SNCF : réforme ou du vent ?

SNCF : réforme ou du vent ?

 

Médiatiquement le gouvernemenet  a réussi son coup en claironnant  sa volonté réformatrice. Une nécessité, en effet, il faut occuper le terrain puisque les Français ne verront concrètement les effets de la politique économique et sociale du gouvernemenet  que vers fin 2019. Pour l’instant les Français qui étaient dans une position attentiste commencent à douter. Témoin les chutes de popularité en janvier et surtout en février de Macron et de Philippe. La tonalité du gouvernemenet concernant la SNCF est forte mais le fond bien faible. La première mesure est celle du statut mais qui n’aura d’effet que dans 30 à 50 ans  puisque la suppression du statut ne s’appliquera qu’aux nouveaux entrants. Seconde mesure la transformation de l’EPIC en société nationale. A vrai dire un changement sémantique qui ne modifie strictement rien. Autre point de la réforme, l’apurement de la dette. Mais qui interviendra pas avant la fin du quinquennat et partiellement. Autant dire qu’il y aura guère de modification d’autant que la gouvernemenet ne veut surtout pas récupérer une dette qui viendrait encore alourdir celle  de l’Etat et peser sur les fameux 3% du PIB comme objectif. Que reste-t-il d’un peu concret ? Le recours à la concurrence mais c’était prévu par les textes européens et c’est sans doute la vraies réforme, une réforme davantage impulsée par l’Europe que par l’Etat français. Enfin on va plancher sur un plan de compétitivité. Le énième qui se traduira à court terme par la suppression de 3 à 5000 postes mais ne permettra pas à la SNCF d’être réellement compétitive. Faut-il rappeler que la SNCF a compté jusqu’à 500 000 cheminots il y a plusieurs dizaine d’années pour aujourd’hui environ 140 000. Des réductions d’effectifs incontournables mais qui ne suffisent pas pour dynamiser la gestion. Edouard Philippe a donc annoncé a grand rendort médiatique les grandes lignes de la réforme de la SNCF qui seront  bouclées d‘ici l‘été par ordonnances, au risque d‘attiser la colère des cheminots, tout en souhaitant qu‘une concertation permette de légiférer normalement. “Le temps est venu d‘oser la réforme que les Français savent nécessaire”, a-t-il dit lors d‘une conférence de presse, en insistant sur le caractère vital de cette transformation. Invité du journal de 20h de France 2, Edouard Philippe a assuré qu‘il ne s‘agissait pas de “passer en force” mais “d‘avancer” pour trouver une “solution durable à l‘avenir du système ferroviaire, qui va mal.”Des annonces fortes mais sans grand contenu. Le risque c’est de ne pas réformer grand chose et de créer  les conditions d’un grand désordre social dans le pays.

0 Réponses à “SNCF : réforme ou du vent ?”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol