Investissement Afrique: la France recule

Investissement Afrique: la France recule

 

Selon  le dernier rapport publié par l’OCDE sur les apports financiers extérieurs en Afrique sur  la période 2015-2016, les investissements chinois sont exponentiels et atteignent 38,4 milliards  « Les investissements chinois en Afrique entre janvier et novembre 2016 ont augmenté de 1.400 % par rapport à 2015 », insistent les auteurs du rapport. Loin derrière, les Emirats Arabes Unis, second au palmarès, se sont contentés d’un montant de 15 milliards de dollars. L’écart entre les différentes enveloppes se réduit ensuite puisque l’Italie, dernier pays du podium, a cumulé 11,6 milliards de dollars d’investissement publics et privés entre 2015 et 2016.  L’Hexagone, qui reste un partenaire historique de l’Afrique, n’est en réalité arrivé qu’en sixième position l’année dernière, selon le document, avec 7,7 milliards de dollars investis. Aux quatrièmes et cinquièmes places apparaissent les Etats-Unis (10,4 milliards de dollars) et le Maroc (8,1 milliards de dollars), premier pays investisseur intra-africain. Les investissements chinois  se répartissent entre le pétrole, les transports, la construction et l’habillement. Mais si l’année dernière les milliards chinois à destination de l’Afrique se sont comptés par dizaine, c’est d’abord grâce à l’accord de 20 milliards de dollars signé entre l’Egypte et la China Fortune Land Development Co en octobre 2016.  Le projet : l’aménagement et la gestion de 5.700 hectares à l’Est de la ville du Caire pour abriter la nouvelle capitale administrative du pays. D’après l’OCDE, les firmes chinoises auraient créé pas moins de 38.000 emplois pour un total de 64 projets, un nombre inédit, annoncés en l’espace de dix mois à peine. Dix pays captent à eux seuls 92 % des investissements étrangers annoncés pour le continent en 2016. En premier figure l’Egypte, suivie du Maroc, de l’Angola, du Ghana, du Mozambique, de l’Ethiopie, de l’Afrique du Sud, du Nigéria, de la Tanzanie et du Kenya. Au total, 495 entreprises ont investi en Afrique sur la période. D’après l’OCDE, les investissements des entreprises ont pour principale motivation « des considérations de localisation ». En effet, plus de 50 % des projets avaient pour objet l’accès aux marchés intérieurs.

 

0 Réponses à “Investissement Afrique: la France recule”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol