Archive mensuelle de mai 2017

Page 3 sur 15

G7 : du bla-bla

G7 :   du bla-bla

Comme d’habitude,  le sommet des chefs d’État n’aura pas débouché sur grand-chose. Un vague communiqué qui parle d’échanges commerciaux et de la lutte contre le terrorisme mais sans décision concrète qui engage réellement. Bref le G7 -comme le G20- constitue surtout une occasion pour les responsables des grands pays de se rencontrer mais ne débouche jamais sur des orientations précises. En outre on a même dû évacuer du communiqué final la question conflictuelle concernant le climat. En cause évidemment les menaces de Trump de se retirer de l’accord de Paris   »Je rendrai ma décision finale sur l’Accord de Paris la semaine prochaine », a annoncé sur son compte Twitter le président américain alors qu’Angela Merkel a évoqué des échanges « très difficiles » et « très décevants » sur cette question. Selon elle, « rien n’indique que les Etats-Unis accepteront de rester dans le cadre de cet accord » dont elle a rappelé l’importance majeure et sur lequel, a-t-elle dit, on ne peut pas faire de compromis. Le communiqué final mentionne clairement cette divergence de vue entre Washington et ses partenaires du G7. « Les Etats-Unis d’Amérique sont engagés dans un processus d’examen de leur politique sur le changement climatique et sur l’Accord de Paris et ne sont pas en mesure de participer au consensus sur ces sujets », indique le communiqué. « Comprenant ce processus, les dirigeants des gouvernements du Canada, de la France, de l’Allemagne, de l’Italie, du Japon et de la Grande-Bretagne, et les présidents du Conseil de l’Europe et de la Commission européenne réaffirment leur engagement ferme à rapidement mettre en oeuvre l’Accord de Paris », poursuit le texte. Un consensus à caractère très général a été trouvé sur le système d’échanges commerciaux internationaux et sur la lutte contre le terrorisme. Par contre les questions délicates de l’immigration ou d’aide à l’Afrique ont été complètement évacuées.

Actu, infos, économie, social, politique : articles les plus lus

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

Notre Dame des Landes : six mois pour enterrer le projet

Notre dame des Landes ; six mois pour enterrer le projet

 

Il est clair que si Hulot a enfin accepté de devenir ministre c’est parce qu’il a obtenu quelques assurances. Il se contentera d’appliquer la loi de transition énergétique de Ségolène Royal (dont  la mise en œuvre sera suffisamment difficile). Mais il y a sans doute obtenu la fermeture de la centrale de Fessenheim et l’enterrement du projet d’un nouvel aéroport de Notre dame des landes. Le réaménagement de l’aéroport existant semble l’option la plus plausible. Soucieux de faire respecter la consultation populaire de juin dernier , Emmanuel Macron et Edouard Philippe avaient multiplié les déclarations en faveur d’un transfert de l’aéroport nantais sur le site de Notre-Dame-des-Landes. Pendant sa campagne, le futur président avait affirmé dans un entretien à WWF sa volonté de respecter le vote : « Je ne peux pas aujourd’hui être dans une position où je dis ‘avec moi il n’y aura pas Notre-Dame-des-Landes’. Parce qu’à la fin des fins cela envoie des messages très négatifs. » Seulement, un peu plus tôt lors de l’interview donnée à l’ONG environnementale, l’ancien ministre de l’Economie reconnaissait que le projet de transfert était quelque peu dépassé : « Je n’ai pas dit que j’étais favorable au projet. J’ai dit que ce projet avait des bases qui, économiquement, n’étaient plus conformes à ce que l’on ferait aujourd’hui. » Et d’ajouter qu’il n’évacuera pas la zone occupée par les « zadistes ». Le gouvernement se donne 6 mois pour décider.

 

Aubry : c’est foutu pour le PS!

 Aubry : c’est foutu pour le PS!

C’est en substance ce qu’a déclaré Martine Aubry par rapport aux chances des socialistes lors des législatives. Et là frondeuse  de rendre responsable Macron des déboires du PS. D’après elle (énarque , comme Macron mais qui n’a jamais fait autre chose que de la politique) Macron est incapable de comprendre les difficultés des gens ! La conférence de presse de Martine Aubry, mercredi, a donc  laissé apparaître une femme très désabusée. « C’est ça ma tristesse absolue. J’ai 66 ans et j’ai l’impression que tout ce que j’ai fait dans ma vie est abîmé, cassé. Tout ce à quoi j’ai cru », a livré, amère, la maire PS de Lille. Le point presse de soutien aux candidats socialistes aux législatives à Lille est devenu, en 1h20, « un état des lieux crépusculaire de la maison aubryste », relate La Voix du Nord. Mais la réunion fut quand même l’occasion, pour la féroce édile, de critiquer le président Emmanuel Macron.  »Avoir un Parlement à sa botte, ce n’est pas la démocratie. Un Parlement est là pour contrebalancer l’exécutif », sinon « on est dans l’autoritarisme », a dénoncé la maire de Lille. Selon Martine Aubry, Emmanuel Macron cherche des députés « béni oui-oui ».  Elle estime aussi que le Président  »connaît mal les Français » car il a grandi « dans un milieu protégé à Amiens ». Il y a chez lui, a-t-elle déclaré, « une incapacité à comprendre la souffrance des gens parce qu’il ne les connaît pas. » La composition du gouvernement a aussi été la cible des critiques de l’ancienne numéro un du PS, qui a dit « regretter ce mélange des genres entre la droite et la gauche », qui profiterait selon elle à « l’extrême droite et l’extrême gauche. » Cette dernière, en la personne de Jean-Luc Mélenchon, – qui a frôlé à Lille les 30%, en tête du premier tour de la présidentielle – a aussi été visée par Martine Aubry. L’extrême gauche est « dans la politique du rêve et des annonces qui n’ont aucune chance de se réaliser », a attaqué la maire. Pour autant, l’édile a assuré avoir « compris la colère des électeurs de Jean-Luc Mélenchon », mais a insisté : « le vote utile et efficace, c’est le PS. » Et d’expliquer : « Si on ne vote pas pour les socialistes au premier tour, il n’y aura pas de députés de gauche élus au second » car « les candidats de Mélenchon ne gagneront jamais face à ceux de Macron soutenus par la droite. »  Selon la maire, ce « gouvernement de droite avec un programme largement de droite » promet de « casser 50 ans de progrès social » avec la réforme annoncée du droit du travail.  Malgré ces attaques, Martine Aubry ne semblait pas se faire d’illusions sur l’avenir politique des candidats socialistes aux législatives, qu’elle venait initialement soutenir. Le candidat du PS à la présidentielle, Benoît Hamon, n’a même pas atteint les 11% des voix à Lille. « Je ne sais pas comment parler aux Français aujourd’hui », s’est désolée la maire. Et de conclure, dépitée : « Les petits nouveaux de chez Macron qu’on a choisi au pif ou parce que ce sont des copains, c’est mieux que les gens de gauche qui se sont battus depuis cinq ans? Ça me rend malade.

 

Manipulation de changes : Une amende de 350 millions de dollars pour BNP Paribas

Manipulation de changes : Une amende de 350 millions de dollars pour BNP Paribas

 

.La banque française a écopé mercredi d’une amende de 350 millions de dollars aux Etats-Unis pour des malversations commises par ses traders sur le marché des changes, suite à un accord trouvé avec la justice américaine. La somme est largement inférieure à l’amende record de 8,9 milliards de dollars infligée à l’établissement en 2014 pour avoir violé des embargos américains contre le Soudan, Cuba et l’Iran. « La banque a accordé peu d’attention à la surveillance de son activité de courtage des changes, ce qui a permis à ses traders et d’autres de violer la législation de l’Etat de New York pendant plusieurs années et d’abuser de la confiance des clients », fustige dans un communiqué Maria Vullo, la patronne du régulateur des services financiers (DFS) de New York.  Elle explique que, de 2007 à 2011, une douzaine de cambistes de l’établissement français basés à New York, Londres et Tokyo se sont entendus sur des plateformes de messagerie instantanée pour manipuler les taux de référence de devises de pays émergents comme le rand sud-africain, le forint hongrois et la livre turque. Un des traders impliqués « a explicitement baptisé le groupe  »cartel » dans ses échanges, et appelé le reste des cambistes avec lesquels il était de connivence pour manipuler le prix du rand sud-africain  »Domination ZAR » d’après le symbole de cotation du rand qui est Zar », détaille le régulateur. Ces cambistes élaboraient ensemble, via les forums de discussion, des simulations de courtage sur les devises, s’entendaient pour pousser artificiellement le taux de référence d’une monnaie et encaissaient ainsi des bénéfices indus, déplore encore le DFS. Une des tactiques consistait par exemple à gonfler artificiellement la valeur du rand sud-africain pendant les échanges à New York. En 2014, BNP Paribas avait déjà dû s’acquitter d’une amende de près de neuf milliards de dollars aux Etats-Unis et avait plaidé coupable pour régler son litige concernant la violation d’embargos économiques américains.

Décret migratoire de Trump : nouveau camouflet

Décret migratoire de Trump : nouveau camouflet

les juges de la  cour d’appel de Virginie ont tranché à 10 contre 3 en défaveur du texte défendu par la Maison Blanche, qui veut mettre en pause l’immigration en provenance de six pays majoritairement musulmans ainsi que l’accueil de réfugiés. Avec ce nouveau camouflet, c’est désormais la Cour suprême qui pourrait devoir jouer les arbitres.  Comme les juges d’Hawaï et de Virginie en mars dernier, la cour d’appel estime que le décret est discriminatoire contre les musulmans, ce qui est contre la constitution américaine. Tel quel, il causerait « des dommageables irrémédiables pour des personnes dans tout le pays », écrivent les juges. « Le Congrès a accordé au président un large pouvoir pour interdire l’entrée des étrangers, mais ce pouvoir n’est pas absolu », souligne le juge Roger Gregory, président de la cour d’appel de Richmond. La Maison Blanche avait fait appel des deux décisions, à Hawaï et en Virginie. L’administration Trump avait besoin de s’imposer sur les deux terrains pour renverser le blocage. Du coup, son ultime recours est désormais de faire appel devant la Cour suprême. Mais rien ne garantit que l’instance judiciaire suprême des Etats-Unis accepte de se saisir du dossier. Le blocage est en effet préliminaire et ne porte pas sur le fond, et la Cour suprême préfère en général intervenir à la fin d’une bataille.

Alitalia : 1.358 salariés au chômage technique

Alitalia : 1.358 salariés au chômage technique

Alitalia a annoncé le lancement d’une procédure de chômage technique qui concernera 1.358 salariés sur les quelque 12.500 qu’elle compte. La compagnie aérienne en difficulté a été placée sous tutelle le 2 mai sur décision du ministère des Transports, après une demande en ce sens des actionnaires, à la suite du rejet par le personnel d’un plan de restructuration prévoyant 1.700 suppressions d’emplois et une baisse de salaire de 8% pour une partie des employés.   Dans un communiqué, Alitalia explique avoir envoyé aux organisations syndicales et aux ministères compétents une lettre pour l’ouverture d’une procédure de chômage technique, avec « une application limitée initialement aux nécessités opératives et de gestion de l’entreprise ». Cette procédure touchera 828 membres du personnel au sol, et jusqu’à 190 pilotes et 340 hôtesses et stewards.      « Cette mesure, rendue nécessaire par la situation actuelle de la compagnie, s’intègre dans un ensemble de mesures qu’Alitalia est en train d’adopter afin de réduire tous les coûts et rendre ainsi l’entreprise la plus durable économiquement et la plus efficace », a expliqué le groupe.     . Le gouvernement, qui a exclu toute nationalisation, privilégie une vente d’un bloc de la société –détenue pour l’heure à 49% par l’émiratie Etihad– afin de permettre sa relance. La presse italienne évoque un possible intérêt de compagnies ou fonds chinois. Alitalia a subi de plein fouet la concurrence des compagnies à bas coût, comme Ryanair, et accumule les pertes depuis des années. Alors que ses caisses étaient à sec, le gouvernement Rome a décidé le 2 mai d’un prêt relais de 600 millions d’euros pour lui permettre de continuer à voler

 

Popularité : Hulot, le Driant, Juppé et Lemaire en tête

Popularité : Hulot, le Driant, Juppé et Lemaire en tête

 

Nicolas Hulot devient la personnalité politique dont les Français espèrent qu’elle va jouer un rôle majeur pour l’avenir.  De fait, la dernière vague de mai de l’enquête BVA-La Tribune-Orange,  montre que la nomination de l’ex-présentateur télé suscite une réelle dynamique en sa faveur avec 58% des Français qui souhaitent qu’il joue un rôle important. Il se classe d’emblée en tête des personnalités testées par ce baromètre mensuel. Sa cote est notamment très élevée chez les sympathisants de gauche (71%) et chez les proches de « La République en marche » (82%). C’est nettement moins le cas à droite (41%). Autre surprise qui montre cet effet gouvernement, l’ancien ministre de la Défense de François Hollande, Jean-Yves Le Drian, devenu le ministre des Affaires étrangères d’Emmanuel Macron, arrive en seconde position avec une cote d’influence de 42%… contre 28% le mois dernier. En troisième position sur podium, figure l’inusable Alain Juppé (39%). Malgré ses déboires politiques, le maire de Bordeaux suscite toujours manifestement un grand respect auprès des Français. Belle percée de Bruno Le Maire, également entré au gouvernement au ministère de l’Economie, qui se place quatrième (35%).  Jean-Luc Mélenchon conserve son leadership à gauche, même s’il ne domine plus le classement, comme cela avait été le cas en avril avant le premier tour de la présidentielle. Sa cote d’influence auprès de l’ensemble des Français a en effet chuté en un mois de 44% à 32%. Pour autant, il conserve une réelle influence à gauche puisqu’il demeure la personnalité que les sympathisants de la gauche non socialiste souhaitent le plus avoir d’influence à l’avenir (82%). Pour autant, il continue d’être à la peine chez les sympathisants PS (32%) qui lui préfèrent, on l’a vu, Nicolas Hulot mais aussi Benoit Hamon et Bernard Cazeneuve (73% chacun).

Pétrole: quotas de production prolongés

Pétrole: quotas  de production prolongés

 L’Opep et des pays producteurs non-membres du cartel emmenés par la Russie ont décidé jeudi de prolonger de neuf mois jusqu’à fin mars 2018 l’accord de réduction de la production en vigueur depuis le début de l’année. Un accord jugé indispensable pour tenter de faire remonter les cours. Mais un accord qui jusque-là a produit peu d’effet sur les prix d’une part parce que la croissance mondiale est insuffisante pour peser de manière significative sur le volume de demande d’autre part parce que cet accord est peu respecté par certains pays producteurs en crise économique et qui ont absolument besoin des ressources financières du pétrole. C’est le cas par exemple du petit pays producteurs comme  la Côte d’Ivoire.  Le ministre saoudien de l’Energie, Khalid al Falih, a cependant déclaré qu’une telle prolongation de neuf mois, conjuguée à la participation d’un ou deux petits producteurs supplémentaires, devrait suffire à ramener les stocks mondiaux de pétrole à leur moyenne sur cinq ans, un indicateur essentiel pour l’OPEP. L’OPEP et des pays extérieurs au cartel, dont la Russie, se sont entendus pour réduire depuis le 1er janvier leur production globale de 1,8 million de barils par jour. L’ancien accord, censé expirer fin juin, n’a pas suffi à contracter les stocks ni à redresser durablement les cours du pétrole en raison notamment de la hausse de production de pays ne participant pas à cet effort, en particulier les Etats-Unis. L’Arabie saoudite et la Russie, soit les deux premiers producteurs de pétrole dans le monde, sont convenus de la nécessité de prolonger cet accord de neuf mois, jusqu’en mars 2018. Cette réduction reconduite de 1,8 million de barils par jour (bpj), représentant 2% environ de la production mondiale, avait été calculée par rapport aux extractions d’octobre 2016, soit 31 millions de bpj environ, et devait s’appliquer dans un premier temps durant le seul premier semestre de cette année. L’Opep a convenu de maintenir ses propres coupes à 1,2 million de bpj environ, a précisé le ministre du Pétrole koweïti Essam al-Marzouq. Ce qui implique que les producteurs hors Opep retrancheront à nouveau quelque 600.000 bpj à leur propre production. Entamée à la mi-2014, alors que le baril s’échangeait encore à plus de 100 dollars, la chute des cours – tombés à moins de 30 dollars dans le courant de l’année 2016 – a, au-delà des tensions sur les budgets, provoqué de violents remous sociaux dans des pays tels que le Venezuela et le Nigeria.

 

Exemplarité : rappel à l’ordre par le Premier ministre

Exemplarité : rappel à l’ordre par le Premier ministre

« L’exemplarité a un sens : si l’Etat doit être ferme et fort, ses serviteurs doivent être sobres et dignes ; il en va naturellement ainsi pour les membres du gouvernement », lit-on dans une  circulaire du Premier ministre. La méthode Philippe repose également sur la collégialité, qui implique qu’un ministre « cherche d’abord à s’entendre avec ses collègues avant de recourir à un arbitrage », potentiellement « source de dysfonctionnements », et sur l’efficacité. « Exemplarité, collégialité et efficacité permettront au gouvernement de mener à bien le programme ambitieux de réforme que le Président de la République a présenté à nos concitoyens », conclut le chef du gouvernement. Le nouveau président, qui a mené une partie de sa campagne sur le thème de la moralisation du monde politique, vit actuellement sa première épreuve avec les révélations sur Richard Ferrand, l’un de ses lieutenants nommés la semaine dernière au ministère de la Cohésion des territoires. Les Mutuelles de Bretagne, dirigées par Richard Ferrand jusqu’en 2012, ont loué à partir de 2011 des locaux commerciaux appartenant à sa compagne, rapporte le Canard enchaîné dans son édition de mercredi. L’hebdomadaire satirique a également révélé que l’ex-député socialiste avait embauché son fils pendant plusieurs mois, en 2014, comme collaborateur parlementaire. Ces pratiques, qui n’ont a priori rien d’illégal, ont déclenché un concert de réactions, certains, comme Marine Le Pen, allant jusqu’à demander la démission du ministre au nom de la cohérence avec les valeurs prônées par le gouvernement.

Sondage législatives : majorité absolue pour Macron

Sondage législatives : majorité absolue pour Macron 

Majorité absolue pour la République en marche (LREM), le parti d’Emmanuel Macron, pourrait obtenir entre 310 et 330 sièges à l’Assemblée nationale, soit la majorité absolue, aux élections législatives de juin, selon un sondage Opinionway-Orpi publié jeudi. Les Républicains (LR) et les centristes de l’UDI enverraient ensemble de 140 à 160 élus à l’Assemblée nationale, toujours selon cette étude réalisée pour Les Echos et Radio classique. Les autres principales formations représentées à la chambre basse seraient le Parti socialiste et de ses alliés (25 à 30 députés), la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon (25 à 30 également) et le Front national (dix à 15). Au premier tour, LREM est créditée de 28% des intentions de vote, LR et l’UDI de 20%, le FN de 19%, la France insoumise de 15% et le PS et ses alliés de 10%. LREM et la France insoumise gagnent un point chacune depuis un précédent sondage d’Opinionway publié le 18 mai, et le FN et le PS en perdent autant. LR et l’UDI sont stables. Le premier tour des législatives aura lieu le 11 juin, le second le 18 juin.

Cette enquête a été réalisée par internet, les 23 et 24 mai, auprès de 2.103 personnes inscrites sur les listes électorales, issues d’un échantillon plus large de 2.176 personnes représentatives de la population française âgée d’au moins 18 ans.

Actu, infos, économie, social, politique : articles les plus lus

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

Moral des cadres : en hausse grâce la défaite de Le Pen

Moral des cadres : en hausse grâce la défaite de Le Pen

L’indice synthétique du moral des cadres réalisé par Viavoice pour BFM Business, L’Express et HEC fait état d’un bond de 12 points en mai. À -9, cet indice qui avait atteint son plus bas en 2013 (-56) revient à un niveau inégalé depuis septembre 2007, c’est-à-dire peu après l’élection de Nicolas Sarkozy et quelques mois avant le début de la crise financière de 2008. Depuis la création de cet indice en 2004, il n’avait été supérieur à aujourd’hui que deux fois (mi 2006 et début 2007). Pourquoi une telle embellie? D’abord le contexte économique. « L’amélioration de l’activité économique dans les entreprises, perceptible depuis plusieurs mois et amenée à se concrétiser au cours de l’année, portant en creux la promesse d’une sortie de crise progressive après des années d’activité en berne », note l’étude. La perception des cadres de l’évolution du niveau de vie en France est redevenue très largement positive. Alors qu’en avril, seuls 19% pensaient que le niveau de vie allait s’améliorer d’ici un an (contre 36% l’inverse), ils sont 37% à croire en une amélioration (contre 23% en une dégradation). Idem pour le nombre de chômeurs dont désormais 31% pensent qu’il diminuera (30% qu’il augmentera). Une inversion des courbes jamais vue depuis plusieurs années. Mais c’est le contexte politique qui semble aussi avoir joué un rôle dans ce retournement spectaculaire. « La levée d’une incertitude majeure après la lourde défaite de Marine Le Pen, relève l’étude Viavoice. La candidate du Front national et son programme économique étaient en effet perçus comme porteurs de risques systémiques pour les entreprises françaises comme pour les investisseurs étrangers. Avec son score décevant, s’éloigne dans le même temps la possibilité d’une arrivée aux affaires de l’extrême-droite, à court ou à long terme ». . Les cadres sont ainsi 57% à penser que l’élection d’Emmanuel Macron peut créer un « choc de confiance » encourageant les investissements, l’emploi ou la consommation. Ils sont également 61% à penser que le profil du nouveau Président est « un atout pour l’activité économique et l’attractivité de la France ».

 

Moral ménages et entreprises : hausse en Allemagne

Moral  ménages et entreprises : hausse en Allemagne

Selon le baromètre de l’institut GfK publié mercredi, les consommateurs en Allemagne voient toujours leur économie sur la pente ascendante à la fin du printemps malgré les risques sur la croissance économique mondiale. Le baromètre GfK est ainsi attendu à 10,4 points en juin, contre 10,2 points en mai, qui a suivi deux mois de recul (10,0 points en mars et 9,8 points en avril), par crainte à l’époque d’un regain de vigueur d’inflation. « L’humeur des consommateurs en Allemagne retrouve clairement une tendance à la hausse », juge l’institut. D’une manière qui tranche avec la dernière analyse, le baromètre GfK souligne néanmoins les risques de « chocs extérieurs de politique économique, comme les tendances protectionnistes aux États-Unis » promptes à miner le moral des consommateurs. Des barrières douanières ou autres mesures de rétorsion, si elles étaient dictées par l’administration Trump, pénaliseraient les entreprises allemandes exportatrices, constituant une menace pour l’emploi.« La conséquence serait une plus grande retenue en termes de prévisions d’achats » qui finirait par « peser directement sur le climat de la consommation », prévient l’institut. En mai, la composante du baromètre sur les intentions d’achat a d’ailleurs chuté de 4,5 points, à 55,7 points, effaçant presque la progression du mois précédent. Cela contraste avec les hausses des deux autres composantes de l’indicateur, les attentes en matière de conjoncture économique, portées à 34,8 points (30,5 points en avril), et les perspectives d’évolution des revenus des consommateurs, à 58,5 points (57,5 points en avril). « L’excellente santé sur le marché du travail nourrit cet optimisme », a relevé le GfK. Le nombre des chômeurs a reculé en avril à près de 2,6 millions de personnes, ou 5,8% de la population active. Le moral des entrepreneurs en Allemagne a bondi en mai à un record historique, a indiqué mardi l’institut IFO, son indicateur de référence ayant atteint le niveau le plus élevé mesuré depuis 1991.

Inflation : l’euro n’est pas responsable (INSEE)

Inflation : l’euro n’est pas responsable (INSEE)

Contrairement à ce qu’affirme le Front National notamment mais aussi contrairement à la perception que les Français peuvent avoir du renchérissement de la vie, depuis le passage du franc à la monnaie unique dans les échanges quotidiens, l’inflation des 15 dernières années «n’a pas été atypique», souligne l’Insee ce mercredi. De 2002 à 2016, les prix à la consommation ont augmenté de 1,4 % en moyenne par an. C’est même moins que la moyenne annuelle au cours des 15 années précédences (+ 2,1 % entre 1986 et 2001). Rien à voir, même, avec les niveaux de l’inflation entre l’après-guerre et le milieu des années 80: sur cette période, la France a dû faire face à une inflation de «10,1% par an en moyenne», rappelle l’Insee. Depuis le passage à l’euro, seules les années 2003, 2004, 2008 et 2011 pointent au-dessus du seuil de 2%. Et le coupable n’est pas la monnaie unique, selon l’Insee. L’Institut liste «les variations des conditions climatiques (produits alimentaires frais, en 2003, 2004 et 2008), l’environnement géopolitique (produits pétroliers, 2008 et 2011) ou des décisions de santé publique (tabac)». A l’inverse, le niveau des prix a quasiment stagné en 2009, 2015 et 2016, en lien avec le «repli des cours internationaux de matières premières, notamment du pétrole». Toujours pas à cause de l’euro, donc. «Tous les Français ont constaté une explosion des prix au moment du passage à l’euro», assurait pourtant Marine Le Pen durant la campagne de l’entre-deux tours de l’élection présidentielle, pour promouvoir un retour à la monnaie nationale. C’est au niveau de la perception, et non de la réalité des prix, que cela s’est joué. En effet, à partir de 2002 et l’arrivée dans le porte-monnaie des Français, l’Insee constate un décrochage dans la perception de l’inflation. Outre le basculement vers de nouvelles grilles tarifaires psychologiques (les fameux 9,99 euros affichés au lieu de 10 euros) qui peut avoir nourri ce ressenti de renchérissement ponctuel, l’Insee considère que les consommateurs sont plus marqués par les hausses que les baisses, en général. Et que «l’indice des prix à la consommation se réfère à un panier de consommation moyen alors que les consommateurs retiennent probablement leur propre structure budgétaire». S’ils ont été marqués par la hausse ponctuelle du prix de la baguette, réelle, cette référence ne resterait pertinente que si elle était nuancée par la prise en compte de l’inflation. Or, entre son prix de 2001 (4,31 francs) et celui de 2016 (0,87 euros), l’inflation est passée par là. Le prix de ce bien a augmenté de 1,9% par an, un rythme «un peu plus rapide que l’inflation d’ensemble mais sans rupture par rapport à la décennie précédant le passage à l’euro», souligne l’Insee. Il en va de même pour d’autres produits comme le sucre ou le lait. Globalement, les prix de l’alimentation ont suivi le même rythme que l’ensemble des prix. SI le tabac et l’énergie ont grimpé plus vite, les produits de santé et les services de consommation, eux, ont vu leur prix reculer depuis 2002.

Fed: prudence sur les taux

Fed: prudence sur les taux

 

 

 

Pas sûr que le FED relève rapidement ses taux compte tenu des interrogations sur le dynamisme de la croissance économique. Les interrogations concernent le court terme qui a été affecté récemment par un ralentissement dont on ne sait pas s’il sera temporaire ou pas. En outre d’autres interrogations plus fondamentales celles-là concernent l’évolution de la politique économique du président et même son avenir personnel dans la mesure où pourrait s’engager un processus de destitution pour le cas où il serait confirmé que la campagne électorale présidentielle américaine a été hypothéquée par certains liens avec Poutine. En conséquence les responsables de la Réserve fédérale ont convenu que la banque centrale devait s’abstenir de relever les taux d’intérêt tant qu’il n’aura pas été clair que le ralentissement économique récent n’était que momentané, lit-on dans le compte rendu de la réunion de politique monétaire des 2 et 3 mai. L’opinion sur l’orientation à donner aux taux courts, partagée d’une manière générale par les neuf responsables qui disposent du droit de vote cette année, selon les minutes, soulève quelques doutes sur les anticipations de Wall Street, qui voit une hausse des taux à l’occasion de la réunion des 13 et 14 juin.  Le compte rendu témoigne à son tour d’un regain de prudence de l’institut d’émission pour ce qui est de poursuivre dans l’immédiat un cycle de durcissement monétaire amorcé en décembre 2015. « Les membres (du Fomc) ont globalement jugé qu’il serait prudent L’attendre de nouveaux éléments attestant que le récent ralentissement du rythme de l’activité économique n’était que momentané avant de prendre de nouvelles mesures de dénouement du biais accommodant », lit-on dans le document.  La croissance des Etats-Unis a nettement ralenti au premier trimestre et les 16 membres du Fomc dans leur ensemble ont débattu de long en large des raisons de ce phénomène et se sont demandé pourquoi leur mesure privilégiée de l’inflation donnait un taux qui avait encore rétrogradé par rapport à leur objectif de 2%.

Législatives : Baroin pédale dans la semoule

Législatives : Baroin pédale dans la semoule

 

Baroin continue son exercice d’équilibriste qui consiste à se préparer à la fois à combattre Macron et à travailler avec lui. Une sorte de synthèse à la mode Hollande pour tenter de satisfaire les progressistes proches de Juppé et les radicaux conservateurs proches de Wauquiez, des fillonistes et des  sarkozystes. Du coup le discours est relativement confus. On ne sait pas clairement si les Républicains se préparent à être dans l’opposition, dans la cohabitation ou dans l’union nationale.- En outre, François Baroin, qui ne manque pourtant pas de talent, insiste davantage sur ce qui le sépare de Macron que ce qui unit les républicains François Baroin a réclamé mercredi à Toulon davantage de clarté dans la campagne législative, énumérant les différences entre son camp et La République en marche (LREM) pour démobiliser une droite sonnée par l’entrée de plusieurs de ses membres dans le gouvernement et les sondages qui placent le parti présidentiel en position favorable. « J’ai glissé, comme beaucoup et sans état d’âme, un bulletin Macron car je ne veux pas du Front national pour notre pays », a déclaré le chef de file des Républicains lors d’une réunion publique de soutien aux candidats de son parti et de son allié centriste, à moins de trois semaines des élections législatives des 11 et 18 juin. « Mais nous ne sommes pas devenus des marcheurs, nous n’appartenons pas à cette formation politique qui vient à 80% de gauche », a-t-il ajouté. « Je veux que cette campagne législative soit la campagne de la clarté. ». François Baroin a de nouveau dénoncé l’ »unanimisme illusoire et éphémère » suscité selon lui par la victoire d’Emmanuel Macron à la présidentielle. « On veut nous faire courber l’échine, on ne veut plus que nous existions », a ajouté le maire de Troyes, réaffirmant sa volonté d’obtenir une majorité absolue à l’Assemblée nationale pour imposer une cohabitation à Emmanuel Macron. « Nous ne nous battons pas pour être dans l’opposition mais pour gouverner la France », a-t-il souligné.

Sondage Code du travail : 52 % pour une négociation avec les syndicats

Sondage Code du travail : 52 % pour une négociation avec les syndicats

 

 

Selon un sondage Viavoice pour Libération publié mercredi. près de 39% souhaitent que le président « agisse rapidement » mais 52% d’entre eux préfèrent qu’il « prenne le temps de négocier avec les partenaires sociaux. » Les Français sont majoritairement favorables à la composition du nouveau gouvernement. Près de 62% d’entre eux considèrent qu’il « représente mieux l’ensemble des Français que les précédents gouvernements », et 52% estiment qu’il est « équilibré entre ministres de gauche, de droite et du centre ».

L’enquête a été réalisée en ligne auprès d’un échantillon représentatif de 1.006 personnes interrogées en ligne du 19 au 22 mai.

Chômage : une baisse très relative

Chômage : une baisse très relative

 

Pour résumer en avril comme sur un an,  le chômage de ceux qui sont sans aucune activité a légèrement diminué mais globalement il a progressé si l’on intègre les petits boulots de quelques jours par mois. Notons par ailleurs que les statistiques de pôle emploi ne prennent en compte que les chômeurs officiels et ignorent  ce qu’on appelle « le halo » du chômage qui concerne environ 1,5 millions de personnes actives qui ne sont pas inscrites et qui ne recherchent pas véritablement d’emploi pour différentes raison. Certes on recommence à créer des emplois dans le secteur marchand avec un solde positif mais c’est bien évidemment insuffisant. En cause une croissance autour de 1,4 % quand il faudrait 2,5 % au moins pour commencer à apurer de manière significative le solde du chômage. -D’après pôle emploi, le chômage ce serait retourné à la baisse en avril en France métropolitaine, repassant sous le seuil des 3,5 millions d’inscrits à Pôle emploi en catégorie A qu’il avait franchi à la hausse le mois précédent, selon les données publiées mercredi par le ministère du Travail. Mais les effectifs cumulés des catégories A, B et C, qui représentent l’ensemble des inscrits tenus de rechercher un emploi, ont progressé et atteint un nouveau pic, à 5,535 millions. Selon ces chiffres des inscrits à Pôle emploi, les premiers publiés depuis l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République, le 7 mai, les effectifs de l’opérateur public de l’emploi en catégorie A ont augmenté de près de 550.000 personnes sur la durée du quinquennat de son prédécesseur, François Hollande. Le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A (sans aucune activité) a reculé de 1,0% le mois dernier pour s’établir à 3.471.800, soit 36.300 de moins qu’à fin mars. Cette évolution n’efface qu’en partie la progression de mars, qui avait représenté la plus forte hausse mensuelle depuis septembre 2013, avec 43.700 inscrits supplémentaires.  Sur un an, le nombre de demandeurs de catégorie A recule de 1,3% mais le total des inscrits dans les catégories A, B et C augmente de 2,3%. Les effectifs de la catégorie D – notamment soutenus par plan de 500.000 formations supplémentaires pour les demandeurs d’emploi annoncé par l’ex-président de la République début 2016 et qui a depuis été prolongé jusqu’à mi-2017 – ont diminué de 2,6% le mois dernier et bondissent de 8,7% sur un an.

Un état d’urgence qui va durer 10 ans au moins

Un   état d’urgence qui va durer 10 ans au moins

 

Nouveau débat un peu surréaliste quant à la nécessité ou non de prolonger l’état d’urgence. Le président de la république propose que la mesure soit encore prolongée jusqu’en novembre et des voix s’élèvent pour protester contre cette mesure considérée comme liberticide. Un nouveau débat de sophistes évidemment car le danger terroriste va continuer d’exister pendant 10 ou 15 ans voire davantage. Certes d’ici quelques temps l’État islamique va disparaître mais le risque sera encore beaucoup plus considérable avec le redéploiement des anciens combattants de Daech et leur capacité à recruter et à mobiliser. Malheureusement les attentats vont continuer voire même s’accroître dans les prochaines années et cela dans toutes les régions du monde. Dès lors il convient bien évidemment de prendre des moyens adaptés pour éviter contre cette nouvelle forme de guerre inédite dont l’objet est de répandre la peur, la mort et de détruire la civilisation occidentale. Faut-il rappeler que la France est sous le régime de l’état d’urgence depuis le 14 novembre 2015, lendemain des attentats commis à Saint-Denis et à Paris, où la salle de spectacles du Bataclan avait été visée. Les attaques avaient fait 130 morts et plus de 400 blessés. L’état d’urgence, qui autorise notamment les perquisitions administratives et les assignations à résidence, a depuis été prolongé à cinq reprises. La prolongation de l’état d’urgence est loin de faire l’unanimité en France. Ses détracteurs jugent cette mesure au mieux inefficace, au pire comme une atteinte aux droits fondamentaux. D’une certaine manière la tendance générale à gauche comme à droite concernant l’état d’urgence consiste à approuver l’orientation mais en l’assortissant de réserves telles que cela revient à en critiquer le principe même. Difficile de s’y retrouver dans l’auberge espagnole des réflexions « philosophiques » des principaux leaders. À droite on trouve ceux qui approuvent  mais qui pensent qu’il faut compléter la mesure, d’autres qui estiment que n’est pas ce nécessaire À gauche bien sûr il y a les bobos et les indignés permanents gardien du temple des dogmes, aussi toute cette vieille gauche, anciens marxistes. Bref on approuve sans approuver ou on condamne sans vraiment condamner. La démonstration évidente de l’énorme décalage qui peut exister entre des élites embourgeoisées d’autant plus fermes  sur le terrain des valeurs qu’ils sont éloignés des réalités sociales et sociétales. Pour résumer le clergé politique est pour la préservation de la théologie de l’immobilisme contre l’envie de mouvement régalien exprimé par l’opinion publique. À tout cela s’ajoute les discussions byzantines des juristes sophistes qui ne cessent de relire la Bible juridique républicaine. Certes on pourra légitimement objecter que Macron  veut en même temps réaliser un coup politique en mettant la droite en porte-à-faux. De la même manière on peut argumenter sur le fait que cette mesure sera bien insuffisante pour lutter à elle seule contre le terrorisme. Reste que l’opinion publique est favorable à ce symbole qui correspond à une nette revalorisation du rôle régalien de l’État. Un symbole qui nécessairement devra inspirer une politique beaucoup plus opérationnelle et plus volontariste pour affronter  le terrorisme : Une politique  couvrant le domaine du renseignement, de la sécurité, du pénal et de la défense nationale mais prenant aussi en compte les facteurs explicatifs sociaux et sociétaux qui nourrissent le terreau sur lequel pousse le radicalisme.

12345...15



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol