Incidents SNCF : les résultats d’une politique d’investissements

Incidents SNCF : les résultats d’une politique d’investissements

 

Après Montparnasse, Saint-Lazare est affecté par de grosses pannes. Ces pannes sont spectaculaires car elles concernent  la région parisienne sur des parties de réseaux les plus fréquentées. Mais  d’autres enfants d’autres installations sont aussi affectés régulièrement par des dysfonctionnements. La plupart des responsables et experts considèrent que la cause fondamentale vient du fait qu’on a privilégié les investissements de TGV au détriment de l’entretien général du reste du réseau. La vérité est sans doute encore plus complexe à savoir que le gouvernement qui décide des investissements a fait le choix de les faire financer par une entreprise qui n’en avait pas le premier sou. L’objectif était de dissimuler ces investissements) et la dette qui suivait. Du coup,  la SNCF a emprunté tous les investissements comme le fonctionnement et l’argent payé en intérêts ne va pas aux opérations d’entretien qui serait nécessaire. De ce point de vue de grandes réformes sont sans doute nécessaires pour que l’État se réapproprie totalement la décision des infrastructures et leur financement comme pour la plupart des modes de transport. Deuxièmement que l’Etat  règle la question de la dette qui n’est qu’une accumulation de l’hypocrisie de l’État depuis au moins 50 ans. Enfin qu’il mette en place une concurrence une fois l’environnement assaini afin d’imposer une compétitivité qui rende le train plus les accessibles. « C’est la marque d’un réseau ferroviaire à bout de souffle, usé. (…) Il y a un immense effort d’investissement à faire sur les infrastructures existantes. C’est vrai que l’on a longtemps investi sur les lignes TGV, les lignes nouvelles… Mais aujourd’hui, c’est le réseau existant qui est très en retard », explique sur notre antenne Fabienne Keller, sénatrice LR du Bas-Rhin et vice-présidente de la Commission des Finances. Même constat du côté de Gilles Savary, ancien parlementaire et spécialiste des transports. Selon lui, les pannes successives sont une « question d’argent et de foi d’investissement ». « Il y a 5.000 kilomètres de lignes qui ont été ralentis au cours de ces dernières années parce qu’on savait qu’elles devenaient dangereuses. (…) On a une conscience très claire du fait que l’on a abandonné ce réseau sous la pression des élus locaux, d’Alstom, pour faire en sorte que l’on fasse un réseau TGV qui est extrêmement coûteux et qui a mobilisé l’essentiel des capacités d’investissement de l’État, et au-delà puisqu’on a endetté le système ferroviaire », assure-t-il.

 

0 Réponses à “Incidents SNCF : les résultats d’une politique d’investissements”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol