Frappes en Syrie : encore hypothétiques

Frappes en Syrie : encore hypothétiques

La France menace d’intervenir en Syrie en représailles vis-à-vis de l’utilisation de gaz militaires. Il n’est cependant  pas certain que cette menace soit mise à exécution. D’abord parce qu’il n’y a pas de mandat de l’ONU. En effet ,la Russie a opposé son veto hier  au Conseil de sécurité à un projet de résolution américain prévoyant de créer un mécanisme d’enquête sur le recours aux armes chimiques en Syrie après les attaques de samedi à Douma. Le projet de texte américain – approuvé par 12 voix, deux contre (Russie et Bolivie) et une abstention (Chine) -, proposait la création pour un an d’un nouveau « mécanisme d’enquête indépendant des Nations unies » (Unimi) sur le recours aux armes chimiques en Syrie. Il s’agit du 12e veto russe sur une résolution de l’ONU concernant la Syrie depuis le début de la guerre en 2011.Il faudra donc envisager une  intervention sans mandat de l’ONU. Une décision pleine de risque car en fait c’est le bloc France, Etats-Unis, éventuellement Grande Bretagne,  qui s’affrontera au bloc Syrie, Iran, Russie. On comprend évidemment la réaction vis-à-vis de ces gaz qui rependent la mort et surtout la terreur. Le président français a bien indiqué  que les “lignes rouges” fixées par la France en Syrie – l’accès à l’aide humanitaire et le recours à des armes chimiques – étaient “partagées” par d’autres pays et n’avaient “rien à voir” avec les discussions actuelles au Conseil de sécurité des Nations unies. “Dans ce cadre-là, nous allons poursuivre les échanges d’informations techniques et stratégiques avec nos partenaires, en particulier britanniques et américains, et dans les prochains jours nous annoncerons notre décision”, a-t-il dit lors d’une conférence de presse commune avec le prince héritier saoudien Mohamed ben Salman. Reste à savoir si Un affrontement entre deux blocs ne constitue pas un risque grave pour la paix mondiale. Peut-être ces déclarations guerrières sont –elles surtout destinées à Moscou pour que les russes fassent pression sur Assad.  “En aucun cas les décisions que nous prendrions n’auraient vocation à toucher des alliés du régime ou à s’attaquer à qui que ce soit, mais bien à s’attaquer aux capacités chimiques détenues par le régime, si la décision était prise”, a-t-il ajouté, alors qu’on l’interrogeait sur d’éventuelles représailles envers la Russie et l’Iran, alliés du régime de Bachar al Assad. S’exprimant sur l’appui militaire de la Russie au régime syrien, Emmanuel Macron a accusé la Russie de violation de la résolution 2401 du Conseil de sécurité de l’Onu, qui exige l’arrêt des combats en Syrie. “Il est (…) à nos yeux préoccupant qu’un membre permanent du Conseil de sécurité ait pu procéder à des opérations aériennes en contravention complète avec une résolution des Nations unies qu’il a votée”, a-t-il dit. “C’est grave.” De ce point de vue l’intervention da la France et des Etats- Unis sans mandat de l’Onu pourraiat subir les même critiques.

0 Réponses à “Frappes en Syrie : encore hypothétiques”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol