Armée : un syndicat de généraux ?

Armée : un syndicat de généraux ?

 

Le lobby armé se désole du départ du chef d’Etat major De Villiers comme si ce dernier était irremplaçable. Or la France dispose de centaines de généraux actifs dont beaucoup sans réelle affectation sans parler des généraux dits de deuxième  qui peuvent être rappelés à tout moment ( 5500 environ) et qui bénéficient  de certains avantages puisque mobilisables à tout moment. Bref une véritable armée mexicaine. On n’aura donc aucun mal à remplacer de Villiers qui certes défend les moyens de l’armée française mais aussi la corporation des officiers supérieurs. Sans doute un peu désœuvrés, on voit d’ailleurs défiler sur toutes les chaînes de télévision ces généraux pour défendre le budget de l’armée et en même temps leurs effectifs. Depuis déjà quelques temps ces généraux ont pris quelques libertés pour s’exprimer sur la politique de défense de la France alors qu’ils sont contraints normalement au devoir de réserve et que cette politique de défense ne peut légitimement être définie  que par le pouvoir politique. On objectera à juste titre que ce pouvoir politique s’est sans doute engagé parfois de manière un peu aventureuse sur certains de théâtre d’opérations extérieures sans en mesurer les conséquences financières. Par exemple la décision unilatérale de François Hollande de s’engager au Mali sans en parler ni à l’ONU, ni à l’union européenne afin de tenter de redorer un peu son image en politique intérieure. Le chef d’état-major de Villiers, par ailleurs très marqué à droite comme son frère Philippe de Villiers, n’était sans doute pas sans qualités mais des centaines peuvent le remplacer. Ce qui a été fait avec la nomination de François Lecointre, chef du cabinet militaire du Premier ministre Edouard Philippe, a été choisi pour lui succéder et sera chargé de mettre en oeuvre la prochaine loi de programmation militaire (LPM) dans un contexte budgétaire serré. A 55 ans, cet ancien élève de Saint-Cyr et militaire de terrain, est un « héros » de la guerre de Bosnie au cours de laquelle il a libéré des soldats français détenus par des Serbes en 1995, a rappelé mercredi Emmanuel Macron sur France 2. « Il aura non pas un budget à défendre, parce que ce n’est pas le rôle du chef d’état-major, c’est le rôle de la ministre des Armées », a dit le président français à Serre-Chevalier (Hautes-Alpes), à l’arrivée de l’étape du Tour de France. « Il aura des troupes à conduire, des opérations à mener, une stratégie, des capacités à défendre et à proposer au chef des armées qui est le président de la République. C’est comme ça que la République fonctionne bien », a-t-il ajouté en rappelant la répartition des rôles que Pierre de Villiers aurait oubliée. Oublie de beaucoup d’autres généraux qui s’exprimant faites comme des syndicalistes par exemple comme l’ancien directeur de l’école de guerre « C’est une crise majeure, qui va avoir des conséquences terribles », juge Vincent Desportes, ancien directeur de l’Ecole de guerre, d’où sortent les plus hauts gradés de l’armée française, et désormais professeur associé à Sciences Po Paris. Selon lui, il faut remonter au putsch des généraux favorables à l’Algérie française et opposés au général de Gaulle, en 1961, pour retrouver une crise de cette ampleur entre le pouvoir politique et la hiérarchie militaire. On croirait entendre la CGT on croirait entendre Mélenchon !

0 Réponses à “Armée : un syndicat de généraux ?”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol