de l’endiguement de la vague populiste qui menaçait l’Europe, celle de Trump a été annoncée comme le début de la fin de l’ordre libéral.

La politique de main tendue de Macron a permis de placer le président français comme l’interlocuteur de choix de Trump en Europe. Avec le « coup » de l’invitation au défilé du 14 juillet 2017, Macron a offert à Trump ce qu’il désire par-dessus tout: la reconnaissance internationale. Presque une année plus tard, l’enjeu est maintenant de savoir si l’étreinte macronienne peut corriger les points de tension multiples entre l’administration américaine et l’Europe. En d’autres mots, est-ce qu’une puissance moyenne comme la France peut réussir à canaliser les instincts parfois dangereux de la première puissance mondiale. Et les points de divergence ne manquent pas. Si celui sur la lutte contre le changement climatique avec la sortie des Etats-Unis de l’accord de Paris est maintenant consommé, la menace d’un retrait américain de l’accord nucléaire avec l’Iran d’ici le 12 mai est quant à elle préoccupante. Les conséquences pour l’Europe qui s’est engagée en force derrière l’accord et pour la stabilité déjà fragile au Moyen Orient ne peuvent pas être sous-estimées. Le prétendant au trône saoudien a déclaré ouvertement que si l’Iran renouait avec ses projets d’arme nucléaire, l’Arabie Saoudite s’engouffrera dans la brèche. L’art de la conviction du Président Macron se heurtera aux vues très arrêtées de la nouvelle équipe de politique étrangère de Trump avec l’arrivée de Mark Pompeo au département d’Etat et de John Bolton au Conseil de sécurité nationale. Les deux hommes incarnent la ligne dure tenue par Trump qui n’a de cesse de caractériser ledit accord de pire accord dans l’histoire de la diplomatie américaine. Macron essaiera certainement de convaincre le président américain de remettre à plus tard sa décision en échange d’une coopération renforcée pour endiguer la stratégie régionale de sape de Téhéran et son programme d’armes balistiques. Mais la réticence de l’administration Trump à rester engagée au Moyen Orient complique le jeu. Et pourtant la France dépend dans une large mesure de cet engagement, notamment dans la lutte contre les groupements terroristes au Sahel. Mais il y aussi des sujets sur lesquels les deux hommes peuvent trouver un terrain d’entente. Paradoxalement, le commerce international en est un. Ici les trajectoires opposées se rencontrent. Trump a entamé à coup de tweets et d’augmentation de tarifs sur certaines importations une escalade commerciale. En s’en prenant aussi bien à des partenaires comme le Japon et, pendant un temps, à l’Europe, mais aussi à la Chine, le président américain a ouvert une guerre commerciale sur plusieurs fronts. Tout comme les Etats-Unis, mais à une moindre échelle, la France souffre d’un déficit commercial récurrent. C’est en cela que l’appel du président français lors de sa visite en Chine pour une relation commerciale réciproque et équitable n’est pas si éloigné des injonctions que le Président Trump adresse fréquemment à la Chine de cesser d’abuser des règles du commerce international. La question est de savoir si Macron saura diriger l’énergie parfois destructrice de son interlocuteur américain pour forger une nouvelle alliance commerciale afin d’exercer une pression concertée sur la Chine .En fidèle assistant du philosophe français, Paul Ricoeur, Emmanuel Macron a démontré son goût de la dialectique des opposés. Sur le front international, sa politique de rapprochement avec Trump lui a permis de replacer la France en tant que puissance pivot. Mais Macron s’expose aussi au risque d’un président américain fondamentalement transactionnel et qui a prouvé à maintes reprises qu’il n’hésite pas à se retourner contre ceux-là mêmes qui, comme le président français, lui ont tendu la main. Les premiers ministres japonais et canadien en font encore les frais. Si l’on peut apprécier la finesse dialectique de la politique américaine de Macron, il est moins certain que Trump apprécie à sa juste valeur une telle nuance. »

 

0 Réponses à “« Macron l’Américain »? (Fabrice Pothier)”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol