Les syndicats d’accord sur rien

Les syndicats d’accord sur rien

 

 

Mélenchon avait pronostiqué la montée d’un véritable tsunami social pour s’opposer à ce qu’il considère comme un coup d’état social. Hélas pour lui, la réalité le renvoie à ce qu’il pèse réellement dans la société. C’est-à-dire même pas de quoi organiser une manifestation avec une présence un peu significative. La rencontre des syndicats de lundi à clairement fait apparaître les divergences de vues entre les syndicats quant à une perspective d’action commune dans la rue. D’un côté il y a la CGT qui se spécialise de plus en plus en organisateur de manifestations contre toute réforme du gouvernement. De l’autre des organisations réformistes qui refusent des protestations Fourre-tout à caractère essentiellement politique. La CGT elle-même se méfie des velléités d’instrumentalisation du mouvement social par Mélenchon et ses insoumis. Du coup, elle organisera un baroud d’honneur le 19 octobre pour enterrer la contestation et en même temps pour empêcher toute instrumentalisation du mécontentement social par les insoumis. Des insoumis qui se ridiculiseraient encore un peu plus en lançant leurs propres journées de protestation. Bref,  la révolution de Mélenchon contre le coup d’État social. a fait de ce point de vue plouf. Mélenchon et les insoumis portent  une grave responsabilité car leurs velléités de détourner politiquement le mouvement syndical a tué la mobilisation Les organisations syndicales, qui se rencontraient lundi soir au siège de la CGT, ont en effet échoué à s‘entendre sur une ligne directrice contre la réforme du Code du travail. Résultat: FO et la CFE-CGC, qui étaient prêtes à rejoindre le mouvement de contestation, n‘ont pas emboîté le pas à la CGT pour une nouvelle mobilisation le 19 octobre. “Tout le monde n‘a pas la même conception de ce qu‘il convient de faire pour peser sur les événements”, a dit la secrétaire générale adjointe de la CFDT, Véronique Descacq, à l‘issue de la rencontre. Trouvant peu efficace l‘idée de manifester uniquement contre les ordonnances Travail, la plupart des syndicats préfèrent attendre de rencontrer le président de la République en fin de semaine puis le Premier ministre, dans un deuxième temps, pour en savoir plus sur les réformes sur la formation professionnelle, l‘apprentissage et l‘assurance chômage. “Nous pensons que les ordonnances sont derrière nous et que les sujets sont surtout devant nous pour qu‘il y ait de la sécurisation des parcours professionnels des salariés”, a dit le secrétaire général de la CFTC, Bernard Sagez, lundi. Même discours du côté de Force ouvrière. “Je n‘ai pas un mandat pour demander le retrait global des ordonnances puisqu‘on a obtenu certaines choses”, a dit mardi le secrétaire général de la centrale, Jean-Claude Mailly, qui participait aux manifestations des fonctionnaires à Lyon.

0 Réponses à “Les syndicats d’accord sur rien”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol