Archive mensuelle de août 2017

Page 5 sur 15

Radicalisation et psychiatrie : les experts contestent

Radicalisation et psychiatrie : les experts contestent

Il fallait s’y attendre, les experts contestent le lien qui été fait par le ministre de l’intérieur entre l’état psychologique des terroristes et le passage à l’acte.  La contestation vient d’une part des psys mais aussi des spécialistes du terrorisme. Comme d’habitude chacun défend un peu sa boutique. Les spécialistes du terrorisme veulent limiter la problématique aux questions de sûreté. De leur côté, les psys sous prétexte de déontologie se refusent à admettre les dérèglements mentaux des criminels. Pourtant force est de constater que la plupart des criminels ont un passé de délinquant, ils ont à peu près tout raté et qu’ils manifestent une violence légitimée par une vision radicale de la religion. Bien entendu on ne peut expliquer le terrorisme uniquement par la psychiatrie d’autres facteurs doivent  être pris en compte, des facteurs économiques sociaux et culturels.  Par exemple,  le fait  que la plupart de ces criminels ont arrêté très tôt  leurs études et sont sans grande qualification professionnelle. Gérard Collomb, invité de RTL le 18 août, souhaitait   »mobiliser les hôpitaux psychiatriques » pour identifier les individus radicalisés en expliquant qu’il allait travailler en collaboration avec la ministre de la Santé. « Nous sommes en train de travailler avec ma collègue (Agnès Buzynndlr) pour essayer de repérer l’ensemble de ces profils qui demain peuvent passer à l’acte », a précisé l’ancien maire de Lyon.   »Chercher à expliquer la radicalisation par la psychiatrie, c’est être à côté de la plaque, c’est ridicule d’en être encore là », critique le spécialiste de la question terroriste Romain Caillet à RTL.fr. « Un certain nombre d’esprits faibles qui voient ce qui se passe, vont passer à l’acte par mimétisme et c’est ce contre quoi il faut se prémunir et il faut travailler », explique encore Gérard Collomb. Si le ministre précise toutefois que les terroristes ne « sont pas tous » fous, « sur les fichiers des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT), nous considérons qu’à peu près un tiers présente des troubles d’ordre psychologique ».« Il faut rappeler que la grande majorité des terroristes n’ont aucun rapport avec la psychiatrie », affirme ainsi le professeur en psychiatrie à Sainte-Anne et expert à la cour d’appel de Paris, Raphaël Gaillard, un expert qui n’a sans doute fait aucune étude sur le sujet.    Mais au-delà du caractère jugé « absurde » de cette proposition par nos interlocuteurs, sa réalisation-même semble poser des problèmes. Ainsi, le professeur en psychiatrie rappelle que les médecins sont tenus par « un secret professionnel »,  »un élément essentiel dans l’exercice médical ». Cette mesure pourrait les entraîner dans « une situation où nous ne pourrions divulguer des informations sans violer le secret médical ».  « On a dit qu’ils étaient drogués, qu’ils étaient chômeurs, qu’ils étaient malades » parce que « ça fait peur de penser que des gens pas fous puissent faire ça », analyse encore Jacques Raillane, qui ironise en imaginant une suite : « On va bientôt demander à Pôle Emploi de discerner des signes de radicalisation ! ».

Actu, infos, économie, social, politique : articles les plus lus

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

La tweeterisation de l’info

La tweeterisation de l’info

 

Des images, du bruit, de la pub avec quelques lignes d’infos, voilà ce qui caractérise la nouvelle tendance des grands sites ; même des sites sans pub comme France info n’échappent pas à la simplification extrême des contenus informatifs. L’exemple le plus caricatural est sans doute celui du Parisien avec à la  une des photos qui occupent tout l’écran. Dans d’autres sites,  la proportion  des photos et autres vidéos est un peu plus réduite mais domine quand même le contenu informatif. Cela d’autant plus qu’il faut faire une large place à la publicité souvent d’ailleurs plus en plus intrusive. De sorte qu’on s’oriente progressivement vers une forme de tweeterisation  de l’info. Des articles de plus en plus courts, de plus en plus superficiels et où insignifiants.  On attribuera peut-être la simplification de l’info à la période des vacances. Malheureusement c’est une tendance structurelle. Cela vaut pour Internet comme pour les autres supports : journaux,  radios. Il faut faire vite et cours, simple aussi pour loger la pub tout autant pour ne pas lasser  le lecteur, l’auditeur ou le téléspectateur. Un seul exemple ce matin on apprend que François Fillon s’est enfin mis d’accord avec le parti les républicains pour restituer 900 000 € des 3,3 millions récoltés pendant sa campagne électorale. Mais aucun média n’a expliqué pourquoi Fillon conservait le reste dans micro parti. Pire on a considéré que l’accord était satisfaisant pour les deux parties : LR d’un côté, micro parti de Fillon de l’autre. Peut-être un manque de place du  fait de l’écrasante présence des photos, pubs et autres vidéos. D’une certaine manière on s’oriente vers une tweeterisation  de l’information, c’est-à-dire vers une simplification extrême. Pas étonnant si les politiques ont décidé de concentrer leurs réflexions publiques dans les 140 caractères de leurs tweets. La mode est aux flashes info quelques minutes à la télé, ou sur les radios quelques lignes dans les journaux ou sur les grands sites. Avec en plus souvent les mêmes articles repris bruts de décoffrage en provenance des agences de presse. Certes ce n’est pas la longueur information qui fait sa pertinence mais sa réduction à l’extrême rend compte d’une certaine conception de l’information et de l’analyse. Une ligne éditoriale  qui est à l’info ce que McDo est à la gastronomie

Info grands medias : ah les fameux experts !

Info grands medias : ah les fameux experts !

Sur un grand site ce matin on évoque la difficile problématique du recrutement des experts pour commenter l’actualité. Dans ce site, on focalise aujourd’hui sur les experts économiques. On regrette une absence de renouvellement de fait dans ce champ particulier, enjeu majeur actuellement. Il est vrai qu’on ressort souvent de vieilles barbes qui récitent à peu près le même catéchisme partout.  en cause,  le fait  que ces brillants économistes ont lâchée depuis longtemps leurs travaux d’études et de recherche pour se consacrer à leurs activités commerciales de communication et ainsi passer davantage de temps sur les plateaux télé et dans les conférences rémunérées que dans les labos . Il y a longtemps que la plupart n’ont pas rédigé la moindre recherche se contentant d’un préambule sur les travaux des thésards  à quand il ne détourne pas complètement le travail de jeunes chercheurs. C’est un même un peu le même phénomène qui concerne les autres  experts. Par exemple, les experts politiques qui, eux, sont capables de parler de tout et de rien surtout de rien du tout mais avec l’autorité médiatique qui convient. Les seuls experts un peu crédibles  sont les sondeurs qui eux s’appuient sur des éléments quantifiés. Souvenons-nous que la plupart des experts politiques ont considérés pendant longtemps que le phénomène Macron ne serait qu’éphémère, une sorte de bulle médiatique ! Même chose dans le domaine militaire ou du terrorisme avec les interventions d’anciens généraux ou de responsables du renseignement qui déroulent  une vision d’il y a 20 à 30 ans et qui n’apportent  guère d’éléments éclairants sur les événements en cours et encore moins sur les perspectives d’avenir. Bref les grands médias et surtout la télévision sont en recherche d’un modèle de ligne éditoriale assurant un minimum d’information et d’analyse qui se substitue à des bavardages assez insipides.

Automobiles : une prime à la casse inutile

Automobiles : une prime à la casse inutile

 

 

La dernière invention écologiste de Nicolas Hulot risque de relever du gadget tant du point de vue environnemental que du point de vue industriel. Jusque-là d’ailleurs les dispositifs toujours en cours se révèlent être un véritable bide. La question se pose de l’intervention de l’État vis-à-vis de la pollution automobile. De ce point de vue, les mesures de régulation avec des normes progressives de plus en plus restrictives concernant les émissions polluantes des véhicules neufs sont certainement plus efficaces que des primes au demeurant insuffisantes pour encourager l’achat de véhicules moins polluants. Dans l’hypothèse même où ces primes seraient efficaces on peut se demander si ces vraiment les rôles de l’État de financer l’achat d’automobile surtout content tenu de l’état des finances du pays. Cette prime n’est cependant pas une nouveauté. Une prime à la conversion existe déjà. Or, elle a montré ses limites en juin. L’actuelle prime à la conversion ne s’applique en effet qu’à l’achat de voitures neuves, et s’ajoute alors au bonus écologique: 4000 euros pour un véhicule électrique, 2500 euros pour un modèle émettant entre 21 et 60 grammes de CO2 par kilomètre, en échange d’un diesel d’avant 2006. Une prime de 500 à 1000 euros maximum, réservée plus spécifiquement aux ménages non-imposables, est également en vigueur. Elle porte sur l’achat d’un véhicule d’occasion récent: une essence Euro 6, datant donc au maximum de mi-2014, ou Euro 5, âgée au maximum de 8 ans. Trois voitures sur quatre vendues en France sont des véhicules d’occasion. Et pourtant, ce marché échappe en grande partie aux professionnels. Selon des chiffres publiés par La Tribune, les deux tiers des transactions se passent entre particuliers, via notamment les petites annonces sur internet.

 

LR : Fillon a rendu seulement 1 million sur 3.3

LR : Fillon a rendu seulement 1 million sur 3.3

.

D’aprés  Le Parisien , François Fillon aurait soldé ses comptes avec  le parti les républicains. En réalité il n’a reversé que 900 000 € sur 3,3 millions récoltés lors de la campagne électorale. Le Parisien ne dit rien de ce qui restera dans le micro parti de Fillon ni de ce qui en sera fait. Une interrogation légitime quand on sait que Fillon a décidé d’abandonner la politique et de se consacrer à des activités privées. Apparemment au parti républicain comme évidemment chez Fillon en se réjouit de la fin de cette episode financier. La preuve sans doute que les républicains ont un sérieux problème vis-à-vis de l’argent en général. Le Parisien  que François Fillon a finalement remboursé au parti Les Républicains la somme collectée pendant la campagne présidentielle. En effet, les dons étaient recueillis par le micro-parti du candidat, Force Républicaine, et non par le parti de la rue Vaugirard. Après la défaite du candidat de la droite, le parti LR, ruiné, avait demandé que l’argent revienne à la maison mère. La négociation avait été âpre jusqu’à ce qu’un accord soit conclu, fin juillet, entre Daniel Fasquelle, le trésorier de LR et les deux remplaçants de François Fillon à la tête de Force Républicaine, Bernard Accoyer et Bruno Retailleau. Des 3,3 millions d’euros amassés pendant la campagne, il n’en reste que 1,9 million dans les caisses de Force Républicaine qui a accepté d’en concéder 900.000 à LR. Une façon de combler le trou dans les finances du parti qui s’élève à 55 millions d’euros. Invitée lundi de RTL, la porte-parole des députés LREM, Aurore Bergé a réagi: «ça me semble la moindre des choses. Il ne le fait pas en totalité mais ça me semble cohérent.» !!!

 

«Baisse des impôts pour tous» ? (Lemaire)

«Baisse des impôts pour tous» ? (Lemaire)

Le ministre de l’économie s’est sans doute un peu avancé en indiquant qu’il y aurait des baisses d’impôts. Concernant les entreprises certains allégements comme le CI CE pourraient être pérennisé ;  en outre à partir de 2018,  l’impôt sur les sociétés pourrait passer de 33 % à 25 %. Cependant il faudra trouver un moyen de compenser l’annulation de la taxe des 3 % sur les dividendes, annulation décidée par la cour de justice européenne.  Du coup, comme l’indique Bruno Lemaire il faudra trouver une fiscalité qui compense le manque à gagner de 7 milliards environ. Pour les salariés l’allégement des charges compensées par la hausse de la CSG sera bénéfique aux nous entreprises et aux salariés. Notons toutefois que le retour aux salariés sera modeste de l’ordre de 20 € par mois en moyenne. Il est vraisemblable que dans le même temps il conviendra de se soumettre à une réforme de l’APL, des ASSEDIC et sans doute des retraites. Bref au total il n’est pas certain qu’on assiste réellement à une vraie diminution de la fiscalité. Cela d’autant plus que les collectivités locales toujours dopées à la dépense publique et dont les moyens seront réduits vont sans doute augmenter les impôts locaux. En outre le manque à gagner de la suppression progressive de la taxe d’habitation sera reportée sur ce qui la paye encore. Bref la promesse est séduisante mais son ampleur risque d’être assez anecdotique. «Nous baisserons les impôts pour les entreprises comme pour les ménages», promet Bruno Le Maire, dans un entretien publié ce lundi par le quotidien régional Sud-Ouest. Le ministre de l’Économie lève le voile sur son programme de la rentrée: revalorisation du travail, hausse du pouvoir d’achat et baisse d’impôts générale… Autant de dossiers chauds qui l’attendent sur son bureau. Bruno Le Maire se défend tout d’abord de vouloir revenir sur la baisse d’impôts promise aux entreprises. «Notre ambition est claire: alléger les charges des entreprises sur la durée du quinquennat. Et ce dès 2018, avec notamment une baisse sans précédent de l’impôt sur les sociétés qui passera de 33,3 % aujourd’hui, à 25 % en 2022.» Revenant sur l’information du Figaro selon laquelle une surtaxe de 2 milliards d’euros sur les grandes entreprises serait à l’étude, le ministre assure que «rien n’est encore décidé à ce jour». Il met en garde contre la tentation de faire au gouvernement un «faux procès». «Un élément de contexte tout d’abord: la taxe sur les dividendes, mise en place en 2012, a été jugée illégale par la Cour de justice européenne. Elle sera donc supprimée. Mais le gouvernement devra faire face au coût du contentieux perdu par l’État, pour le passé. C’est ce dernier point qui pose une difficulté», explique-t-il. Ces coûts, en effet, pourraient s’élever jusqu’à 6 milliards d’euros! «Nous discutons pour définir une solution temporaire, qui ne concernerait que quelques très grands groupes. Seuls seront concernés ceux réalisant plus de 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires ; aucune PME ne sera concernée», insiste Bruno Le Maire. Et de marteler: «Le cap fixé par le chef de l’État, le premier ministre et le gouvernement est celui de la baisse des impôts pour tous et de la valorisation du travail. Ce cap, nous le maintiendrons: nous baisserons les impôts pour les entreprises comme pour les ménages». Côté pouvoir d’achat, Bruno Le Maire souligne notamment qu’«avec la suppression, dès 2018, des cotisations maladie et chômage, le gain pour un salarié au SMIC sera de 250 euros par an». Il rappelle que la suppression de la taxe d’habitation pour 80 % des foyers «va être mise en place progressivement». Enfin, pour les plus fragiles, il assure que «nous allons augmenter la prime d’activité, l’allocation pour les adultes handicapés ainsi que le minimum vieillesse». D’autres, en revanche, devront faire «un effort», reconnaît le ministre, en évoquantles retraités qui subiront la hausse annoncée de la CSG pour compenser la suppression des cotisations sociales. Il assure néanmoins que «les plus modestes ne seront pas touchés: un retraité seul qui perçoit moins de 1200 euros par mois ne sera pas concerné. Ni les couples qui perçoivent moins de 1800 euros mensuels». Enfin, concernant l’un des chantiers les plus chauds de la rentrée, Bruno Le Maire évoque la réforme du code du Travail: «Si nous voulons que les entreprises embauchent davantage, il leur faut plus de sécurité juridique et plus de simplicité.». Il rappelle que l’emploi est la «seule raison» d’être de cette réforme.

 

Gastronomie : Recette de l’omelette au Profenil

 

Comme indiqué dans un autre article les omelettes industrielle au Profenil sont interdites notamment récemment en Italie. Dommage de se priver de ce plat de l’industrie alimentaire chimique ; Ci-dessous donc la recette de cette omelette à faire soi –même à la maison avec les même ingrédients que l’industrie alimentaire. Le Profenil constitue une sorte u qu’il convient d’utiliser en fin de cuisson à très faible dose. Le taux habituel est inférieur à 0,005 mg par kilo d’œuf, donc une toute petite pincée. Si l’on utilise des œufs produits par des poules n’ayant jamais été en contact avec des cocktails chimiques et  alimentaires, il conviendra d’ajouter pour rééquilibrer la composition gastronomique habituelle une dose d’hormones stéroïdes, une dose de Roxarsone, une dose de mélanine et une dose de pesticides. En fin de cuisson saupoudrez avec une forte poignée d’antibiotiques. (Voir explications techniques ci-après). Bon appétit !

 

Il existe différents types d’aliments destinés aux poulets pour différentes races, les âges et les utilisations des poulets. Certains contiennent des ingrédients qui sont dangereux et peuvent être nocifs pour le bétail et les humains.

 Une cuillérée hormones stéroïdes

Les hormones stéroïdes sont ajoutées à certains flux de poulet, spécifiquement ceux nourris à des poulets qui ont besoin de croître plus vite pour le contenu de muscle plus mature avant l’abattage. Cela aide les producteurs de poulet élever et vendre des poulets prêts pour l’abattage plus rapidement et à moindre coût à leur fonctionnement en raison d’une réduction des coûts d’alimentation. Toutefois, ces hormones sont encore présents dans la viande de poulet même après l’abattage et la cuisson, ce qui signifie que les humains deviennent cette dose supplémentaire d’hormones stéroïdes trop.

Un dé de Roxarsone

Roxarsone est un produit chimique basée sur l’arsenic ajouté à quelques aliments poulet, conçus pour lutter contre les parasites, d’augmenter le taux de croissance et d’améliorer la pigmentation dans la viande. Roxarsone est inoffensif en soi, mais lorsqu’il est ingéré par un poulet et puis ingérée par les humains, il se transforme en une forme maligne de l’arsenic. L’American Chemical Society a signalé au moment de la publication qu’un environ 9 milliards de poulets par an sont nourris roxarsone contenant alimentaire. Ses effets sur les êtres humains sont encore inconnus.

Un soupçon de Mélamine

Mélamine, un produit chimique utilisé pour la fabrication de plastiques, est parfois ajoutée aux aliments destinés aux poulets sans le savoir par le biais de produits de blé contaminé. Tout aliment qui se trouve à contenir de la mélamine est rappelé et la volaille qui a consumé, il n’est pas vendue pour la consommation humaine.

Une louchée de Pesticides

Les pesticides sont des substances chimiques qui aident à contrôler les infestations d’insectes sur les produits agricoles, tels que les céréales et les graines qui sont des ingrédients des aliments destinés aux poulets. Selon SustainableTable.org, au moment de la publication, environ 66 pour cent de la production céréalière de l’Amérique est utilisé dans l’alimentation du bétail. Contamination par les pesticides peut venir sous forme de résidus sur les céréales dans l’alimentation animale ou en grains génétiquement modifiés qui sont cultivés avec des pesticides dans le cadre de leur constitution génétique.

 

Omelettes au Fipronil: intredites en Italie

 

Omelettes au Fipronil: intredites  en Italie

 

Récemment nous indiquions par dérision la manière d’élaborer chez soi une omelette au Fipronil et autres substance chimiques et alimentaires. Cette recette est désormais interdite lorsqu’elle est appliquée par l’industrie alimentaire, en tout cas pour le seul Fipronil. Un  lot d’omelettes surgelées comportant des traces de fipronil a été retiré du circuit commercial à Milan, a indiqué lundi un responsable régional. Les omelettes proviennent du groupe allemand Kagerr et ont été distribués par un autre groupe en Italie, a indiqué lundi soir à la presse italienne un responsable de la région Lombardie. Il a précisé que 127 échantillons de ce lot contaminé ont été retirés du marché, mais que 117 ont déjà été vendus à des consommateurs. , l’Italie, dont les habitants consomment en moyenne 215 oeufs par an et par personne, a importé 610.000 kg d’oeufs des Pays-Bas de janvier à mai, ainsi que 648.000 kg de produits dérivés pour l’industrie agro-alimentaire. En France ce sont 500 000 œufs qui auraient été consommes et autant sou forme ovoproduits.

Record de dividendes ou la folie capitaliste

Record de dividendes ou la folie capitaliste

Personne ne peut contester sans doute, hormis quelques bobos gauchistes et quelques apparatchiks, que les le capitalisme et l’économie de marché sont les systèmes les moins pires pour gérer l’économie. Pour le capitalisme le principe est simple, les épargnants mettent leurs fonds à disposition d’une entreprise qui en retour rémunère leurs investissements via des dividendes. Comme souvent, ce n’est pas le principe qui est en cause mais la manière dont il est appliqué. Et de ce point de vue lorsque les dividendes versés deviennent outranciers voir dangereux alors se posent la question de la régulation des profits. Or après des dividendes déjà record en 2016 et qui augmentent de plus de 7 % au cours du second trimestre 2017 sont irresponsables quand on sait que l’inflation tourne autour de 1 %. D’après le cabinet Janus Henderson, les 1200 plus grosses sociétés cotées en Bourse ont versé 447,5 milliards de dollars de dividendes au cours du deuxième trimestre. Ce qui constitue un nouveau record. D’après le cabinet Janus Henderson, qui a analysé les 1200 sociétés les plus importantes en termes de capitalisation, les dividendes qu’elles ont distribués n’ont jamais été aussi élevés que lors du deuxième trimestre 2017 avec pas moins de 447,5 milliards de dollars reversés aux actionnaires, soit une hausse de 5,4% en glissement annuel. Hors effets de change, les dividendes ont même augmenté de 7,2%, ce qui représente la plus forte hausse depuis fin 2015. Pour la France  2016, les entreprises du seul CAC 40 ont distribué pas moins de 55,7 milliards d’euros sous forme de dividendes et de rachat d’actions, selon les calculs de la lettre d’information financière Vernimmen.net. Ce n’est pas un record mais presque puisqu’elles se sont rapprochées des 56 milliards versés en 2014 et surtout des 57,1 milliards distribués en 2007, juste avant la crise financière. La progression est notable par rapport à l’an dernier (43 milliards de dollars) et surtout par rapport à la moyenne de ces dernières années, autour de 43 milliards, une fois retraitée des dividendes et rachats exceptionnels. En France, les dividendes versés sont restés quasiment stables au cours du deuxième trimestre (40,6 milliards de dollars contre 41 milliards un an plus tôt) malgré la présence de deux groupes français (Sanofi et BNP Paribas) parmi les principaux payeurs de dividendes à l’échelle internationale (voir tableau ci-dessous). Pour la fin de l’année, Janus Henderson se montre assez optimiste et estime que les dividendes devraient désormais atteindre le montant record de 1208 milliards de dollars. 

Statut de Brigitte Macron : une charte inutile

Statut de Brigitte Macron : une charte inutile

 

 

 

La monarchie fut-elle républicaine à la peau dure en France. Emmanuel Macron ne fait pas exception au rituel du monarque quand il veut imposer un statut pour son épouse. Pourtant jusque-là,  le rôle du conjoint du président de la république ne figure dans aucun texte constitutionnel ou législatif. Macron a été contraint de céder il a abandonné le concept de statut pour le  transformer en une charte inutile sur le fond mais qui introduit cependant officiellement par voie de circulaire de la présidence un rôle pour son épouse. Certes on peut comprendre qu’il faille redonner un peu de  dignité à une présidence de la république dont Hollande et Sarkozy avaient terni l’image du fait de leurs frasques respectives. Pour autant, il n’est pas nécessaire pour Macron d’introduire une sorte de rituel royal, impérial voir Jupitérien lors de ses apparitions officielles.  Un peu de simplicité n’est pas forcément contradictoire avec la dignité de la fonction. De ce point de vue, la mise en scène de la fête pour honorer sa victoire touchait  un peu ou ridicule près de la pyramide du Louvres. Macron devra se méfier de l’ivresse du pouvoir entretenu par les breuvages de complaisance de ses courtisans. Il n’était nullement nécessaire de prévoir un texte concernant Brigitte Macon. D’abord parce qu’un président de la république peut n’avoir pas de conjoint officiel ;  ou alors comme sous l’ancien régime, il faudra aussi prévoir un statut pour la favorite (ou le favori). Ensuite parce que le concept de première dame est désuet. Pourquoi première ? Pourquoi dame ? Par comparaison en Allemagne on ignore tout de l’époux d’Angela  Merkel lequel d’ailleurs ne paraît jamais officiellement. Cette absence de premier Monsieur en Allemagne n’affecte nullement le poids politique de la chancelière. Il y a longtemps que les Allemands ont abandonné les oripeaux de l’apparence pour se consacrer au réel. L’Elysée a publié lundi une « charte de transparence » relative au statut du conjoint du chef de l’Etat, selon laquelle Brigitte Macron ne sera pas rémunérée à ce titre et ne disposera ni de frais de représentation ni de budget. Emmanuel Macron avait promis de clarifier ce rôle, qui continuera à n’être régi par aucun texte juridique. Selon cette charte, deux conseillers du président et un secrétariat sont mis à la disposition de son épouse, dont la protection est assurée par le Groupement de sécurité de la présidence de la République (GSPR). « Les moyens financiers nécessaires à l’exercice de cette fonction figurent dans le budget de la présidence. Les coûts de fonctionnement associés au conjoint du chef de l’Etat feront l’objet d’une présentation transparente dans la comptabilité analytique de l’Elysée, soumise au contrôle de la Cour des comptes, qui en rendra compte publiquement par un rapport spécifique », précise le texte publié sur le site de l’Elysée. Une manière d’installer juridiquement par des voies détournées la fonction d’épouse de président de la république.

Actu, infos, économie, social, politique : articles les plus lus

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

Economie française : des indicateurs mieux orientés

Economie française : des indicateurs mieux orientés

La bonne nouvelle c’est évidemment une certaine reprise de l’activité qui pourrait conduire le PIB français à augmenter de 2% en 2017 avec une  légère baisse chômage et des créations nettes d’emplois Le chômage est revenu à son niveau de début 2012, juste avant que François ­Hollande s’installe à l’Élysée. Cependant  le taux de 9,1% reste près de deux fois supérieur à celui des meilleurs élèves européens dont l’Allemagne. Cette croissance provient surtout d’une bonne tenue de la consommation avec  toutefois un revers de la médaille : cela accroît le déficit commercial. Faute de compétitivité, chaque fois la croissance progresse grâce à la consommation, mécaniquement les importations progressent et la balance commerciale est encore plus déséquilibrée. La France est inscrite sur une tendance de 50 milliards de déficits tandis que l’Allemagne dégage un bénéfice de 300 milliards par an  pour les échanges extérieurs. Le bâtiment va retrouver en 2017 un niveau de mises en chantier plus en phase avec ses belles années. L’automobile affiche des taux de croissance significatifs. La meilleure tenue du tourisme profite à l’hôtellerie et à la restauration. À noter cependant encore une insuffisance du niveau des investissements qui traduit encore les incertitudes des chefs d’entreprise même si globalement le moral des patrons s’est notoirement amélioré y compris dans les petites. Reste que la France ne peut être à l’abri des soubresauts internationaux à particuliers de ce qui affecte les États-Unis. Des États-Unis de plus en plus dans le doute quant à l’efficacité de la politique de Trump et qui pourrait voir son PIB progresser seulement de  2%. ; . Autre inquiétude le ralentissement possible de la Chine. En attendant,  Macron  contribue à faire monter la confiance des acteurs économiques comme en témoigne les sondages concernant les patrons.

Dépenses publiques : 57% du PIB en France, 44% en Allemagne

Dépenses publiques : 57% du PIB en France, 44% en Allemagne

 

La France cumule les ratios contradictoires. Non seulement elle est en tête en matière de prélèvements obligatoires avec plus de 44 % du PIB mais cette ponction fiscale ne suffit pas puisque ces dépenses atteignent 57 % du PIB pipe, d’où une dette qui ne cesse de s’amplifier. La France occupe le hit-parade des dépenses publiques en Europe et affiche une grande différence avec l’Allemagne dont le  taux est 44 %. Une différence de 13 points qui ne manque pas d’inquiéter les économistes, car, en 2002, cet écart n’était que de 5 points de PIB. Dans une étude publiée cet été, les économistes de la Banque de France se donc intéressés aux raisons de cette divergence croissante. Pour eux, « le moindre dynamisme de la croissance du PIB par habitant en France sur la période 2002-2015 explique pour moitié la divergence du ratio de dépenses par rapport au PIB entre les deux pays. Contrairement à l’Allemagne, le dynamisme des dépenses publiques par habitant n’a pas été freiné, alors que le contexte économique peu favorable limitait la croissance des recettes. » Décomposées par secteur, les dépenses publiques ont constamment été plus importantes dans l’Hexagone dans la santé, l’enseignement et la défense. Récemment, l’écart entre les deux pays s’est surtout creusé du fait des dépenses de protection sociale

 

 

Nouveaux risques de bulle financière en Chine

Nouveaux risques de bulle financière en Chine considère le FMI.

 

Selon la BRI, banque des règlements internationaux,  la «différence entre le ratio crédit / PIB de la Chine et sa tendance à long terme» a atteint 30,1% au premier trimestre 2016. Cet indicateur est destiné à mesurer «la surchauffe financière et les potentielles difficultés financières». Son niveau, le plus élevé jamais atteint pour ce pays, est préoccupant: au-delà de 10% la BRI estime qu’un pays fait face à un risque bancaire. Il est nettement supérieur à ceux qui avaient été atteints aux États-Unis en 2008 avant l’éclatement de la bulle spéculative. D’où, le risque avancé par la BRI d’une crise financière en Chine au cours des trois prochaines années. Précisons aussi que ce chiffre avait grimpé jusqu’à 35,7% en Thaïlande en 1997 et à près de 88% en 2009 en Irlande, deux pays qui ont été touchés de plein fouet par ce type de tempête. La croissance au premier semestre 2017 a dépassé les attentes des économistes, mais surtout grâce aux retombées de l’envolée de l’immobilier. Dans certaines grandes villes, les prix ont augmenté de plus de 30 % en 2016, faisant les affaires des grands promoteurs. « Si on regarde la structure de l’endettement en Chine, il y a du progrès : les nouvelles dettes accumulées cette année l’ont surtout été par les promoteurs et par les ménages. Avant, elles étaient le fait d’entreprises qui ne survivent que grâce au crédit », analyse Hao Hong, directeur de la recherche à la Bank of Communications International. Des entreprises improductives qui ont capté 14 % des prêts distribués à l’industrie en 2016, contre 4 % en 2011. : Selon le FMI, en effet, « le principal coût [de la croissance actuelle], c’est un accroissement plus important de l’endettement privé et public », un phénomène « souvent associé à des crises financières ». Le réveil pourrait arriver vite : « L’immobilier commence à ralentir, les investissements baissent. La situation pourrait être bien pire à partir de mi-2018 », estime Hao Hong. En Chine les bulles succèdent aux bulles ;  après la bulle immobilière, c’est la bulle de l’endettement des entreprises qui menace.  L’endettement des entreprises chinoises augmenterait encore de 77% sur les cinq prochaines années pour atteindre 28.800 milliards de dollars.  , Moody’s et Fitch s’inquiètent de la dette galopante, publique et privée, et pointent une « hausse prévisible des créances douteuses ». Pour empêcher l’éclatement de cette bulle la banque centrale ne cesse d’injecter de nouvelles liquidités.  L’économie chinoise, d’une certaine manière, ne cesse d’accumuler les bulles. Elle a d’abord généré une bulle de crédit absolument immense, inédite dans l’histoire économique, y compris aux Etats-Unis avant les subprimes », soulignait  Pierre Sabatier, PDG de PrimeView, sur BFM Business. Au départ, les fonds de ces crédits « ont servi à investir, non pas dans les actions, mais dans tout le reste. Par exemple dans le résidentiel », continue Pierre Sabatier. « Il y a aussi eu une bulle globale entraînée par les surcapacités de production. L’une des conséquences de la transition économique (moins d’importation mais davantage de consommation) a été d’injecter beaucoup de liquidités dans l’économie, qui elle-même, a eu tendance à créer des bulles boursières». Les risques sont importants pour la Chine mais auraient des conséquences sur l’ensemble du système bancaire mondial compte tenu son engagement en Chine.

 

La Chine veut limiter les investissements à l’étranger

La Chine veut limiter les investissements à l’étranger

La vague des investissements chinois tous azimuts dans l’industrie, les services et même  l’agriculture pourrait bien être freinée par les autorités qui commencent à s’inquiéter de l’endettement de ces grands groupes et des conséquences néfastes sur la situation intérieure chinoise. C’est en effet le paradoxe pendant que des groupes chinois ne cessent d’acheter tout et n’importe quoi grâce notamment aux déversements de liquidités de la banque centrale,  la Chine, elle, enregistre de sérieux risques d’endettement qui  pourrait freiner sa croissance à partir de 2018. Une directive du gouvernement chinois entend donc mettre un terme aux investissements chinois à l’étranger dans des clubs sportifs, l’hôtellerie, l’industrie du divertissement – dont, au premier chef, les jeux d’argent et la pornographie. Les autorités s’inquiètent de la fuite des capitaux chinois vers des clubs de foot en Angleterre, en Espagne, en France ou en Italie. Elles ne se félicitent plus du rachat par les grands groupes Wanda ou Fosun d’une chaine américaine de cinéma ou du Club Med. Autant d’investissements jugés irrationnels, sans lien avec l’économie réelle et dangereux pour le système financier en raison de l’endettement colossal de ces groupes chinois. Un premier tour de vis a été donné par le gouvernement fin 2016 faisant chuter les investissements à l’étranger de près de moitié au premier semestre 2017. Cette fois les secteurs à proscrire sont nommément désignés comme non conformes aux intérêts de la Chine et à sa sécurité. Ainsi les pays en guerre ou ceux qui n’entretiennent pas de relations diplomatiques avec Pékin ne peuvent plus compter sur les capitaux chinois.

Brexit : le gouvernement britannique joue la montre

Brexit : le gouvernement britannique joue la montre

Le conflit entre les autorités britanniques et Bruxelles demeurent. Du côté britannique,  on se refuse à une rupture avec l’union européenne qui entraînerait le paiement de sa dette (40 milliards pour le Royaume-Uni mais une estimation de 60 à 100 milliards pour Bruxelles). Pour Londres,   de questions fondamentales sont liés la dette du Royaume-Uni et doivent êtres  associées au résultat des négociations commerciales concernant les futurs échanges entre les deux zones économiques. Pour Bruxelles,  ces deux  questions doivent  être dissociées : le Royaume-Uni doit payer le prix de sa rupture avec l’union économique et ensuite seulement peuvent être engagé des négociations commerciales. Reste aussi la question de la libre circulation des citoyens européens. La négociation pour l’instant s’enlise dans les atermoiements de Londres qui finalement s’accommoderait bien d’une période de transition pour jouer sur les deux tableaux ; à savoir  retarder le paiement de la dette tout en continuant à  bénéficier  le plus longtemps possible des conditions actuelles d’échange commercial entre les deux zones. Le gouvernement de Theresa May doit présenter cette semaine cinq nouvelles propositions pour dessiner les futurs liens entre Londres et Bruxelles, y compris concernant la manière de résoudre d’éventuels conflits sans  »une compétence directe de la Cour de justice de l’Union européenne » (CEJ), a déclaré David Davis, ministre britannique du Brexit. Ce dernier a demandé à l’Union européenne de faire preuve de souplesse en vue de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. « Je crois fortement que les premiers tours de table ont déjà démontré que de nombreuses questions liées à notre retrait étaient inextricablement liées avec nos futures relations », explique-t-il dans le Sunday Times. « Les deux camps doivent avancer rapidement vers la négociation sur notre futur partenariat et nous souhaitons que cela ait lieu après le Conseil européen en octobre », ajoute-t-il. Les Européens continuent de faire valoir qu’ils souhaitent que des « progrès suffisants » soient accomplis dans la première phase des pourparlers sur les droits des expatriés, les frontières avec l’Irlande et la compensation financière attendue de Londres avant d’aborder le problème des relations à venir. Les dirigeants britanniques font, eux, valoir que la question de la frontière avec l’Irlande et celle des droits dus par Londres ne peuvent pas être réglées tant que ne sont pas discutés les termes des futures relations.

Télétravail : 40% pour

Télétravail : 40% pour 

 

Le télétravail pourrait bien être une des solutions pour participer à un réaménagement territoire plus équilibré  et résoudre une partie de la congestion urbaine liée à l’automobile. Dans le secteur des services,  nombre  d’activités pourraient t relever du télétravail. Ce dernier présente des avantages tant pour les entreprises pour les salariés mais aussi quelques inconvénients D’une manière générale,  il est démontré que le salarié utilise les heures où il est le plus productif au service de l’entreprise mais il peut être amené aussi à dépasser assez largement la durée légale ou conventionnelle de la durée du travail. Certes ce télétravail ne peut pas être généralisé à toutes les productions notamment matérielles. Pour autant avec l’évolution des modes de production et des puissances quasi exponentielles des outils informatiques,  bon nombre de tâches pourrait être décentralisées dans le cadre du télétravail. Cela nécessitera fois de nouvelles méthodes de management. D’après un sondage réalisé par le site de petites annonces Vivastreet, 41% des salariés sondés veulent adopter ce mode d’organisation à plein temps, contre 38% en 2015. En outre, 31% des sondés souhaiteraient alterner télétravail et présence au bureau «pour ne pas se couper entièrement de la vie en entreprise», contre seulement 10% en 2015. Les exemples de ce type, dans le privé comme dans le public, se multiplient. Mais, d’après l’enquête Vivastreet, c’est dans l’immobilier que ce souhait est le plus marqué (63% des sondés), devant l’informatique, les métiers du web et des télécoms (62%), ou encore la comptabilité et la gestion (51%). Des secteurs particulièrement «éligibles» au télétravail. Tous ne le sont pas. Pour 15,4 millions d’actifs, cette organisation favorisée par l’utilisation des outils numériques n’est pas une option envisageable, selon une autre étude réalisée par la Fondation Concorde cette année. Leur emploi nécessite une présence physique, comme dans la restauration ou le commerce par exemple. Le think tank détaillait même le profil type des quelque 6,7 millions de Français «éligibles»: il s’agit d’un quadragénaire diplômé, aux revenus confortables, qui travaille dans une grande ville. Ce souhait de plus en plus assumé montre à quel point les Français ont soif de souplesse dans l’organisation de leur temps de travail, principalement pour mieux gérer leur vie de famille, selon 33% des personnes sondées par Vivastreet. Autres raisons principales invoquées: profiter d’un cadre de travail plus agréable (29%) et éviter de passer du temps dans les transports (26%). La réduction du temps moyen de trajet entre le domicile et le lieu de travail avait été estimé à 40 minutes, par le cabinet de conseil RH Kronos, qui mettait aussi en avant l’augmentation du temps de travail effectif et de la productivité, ainsi que du temps moyen de sommeil des salariés concernés.

« Liberté aux medias » ! (Poutine)

« Liberté aux medias » ! (Poutine)

 

 

On sait que la presse et l’opposition sont complètement muselées en Russie mais Poutine promet la liberté en hypothéquant par de sérieuses réserves : ce qui est interdit en Russie (mal liberté d’opinion NDLR) est aussi interdit sur internet, à la télé et plus généralement dans l’espace médiatique. Alors  les entreprises web russes et étrangères sont forcées de stocker les données de leurs utilisateurs en Russie et de les transmettre aux autorités si elles en font la demande. Le président russe a cependant estimé aujourd’hui que l’influence de l’Etat sur internet et dans les médias devait être « réduite, sinon exclue », alors que l’espace médiatique et le net russes sont soumis à un tour de vis de la part des autorités. « Si la société elle-même met au point un système de filtres moraux et éthiques, il serait juste de réduire, sinon d’exclure – mais ce serait mieux d’exclure – l’influence de l’Etat dans ce processus », a déclaré Vladimir Poutine, au cours d’un forum en Crimée avec la jeunesse russe. « Ce que la loi interdit doit être interdit partout, sur internet, à la télévision ou dans les autres médias », a-t-il néanmoins nuancé, ajoutant être « en contact, mais pas en permanence, avec les directeurs de nos principales chaînes de télévision ». Ces déclarations interviennent dans le contexte d’un contrôle plus strict ces dernières années par les autorités du net russe, très utilisé par l’opposition, la tendance s’amplifiant actuellement sur fond de lutte antiterroriste. En juillet, le parlement russe a ainsi voté une loi interdisant l’utilisation en Russie des « anonymizers », services web qui permettent d’accéder de façon anonyme à des sites internet. Les députés ont également voté une loi obligeant les internautes à s’identifier par un numéro de téléphone pour utiliser les messageries sur le web.

Vivendi paye toujours pour STX

Vivendi paye toujours  pour STX

Dans un article précédent, nous évoquions les risques de représailles italiennes vis-à-vis des investissements de Vivendi en Italie. Il se confirme que d’une certaine manière Vivendi paye pour la menace de nationalisation de STX. - L’opérateur historique italien Telecom Italia (TIM) devrait chercher à conclure un accord avec Mediaset visant à offrir les contenus du diffuseur italien sur -son réseau de télécommunications, a déclaré dimanche un responsable du gouvernement italien au quotidien La Stampa dimanche. Un tel accord renforcerait leur pouvoir de négociation avec Vivendi, qui est dans le viseur des autorités italiennes concernant ses participations dans les deux groupes. Il fallait évidemment s’attendre à des mesures de rétorsion italienne suite à la décision de française de s’opposer à une prise de capital majoritaire de l’Italie sur STX (chantier naval). On comprend évidemment que compte tenu de l’écho médiatique notamment le gouvernement ait décidé de faire pression sur l’Italie pour permettre une répartition du capital plus favorable à la France. En clair, pour permettre à la France de disposer d’un véritable droit de blocage afin d’éviter un risque de délocalisation géographique. Ceci étant, il convient de tenir compte des prises de participation financière réciproques dans les deux pays. Au cours des cinq dernières années la France a pris des participations financières d’environ 35 milliards en Italie, inversement les investissements financiers italiens en France ont été  limités à 3 milliards. Du coup, le gouvernement italien met des bâtons dans les roues à Vivendi qui est en train de prendre le contrôle de Telecom Italia puis sans doute de Mediaset.  Vivendi est le premier actionnaire de Telecom Italia avec une participation de 24% dans son capital et détient également 29,9% des droits de vote de Mediaset, ce qui en fait le deuxième actionnaire du groupe de télévision derrière la famille de l’ex-président du Conseil Silvio Berlusconi. L’Agcom, l’autorité italienne des communications, a décrété en avril que la montée de Vivendi au capital Mediaset et de Telecom Italia enfreignait la loi sur les concentrations dans l’audio-visuel et lui a donné un pour réduire sa participation

1...34567...15



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol