Brexit: nouveau chantage de Londres

 

À peine la première phase de négociation du Brexit  a-t-elle abouti que Londres la remet en cause. Dans la première page de négociation,  il semblait qu’on avait notamment réglé le montant de la facture, la question des exilés les relations entre les deux Irlande (entre la république d’Irlande et Irlande du Nord). Or deux jours après cet accord le ministre britannique chargé du Brexit  déclare que le Royaume uni ne paiera pas la facture sans accord concernant les futures relations commerciales. Autant dire que la première phase n’a pas servi à grand-chose. L’union économique faisait de cette facture un préalable alors  que les Britanniques entendaient mener la discussion de manière conjointe sur la nature de futures relations commerciales et la facture. En outre,  le Royaume uni ajoute une condition supplémentaire à savoir la nécessité de trouver une période de transition. Ces postures erratiques résultent  notamment de l’impréparation du gouvernement britannique et des contradictions internes chez les conservateurs. Pour schématiser certains comme Boris Johnson souhaite un retrait brutal de l’union européenne sans compensation financière tandis qu’une autre milite pour un Brexit  plus doux qui garantirait un accès privilégié au marché européen. Les contradictions britanniques sont aussi exacerbées par des motifs bassement politiciens puisque certains dans l’aile dure des conservateurs souhaiteraient bien obtenir la démission de Teresa May  comme première ministre dans les semaines et les mois à venir. Le Royaume-Uni ne paiera donc pas sa facture de divorce de 40 à 45 milliards à l’Union européenne s’il ne parvient pas à conclure un accord commercial avec Bruxelles, a affirmé dimanche le ministre britannique chargé du Brexit, David Davis. A la question de savoir si Londres s’acquitterait de la facture en l’absence d’accord commercial, David Davis a répondu sur la BBC que cela serait « conditionné à l’obtention d’une période de transition » et « conditionné à un accord commercial ».  « Pas d’accord signifie que nous ne paierons pas », a-t-il insisté, estimant toutefois que les probabilités pour Londres de quitter le giron européen sans accord commercial avaient « radicalement diminué ».

0 Réponses à “Brexit: nouveau chantage de Londres”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol