Crise en Catalogne : Macron, réveille-toi !

Crise en  Catalogne : Macron,  réveille-toi !

La crise catalane illustre le rapport de plus en plus lâche à l’Europe. Nombre d’européens prennent leur distance avec Bruxelles et se réfugient  dans le nationalisme voire l’identité régionale y compris avec des dérives populistes voire xénophobes,  Une Europe trop lointaine, trop bureaucratique sans réelle identité politique. (Ou alors celle du sulfureux luxembourgeois Juncker, ancien Premier ministre d’un paradis fiscal ; on fait mieux comme incarnation !) Or la crise catalane commence à se répercuter sur l’économie et la bourse. Jusqu’alors politiques et experts se réfugiaient dans l’hypocrite ligne politique consistant à renvoyer la balle aux espagnols. Il ne faut surtout pas intervenir  prétendaient certains docteurs de l’immobilisme.  Dans la crise catalane, tout le monde ou presque s’est trompé. La première erreur est venue des indépendantistes, qui ont voulu forcer le destin avec un référendum non représentatif. La seconde erreur est à imputer à l’intransigeance de Madrid et à la répression exercée contre les dirigeants du gouvernement catalan. Mais l’union européenne et Macron lui-même se sont aussi plantés en considérant de manière hypocrite que cette question relevait de l’exclusive responsabilité des Espagnols. Résultat avec la victoire des indépendantistes, on revient au point de départ en pire. Or pour éviter l’euro scepticisme qui gagne partout en Europe, il serait sans doute opportun de reconsidérer le rôle des régions non pas en tant qu’entité  indépendante mais en tant que zones d’identité économique et culturelle davantage autonome (comme la région Basque ou les régions allemandes).  La perspective à long terme serait de créer une Europe fédérale et des Etats eux-mêmes fédéraux. La question se posera de toute manière dans de nombreux pays avec les velléités d’indépendance en Espagne bien sûr mais aussi en Italie, en Belgique, en Grande-Bretagne et en France même avec la question Corse ou la nouvelle Calédonie. Jusque-là l’Europe et Macron n’ont pas voulu se mouiller dans cette affaire complexe et laisse l’Espagne se dépatouiller. En cause,  évidemment les velléités d’indépendance de certaines régions qui pourraient être encouragées par la démarche scissionniste  des catalans. L’Europe ne voulait  même pas envisager la perspective d’une éventuelle médiation. Du coup, la crise ne pouvait que s’approfondir surtout après l’emprisonnement des dirigeants catalans. Certes l’appel à la négociation du président catalan ne manquait  pas d’ambiguïté mais c’est une perche qu’on aurait dû  saisir à la fois par  le gouvernement espagnol et même par  l’Europe. Son nouvel appel doit être entendu.  D’une certaine manière,  l’affaire catalane offre  une opportunité de réfléchir à la perspective d’une Europe fédérale s’appuyant sur des Etats eux-mêmes largement plus décentralisés. Une sorte d’Europe fédérale s’appuyant sur des Etats eux-mêmes fédéraux. Au lieu de cela, on a privilégié le conflit dont les conséquences pourraient être particulièrement malheureuses tant pour l’Espagne que pour l’Europe. L’immobilisme européen constitue en fait un encouragement à tous les nationalismes et tous les indépendantismes. L’Europe doit siffler la fin de la récréation, imposer sa médiation et ses valeurs à Madrid comme à Barcelone. Que Macron se pose en sauveur du Sahel, c’est bien, c’est utile et nécessaire,  mais il faudra qu’il mette aussi les mains dans le cambouis de questions géographiquement plus proches. Sauver le climat, sauver la planète, c’est bien mais traiter, le problème corse ou catalan c’est sans doute moins glorieux mais cependant  nécessaire.

 

0 Réponses à “Crise en Catalogne : Macron, réveille-toi !”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol