• Accueil
  • > société
  • > Les extrémistes instrumentalisent la misère ( Le Clézio)

Les extrémistes instrumentalisent la misère ( Le Clézio)

Les extrémistes instrumentalisent la misère ( Le Clézio)

Dans un article  du JDD, le Clézio  dénonce les extrémistes sont des gens qui utilisent des situations conflictuelles pour exercer leur pouvoir. » Pour autant il dénonce avec autant de force la réalité sociale étouffée qui se  caractérise par une montée des inégalités. Il considère qu’il y a une sorte de tabou sur la situation des exclus de la modernité Le Prix Nobel de littérature 2008 Jean-Marie Gustave Le Clézio raconte dans Alma la quête des origines familiales. L’auteur de Désert met en scène deux destins croisés sur une île dont la réalité est méconnue. Un roman solaire et ténébreux. Dans le JDD, il se confie sur ses origines, son histoire et sa sensibilité. Il évoque également la politique française à laquelle il ne semble pas s’intéresser. « Il y a en France un récit souterrain dont on ne parle pas, dit-il. Quand on traverse les zones, quand on visite certains quartiers où les gens sont abandonnés, j’ai l’impression qu’il existe une histoire secrète qu’on ne raconte pas et qui fait monter les inégalités. La politique consisterait à livrer cette histoire-là. Les extrémistes sont des gens qui utilisent des situations conflictuelles pour exercer leur pouvoir. » En 2015, Le Clézio avez dit qu’il rendrait son passeport français si Marine Le Pen accédait au pouvoir : « J’avais pensé m’expatrier en Bretagne. Nous avons frôlé quelque chose de catastrophique, mais les réponses n’ont toujours pas été apportées aux gens à qui on a fait croire que voter Marine Le Pen pouvait être une solution. Il faudra apporter des réponses. » Voilà ce qu’il dit à ceux qui le trouvent naïf d’être du côté des vaincus? « Je m’intéresse aux oubliés, aux silencieux. Je pense à tous ces gens comme à des personnes écrasées sous un poids de modernité indifférente, de violence quotidienne, sans pouvoir jamais s’en défaire. Il y a eu une histoire terrible à Maurice qui est celle de l’esclavage. Que je le veuille ou non, j’en fais partie. Je suis franco-mauricien. Le côté qui appartient à Maurice appartient à un pays qui est dans une situation économique précaire. Les Mauriciens vivent dans l’à-peu-près. Ma double appartenance me donne une sensibilité épidermique aux injustices, aux racismes, aux idées toutes faites, aux violences. Je vois le monde à travers le prisme d’un pays imaginaire, dont on m’a fait cadeau à la naissance. Maurice est un microcosme multiculturel, dans lequel on retrouve la totalité des sentiments humains. Le multiculturalisme est un combat à mener au niveau de l’éducation. Les enfants doivent se parler en dehors de leur communauté. Il faut organiser, dans les écoles, des rencontres entre enfants venant d’horizons divers. Ça, ce n’est pas de la naïveté, c’est de la politique. »

 

0 Réponses à “Les extrémistes instrumentalisent la misère ( Le Clézio)”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol