Wauquiez l’opportuniste

Wauquiez l’opportuniste

 

C’est pour le moins croquignolet d’entendre Wauquiez condamné les opportunistes qui se rapprochent de Macron. En effet l’intéressé qui n’a pratiquement jamais travaillé comme fonctionnaire a commencé par se faire élire sans grand risque  dans le fauteuil de Barrot (un vrai centriste celui-là). Il passe ensuite de la social-démocratie pro européenne à une posture réactionnaire anti Europe Vauquiez est repéré par Jacques Barrotministre des Affaires sociales de 1995 à 1997, il effectue un stage en juin 1997 durant lequel il se voit confier l’organisation du jeu télévisé Intervilles à Yssingeaux. Jacques Barrot le prend ensuite comme suppléant lors des élections législatives de 20022. Au début des années 2000, il séjourne plusieurs mois en Égypte et travaille à l’ambassade de France au Caire. Il affirme avoir parallèlement donné des cours de français au sein de l’association de sœur Emmanuelle. Le journal Le Monde émet des doutes quant à la véracité de cet épisode, tout comme l’Association Sœur Emmanuelle qui lui reprochera en outre d’exploiter « l’image d’une des personnalités préférées des Français pour donner du crédit à ses propos ».En juillet 2004, après la nomination de Jacques Barrot au poste de commissaire européen et la démission de son mandat, il brigue sa succession à l’élection partielle qui suit. Il est élu, à 29 ans et avec 62,38 % des voix, député UMP dans la 1re circonscription de la Haute-Loire, près de là où sa mère possède une résidence secondaire. Il devient le benjamin de l’Assemblée nationale française. Le ministre de l’Éducation nationale d’alors, François Fillon, lui commande un rapport visant à proposer une réforme du système d’attribution des bourses d’études scolaires « afin de relancer l’ascenseur social ». Il propose la création d’aides et la généralisation des bourses. En 2005, il soutient le traité de Rome soumis au référendum. Dix ans plus tard, il devient anti européen. Et de critiquer ses anciens compagnons républicains être restés partisans de l’Europe et de s’appuyer sur une citation ridicule de Mitterrand (un maître  aussi en matière de navigation politique) “‘Sur le chemin de la trahison, il n‘y a que le fleuve de la honte à traverser’. Eh bien, ils ont fini par traverser ce fleuve.” Heureusement le ridicule ne tue pas et Vauquiez  pourra continuer de vivre politiquement mais sans doute petitement avec des outrances verbales proches de celle de Marine Le Pen. “Ils partent à En Marche parce qu‘ils ont échoué, parce que plus personne ne veut d‘eux et qu‘ils n‘ont pas réussi à torpiller la droite. Moi j‘avance, je laisse les esprits chagrins dans le rétroviseur”, a-t-il lancé. “Soit on va dans le marigot central, le petit marais autour d‘Emmanuel Macron. Soit on construit autre chose (…) avec des gens qui sont unis par des convictions et des valeurs. Qui ne sont pas là parce qu‘on a mis un bol de soupe sur la table”, a poursuivi Laurent Wauquiez. Considéré à juste titre comme le représentant d‘une droite dure, Laurent Wauquiez veut maintenir une “alternative républicaine” en France en dehors des partis “extrêmes” que sont le Front national de Marine Le Pen et La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon. “Si jamais il n‘y a plus qu‘un marais central et qu‘Emmanuel Macron échoue, les Français n‘auraient plus le choix qu‘entre Marine Le Pen d‘un côté et Jean-Luc Mélenchon de l‘autre ? Moi je ne veux pas de ça. Le problème c’est que Wauquiez n’a guère le profil pour incarner l’alternative républicaine qu’il envisage.

0 Réponses à “Wauquiez l’opportuniste”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol