Environnement : la folie de Shanghai

Environnement : la folie de Shanghai

 

Trop d’habitants, trop d’entreprises, trop de pollutions de toutes natures voilà ce qui caractérise la mégalopole Shanghai ville la plus peuplée de Chine qui veut limiter sa population à 25 millions d’ici une vingtaine d’années.  Il est clair que la super concentration est ingérable non seulement concernant la gestion des eaux usées mais aussi la qualité de l’eau, de l’air sans parler des questions de transport du bruit et du rapport à l’espace  La cité proprement dite s’étend sur 280,45 km2 (…) (soit 4,4 % de la municipalité de Shanghai). La densité est l’une des premières du monde mais coïncide avec un vieillissement dramatique du parc urbain et une insuffisance des équipements élémentaires (….) (…) Au cœur même de la cité, les densités deviennent encore plus importantes: près de 50 000 hab. /km2! Il y a donc surpeuplement dans la mesure où les logements sont devenus très insuffisants : la surface habitable par personne est très réduite. (…). La croissance industrielle désordonnée a contribué à dégrader le centre (…). Dans ces conditions, la principale cause de déséquilibre provient de la trop grande concentration des industries au cœur de la ville, mêlant résidences et usines sur de petits espaces. La plupart des entreprises sont en effet localisées dans les vieux arrondissements très peuplés, soumis à la pollution, aux rejets de fumées, aux déchets, aux eaux usées. (…) de meilleures conditions de logement (…).Shanghai notamment, ville la plus peuplée de Chine et hub économique croissant de l’Empire du Milieu, vient donc  de se faire taper sur les doigts par les autorités nationales. Après une enquête d’un mois menée fin 2016 par une équipe d’inspection du gouvernement, c’est un « relâchement » dans les politiques municipales que le ministère de Protection environnementale a dénoncées mercredi sur son siterapporte l’agence Reuters. Des 259 échantillons d’eau analysés, 88 se sont révélés être inadaptés y compris à une utilisation industrielle ou agricole. Globalement, l’équipe d’enquête a signalé une dégradation significative de la qualité de l’eau dans certains quartiers depuis 2013, ajoute Reuters.« La qualité environnementale reste un important point faible qui affecte le développement global de la ville », soulignent les autorités nationales. Shanghai n’est toutefois pas le seul pécheur en Chine. Les contrôles menés autour du pays l’année dernière ont révélé que malgré quelques progrès dans la lutte contre la pollution de l’air – qui préoccupe significativement la population -, la qualité de l’eau se dégrade dans plusieurs régions, lit-on dans les rapports officiels publiés en novembre et cités par Reuters.

0 Réponses à “Environnement : la folie de Shanghai”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol