Moralisation de la vie politique : un flop

Moralisation de la vie politique : un flop

Dans l’indifférence presque générale de l’opinion, la loi de moralisation a été votée le 9 août. Une loi dite fondamentale mais qui accouche d’une souris. La vraie question est celle du nombre d’élus, de la professionnalisation de la politique, des liens avec les lobbies, de  la corruption passive ou active et du contrôle démocratique des élus. L’examen du texte avait engendré de vifs débats au sein de l’hémicycle. Après plusieurs semaines d’échanges houleux entre les députés, la loi de moralisation de la vie politique a donc définitivement été adoptée pour pas grand chose. Par ailleurs le départ de Bayrou, pris la main dans le sac du détournement de fonds européens à fait perdre de la crédibilité à l’intention de départ.  Ce mercredi 9 août, le Parlement a voté à une large majorité le second projet de loi pour la moralisation de la vie politique. Le premier projet de loi avait quant à lui été adopté jeudi 3 août. Cet ultime vote de l’Assemblée a mis un point final à une intense session extraordinaire.   Parmi les 548 votants, on compte 412 voix pour, 74 voix contre et 62 abstentions. Les députés de la majorité présidentielle ont voté à une nette majorité pour avec 308 voix pour. La Nouvelle Gauche a également voté en faveur de ce texte avec 30 voix pour. Les députés de La France insoumise et les communistes se sont tous abstenus, tout comme les députés du Front national. Le groupe Les Républicains est le seul à avoir voté contre avec 73 voix contre. Son président Christian Jacob avait d’ores-et-déjà communiqué la position du groupe politique en juillet dernier. « Dans la mesure où la réserve parlementaire est remise en cause, nous voterons contre », avait-il déclaré lors d’un point presse.  Le texte de loi comprend notamment la suppression controversée de la réserve parlementaire, à l’issue d’un scrutin organisé dans les salons attenants à l’hémicycle. Cette enveloppe qui s’élève environ à 130.000 euros permettait à un parlementaire de financer des projets dans sa circonscription. Largement controversée, le Parlement a finalement opté pour sa suppression, mettant ainsi fin aux « dérives clientélistes ». Cette loi prévoit également l’interdiction pour les ministres, parlementaires et exécutifs locaux d’employer leur « famille proche », sous peine d’être condamnés à trois ans de prison et 45.000 euros d’amende.   Certaines promesses faites par Emmanuel Macron lors de sa campagne électorale ont toutefois été revues, comme l’interdiction pour les parlementaires d’exercer des activités de conseil, qui ne sera pas absolue. La réduction d’un tiers du nombre de parlementaires et leur limitation à trois mandats dans le temps devraient intervenir dans le cadre d’une révision constitutionnelle, « parachevée d’ici un an ».

0 Réponses à “Moralisation de la vie politique : un flop”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol