Le retour de l’inflation ?

Le retour de l’inflation ?

 

 

Les responsables des banques centrales réunies à Washington ne s’inquiètent pas encore de l’inflation mais sont attentifs à son évolution qui pourrait justifier en 2018 un resserrement de la politique monétaire. En clair, on pourrait assister tant aux États-Unis qu’en Europe à une réduction du rachat d’actifs par les banques centrales et par une remontée des taux. Une remontée des taux toutefois progressive car les banquiers centraux ne veulent pas casser la dynamique de reprise finalement encore assez modeste. En cause notamment une hausse des salaires un peu trop sage pour relancer de manière plus significative la consommation et au-delà la croissance. Vitor Constancio, le vice-président de la Banque centrale européenne  s’est dit confiant sur le fait que l’inflation allait « revenir à l’objectif de moyen terme ». « Ce retour reste encore largement conditionné à une politique monétaire très accommodante », a-t-il déclaré lors d’un séminaire réunissant des responsables des banques centrales à Washington. « L’apparente déconnexion entre d’un côté la solide croissance économique et de l’autre une inflation et des salaires faibles est l’une des caractéristiques manifeste de cette reprise continue », a-t-il ajouté. Caractéristique observée « presque partout », a-t-il souligné. Selon une première estimation de l’Office européen des statistiques Eurostat, l’inflation dans les 19 pays ayant adopté la monnaie unique s’est stabilisée à 1,5% en septembre, en-deçà de l’objectif de la BCE d’un niveau proche de 2%. Avant d’envisager une hausse des taux la BCE pourrait commencer par réduire son programme de rachat d’actifs actuellement de leur de 60 milliards par an. Finalement la BCE suit avec prudence l’évolution de la politique monétaire américaine. Le gouverneur de la Banque centrale du Japon, qui participait lui aussi au séminaire de Washington dimanche, a exhorté ses homologues à « approfondir la réflexion » sur les raisons d’une inflation et de salaires à des niveaux insatisfaisants malgré une reprise solide et un marché de l’emploi qui se tend. Pour les États-Unis, l’indice des prix PCE basé sur les dépenses de consommation, n’avait avancé que de 1,4% en août. Sans les prix volatils de l’énergie et de l’alimentation, il est tombé à 1,3%, un dixième de point de moins qu’en juillet. C’est le plus faible niveau annuel pour l’inflation sous-jacente depuis novembre 2015. L’indice PCE est la mesure préférée de la banque centrale (Fed) pour observer l’évolution des prix qu’elle aimerait voir atteindre la cible de 2%, un niveau qu’elle estime sain pour l’économie.

0 Réponses à “Le retour de l’inflation ?”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol