Macron : nouveau De Gaulle ou nouveau Tapie ?

Macron : nouveau De Gaulle ou nouveau Tapie ?

Indiscutablement Macron a été largement élu au second tour de la présidentielle, indiscutablement il apporte un vent nouveau dans la politique notamment en dépassant les vieux clivages, indiscutablement, il porte une espérance de réforme d’un pays englué dans ses contradictions. Peu–on pour autant le comparer déjà à De Gaulle ? Bien sûr les comparaisons sont toujours un peu vaines car les contextes sont différents et l’histoire repasse rarement les mêmes plats. Si Macron a bien été élu,  il faut convenir que son score du premier tour était limite et qu’il a surtout bénéficié des voix de toutes les oppositions qui refusent le Front National. Sur ce plan le même scénario qu’avec Chirac quand ce dernier eut à affronter Jean-Marie Le Pen. Macron a bénéficié davantage de voix contre Le Pen que de voix pour son programme. La position avantageuse de Macron résulte aussi de  l’absence de crédibilité de l’opposition et des leaders qui la représentent. Actuellement aucune personnalité de taille n’émerge pour se mettre au niveau de Macron. Marine Le Pen, Wauquiez ou Mélenchon ne sont pas à la hauteur. En tout cas pour l’instant car il ne faut pas insulter l’avenir et des personnalités peuvent émerger. L’originalité de Macron, c’est de vouloir engager une modernisation du pays notamment dans le domaine économique. Une modernisation indispensable du fait notamment que le niveau des prélèvements obligatoires et la bureaucratie plombent  en grande partie la compétitivité du pays, donc la croissance et l’emploi. Nombre de ces réformes sont nécessaires, plusieurs ont été engagées et pas seulement dans le champ économique. La  faiblesse de Macron  c’est qu’il ne peut se défaire d’une certaine vision centraliste et d’une certaine façon bureaucratique ;  en plus il confond vitesse et précipitation. Du coup, sa préoccupation première visant à moderniser l’économie manque sérieusement d’équilibre social. Les entreprises ont largement bénéficié des différentes mesures prises et c’est tant mieux elles ont pu ainsi restaurer leur taux de marge et réinvestir. Plus discutable  est la distribution excessive de dividendes quand parallèlement en francs constants le pouvoir d’achat des salariés et des retraités est pratiquement bloqué depuis plusieurs années. Or Macron s’affranchit de toute intermédiation et n’a donc pas de retour sur les équilibres à trouver pour éviter les ruptures brutales et les retournements d’opinion. Le Parlement ne joue aucun rôle, ce qui n’est pas nouveau mais a tendance à empirer. Le propre parti de Macon est complètement virtuel et cadenassé comme la majorité parlementaire. Et le président de la république passe complètement outre les différents corps intermédiaires notamment les syndicats patronaux, les syndicats de salariés mais aussi d’autres outils de médiation. Comme Macon ne peut être omniscient il se prive de contributions qui pourraient être utiles voire indispensables pour réformer en profondeur et avec l’adhésion des acteurs économiques et sociaux. Par exemple pour la réforme du code du travail il n’a pas franchi le dernier pas, le plus important, à savoir la décentralisation jusqu’au niveau de l’entreprise de la négociation. De la même manière il a manqué le virage de l’association des syndicats à la gestion des entreprises entre parenthèses (ce que réussit parfaitement l’Allemagne). Sur les prisons, il reprend simplement la logique Taubira. Sur l’agriculture, il demeure dans un flou dangereux pour l’avenir du secteur. Pour tout dire, certaines  réformes sentent la précipitation et l’approximation. Macron fait aussi beaucoup de vent en sollicitant par excès la communication et en s’exprimant pratiquement chaque jour sur tout  y compris les faits divers qui ne relèvent pas vraiment de la responsabilité  d’un chef d’État. Pour le dire plus vulgairement, il fait aussi du vent ; par exemple, sur la question essentielle de la réforme de l’État à l’ origine du poids de la fiscalité en France et surtout de la bureaucratie. Manque d’équilibre, manque d’approfondissement et manque d’adhésion sont  les trois grands faiblesses d’un président de la république un peu trop sûr de lui,  nourri par ailleurs de la culture étatique.  Monté au zénith médiatique comme Tapie à un moment donné, il pourrait retomber brutalement  un peu tragiquement dans les contradictions du personnage. La chute pourrait être aussi brutale car Macron ne s’appuie pas sur les forces intermédiaires y compris de son propre parti. Sur l’Europe autre exemple il a promis (Sarkozy Hollande l’avait fait avant lui). Il n’est pas certain qu’il parvienne à imposer cette transformation européenne à une Allemagne toujours très méfiante pour partager les risques financiers de pays mal gérés financièrement comme la France. L’Allemagne vient justement de repousser à plus tard l’examen de cette question des réformes européennes. Indiscutablement sur le plan international Macron à rehaussé l’image du pays, indiscutablement il bouleverse les vieux clivages, indiscutablement  il est animé d’une volonté de transformation structurelle  pays. Il lui faudra cependant mener ces réformes de manière un peu plus approfondie, un peu plus équilibrée et de manière plus concertée avec les acteurs. Faute de cela il pourrait redescendre aussi vite qu’il est monté dans l’opinion voire connaître le sort de Tapie non pas à cause d’affaires personnelles mais du fait d’une consanguinité avec les milieux financiers qui pourraient confirmer qu’il est vraiment le président des riches et non le nouveau de Gaulle. Tout le monde a intérêt à la réussite de Macron car c’est l’avenir du pays qui est en jeu. En cas d’échec, ce serait préparer le lit de l’irresponsable extrême droite.

0 Réponses à “Macron : nouveau De Gaulle ou nouveau Tapie ?”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol