• Accueil
  • > politique
  • > Mécontentement social : Mélenchon a tué la mobilisation

Mécontentement social : Mélenchon a tué la mobilisation

Mécontentement  social : Mélenchon a tué la mobilisation

Un véritable bide pour la énième manifestation avec 80 000 manifestants dans toute la France ce jeudi 16 novembre alors  que la première manifestation du 12 septembre en avait rassemblé plus de 200 000. À Paris,  on a compté jeudi 8.000 participants, Ils avaient été 16.000 le 21 septembre. En cause sans doute,  d’abord le grand flou sur l’objectif de la mobilisation puisqu’il ne s’agit plus de contester seulement les ordonnances relatives au code du travail mais l’ensemble de la politique libérale de Macron. Or les ordonnances ont été adoptées et on voit mal comment maintenant on pourrait revenir en arrière. Par ailleurs,  la contestation globale de la politique libérale de Macron constitue un objectif trop flou et manquant de concrétisation pour la plupart des salariés. Le second élément sans doute essentiel, c’est la tentative d’instrumentalisation du mouvement  social par Mélenchon à des fins politiques. Il faut se rappeler qu’il y a encore quelques semaines l’objectif de Mélenchon était de réunir 1 million de personnes aux Champs-Élysées au motif de combattre ce qu’il appelle le coup d’État social et de contester la légitimité politique de Macron. En clair de renverser le gouvernement et de lui substituer et d’organiser des élections en vue d’une illusoire assemblée constituante (au Venezuela ! Par ailleurs en faillite financière et démocratique). Il est clair que les syndicats CGT comprise n’ont guère apprécié  que Mélenchon veuille prendre la tête du mouvement syndical. Pour  Éviter cette dérive politique, les syndicats se sont engagés dans la classique stratégie d’usure des mobilisations. Cela en multipliant les manifestations qui viennent à bout de l’enthousiasme y compris des plus convaincus. Résultat avec un tel taux de participants, les syndicats contestataires ne sont pas prêts de  se ridiculiser  à nouveau dans des manifestations avant le printemps au moins. Autre facteur explicatif,  les grandes divergences entre d’une part les syndicats purement contestataires type CGT, Sud, voire FO quand ça l’arrange, et les autres syndicats. Curieusement Mélenchon a fait porter l’échec de la mobilisation sur la division syndicale. Or lui-même n’est même pas capable de réunir l’unité des partis politiques de gauche et même d’extrême gauche. Cette tentative de politisation de la part des insoumis et de Mélenchon constitue une sorte d’arme fatale pour tuer toute perspective de mobilisation. Personne ne peut croire sérieusement au processus révolutionnaire qu’envisage Mélenchon.

 

 

0 Réponses à “Mécontentement social : Mélenchon a tué la mobilisation”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol