Archive mensuelle de mai 2017

Page 13 sur 15

Macron défend son projet de réforme du face aux gauchistes de la CGT

Macron défend son projet de réforme du face aux gauchistes de la CGT

 

Lors de son dernier meeting à Albi, Macron a dû affronter l’écrit de quelques dizaines de militants de la CGT qui réclament  toujours l’abrogation de la loi. Cette réforme est évidemment au cœur de la logique de transformation économique et sociale du pays et contrairement à ce que demande Mélenchon Macron ne peut se renier sur cette question. L’enjeu est en effet économique, social mais aussi sociétal. Les gauchistes de la CGT largement inspirée par l’idéologie trotskiste militent évidemment pour une société centralisée où l’État joue un rôle moteur voire unique. Une vision évidemment néandertalienne  du monde. À l’inverse Macron, avec les syndicats réformistes notamment la CFDT, veut déverrouiller le carcan étatiste en donnant la possibilité aux entreprises de décider de l’organisation du travail cela en fonction des réalités géographiques, des réalités des filières et des évolutions conjoncturelles. Deux visions complètement opposées sur le plan sociétal. Dommage qu’une grande organisation comme la CGT se laisse de plus en plus noyautée par les dépositaires d’une idéologie désuète vieille de plus de 100 ans. Pas étonnant si la CFDT et les autres syndicats réformistes ne cessent de progresser au point que la CFDT est devenue  première organisation syndicale dans le privé L’ancien ministre de l’Economie, qui devait tenir un meeting dans la soirée à Albi, ville où il est arrivé en tête au premier tour de la présidentielle, le 23 avril, devant le candidat de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a répondu qu’il avait « toujours tenu (ses) engagements ». Le candidat d’En marche ! a été accueilli par des syndicalistes, notamment de la CGT, au cri d’ »abrogation de la loi travail ». « La réforme que je veux pour le marché du travail consiste à donner plus de place à l’accord majoritaire d’entreprise et l’accord majoritaire de branche », leur a-t-il répondu. « Je ne vais pas l’arrêter. On a 10% de chômage, 80% des contrats signés par les jeunes sont des CDD (…) Ça ne marche pas. » « Je ne suis pas pour que ce soit du grand n’importe quoi et de la sauvagerie. Je ne suis pas pour renvoyer au contrat de travail, mais au dialogue social, qui construit les choses au plus près du terrain », a-t-il assuré. Il entend lancer son projet de réforme du marché de travail dès le début de son quinquennat, s’il est élu.

Obama pour Macron

Obama pour Macron

 

Obama s’étaient déjà entretenu avec Emmanuel Macron,  ce qui constituait déjà une sorte de soutien tacite. Cette fois il a décidé de se positionner encore plus nettement en lui apportant un appui explicite. Le soutien de Obama, président des États-Unis qui incarnait plutôt une vision progressiste de la société constitue un atout pour le candidat d’en  Marche dans la mesure où cela confirme la dimension internationale de Macron. Un atout toutefois à double tranchant car les xénophobes, les aigris et les réactionnaires trouveront là de nouveaux éléments pour critiquer la posture réformiste de Macron. Alors que Macron a reçu de nombreux messages de sympathie de nombre de chefs d’État étranger, Marine Le Pen, elle, est en quelque sorte en panne de relation internationale, Poutine excepté. Pas de quoi donner une légitimité à la dimension internationale de la candidate du Front national. Même Donald Trump que  Le Pen ne cesse d’encenser n’a pas voulu s’engager clairement vis-à-vis de Marine Le Pen, il n’a même pas daigné la recevoir lorsqu’elle a sollicité un entretien. - L’ancien président américain Barack Obama, lui,  apporte son soutien sans réserve à Emmanuel Macron dans une vidéo diffusée jeudi par le candidat à l’élection présidentielle française. « En raison de l’importance de cette élection, je veux que vous sachiez que je soutiens Emmanuel Macron », déclare-t-il, concluant son message par : « En marche. Vive la France », une allusion à En Marche !, le mouvement du favori du second tour organisé dimanche. « L’élection française est d’une importance capitale pour l’avenir de la France et les valeurs que nous chérissons », souligne l’ancien président démocrate.

Le Pen : porte-parole de la colère ou de la bêtise ?

Le Pen : porte-parole de la colère ou de la bêtise ?

 

Pour tenter sans doute de masquer son échec lors du débat avec Macron  (seuls 20% des Français estiment qu’elle a réussi sa prestation),    Marine Le Pen a expliqué jeudi qu’elle voulait incarner la colère du peuple. « La colère de (la) majorité silencieuse » face à des « puissants » aux « oreilles délicates » lors de son dernier meeting de campagne, organisé dans un village de Picardie, avant le second tour de l’élection présidentielle. La question est de savoir s’il s’agit de la colère ou de la bêtise.  En effet,  Marine Le Pen a donné l’image d’une ignorance crasse qui sans doute correspond à la sociologie des plus paumés. Paumés parce que souvent  victimes des restructurations en cours dans l’économie et la société et qu’ils n’entrevoient pas d’alternative possible en raison notamment de leur manque de qualification et de mobilité. Aussi en raison de leur manque de formation initiale. Et de ce point de vue l’Etat porte uen grave responsabilité pour n’avoir pas su organiser uen requalification massive de ces exclus ; (d’autant que les 33 milliards annuels de la formation permanente sont détournés de leur objet pour une grande partie). Mais dans les soutiens de Le Pen aussi nombre d’aigris et de réactionnaires, pas forcément sous diplômés en décalage avec l’évolution culturelle. Du coup, Marine Le Pen en s’appuyant sur cette ignorance, sur les peurs voir sur les haines donne une légitimité à la brutalité et à la nullité de ces propos. « J’ai été à la table de ce débat la voix du peuple, l’expression de la colère de cette majorité silencieuse, qui n’en peut plus de l’abandon auquel on la confine », a ajouté Marine Le Pen. « Ma parole a été l’écho de la violence sociale qui va exploser dans ce pays. » « C’est vrai, le débat d’hier ne ressemblait pas aux autres (…). Mais les autres, c’étaient des discours convenus entre des gens qui pensaient exactement la même chose », a encore déclaré la candidate frontiste. « Je suis très fière (…) d’avoir imposé le peuple à la table des puissants et tant pis si leurs oreilles délicates ont été heurtées d’entendre votre colère », a-t-elle raillé. Malheureusement pour Marine Le Pen, selon un sondage Ifop-Fiducial pour Sud Radio et Paris Match, seules 20% des personnes interrogées estiment que la conseillère régionale des Hauts-de-France a réalisé la meilleure prestation du débat – contre 47% pour Emmanuel Macron. Tous les instituts la placent en seconde position dans les intentions de vote, avec environ 20 points de retard, avant le scrutin de dimanche.

Sondage 2017 second tour : Macron 61%

Sondage 2017 second tour : Macron 61%

 

Sondage OpinionWay / Orpi pour Les Echos et Radio Classique du 4 mai

Les intentions de vote – Second tour

 
Emmanuel Macron – 61%
Marine Le Pen – 39%
TOTAL – 100%

La qualité de la campagne
Bonne qualité – 27%
Mauvaise qualité – 72%
NSP – 1%
TOTAL – 100%

Le pronostic et le souhait de victoire
Emmanuel Macron – 77% / 56%
Marine Le Pen – 20% / 34%
NSP – 3% / 10%
TOTAL – 100% / 100%

L’intérêt pour la campagne
Intéressé – 69%
Pas intéressé – 31%
TOTAL – 100%

Actu, infos, économie, social, politique : articles les plus lus

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

Macron serait élu avec 60% (+0,5) contre Le Pen, selon l’enquête Ifop-Fiducial


Macron serait élu avec 60% (+0,5) contre Le Pen, selon l’enquête Ifop-Fiducial

selon l’enquête quotidienne Ifop-Fiducial pour Paris Match, CNEWS et Sud Radio publiée mercredi, Emmanuel Macron serait élu président de la République avec 60% des voix dimanche face à Marine Le Pen (40%), selon l’enquête quotidienne Ifop-Fiducial pour Paris Match, CNEWS et Sud Radio publiée mercredi. Le candidat d’En Marche ! gagne 0,5 point et celle du Front national recule de 0,5 point. Parmi les électeurs de Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise) au premier tour, 52% (+2) disent qu’ils voteront pour Emmanuel Macron et 11% (-2) disent qu’ils voteront pour Marine Le Pen. Parmi les électeurs de François Fillon (Les Républicains), 48% (+4) disent qu’ils voteront pour Emmanuel Macron et 28% (-2) pour Marine Le Pen. L’enquête a été réalisée en ligne du 30 avril au 3 mai auprès d’un échantillon de 1.405 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 1.500 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Retraites : Le Pen prise en délit d’irresponsabilité

Retraites : Le Pen prise  en délit d’irresponsabilité

 

 

Le Pen prise en délit de mensonge et d’irresponsabilité sur les retraites. Elle a affirmé sa volonté de retour de la de la retraite à 60 ans pour ceux qui ont cotisé pendant 40 ans. Une proposition qui devait intervenir dès son élection et renvoyée  vers la fin de son mandat si elle est élue ;  une proposition les chiffres à 17 milliards qui s’ajoutent évidemment au déficit déjà accumulé. Trop coûteux, a répliqué Emmanuel Macron au sujet de l’abaissement de l’âge de départ à la retraite. « Ça coute 30 milliards, c’est infinançable. C’est ce qui avait été fait au début des années 1980 par François Mitterrand, à une époque ou l’espérance de vie était de 10 ans inférieur à celle d’aujourd’hui », a-t-il justifié. « Il n’y a pas de finances magiques », a insisté l’ex-ministre de l’Economie, pour qui la réforme prônée par Marine Le Pen entraînerait « ou l’augmentation des cotisations ou la baisse des pensions ». Marine Le Pen fait du Mitterrand et promet la retraite à 60 ans sans tenir compte évidemment des conditions de financement de cette promesse et sans tenir compte de l’évolution démographique. La sécu traîne déjà une dette accumulée de plus de 160 milliards par an, les régimes de retraite dégagent un déficit annuel de 10 milliards. Du coup rajouter  17 milliards paraît possible au Front national qui entretient un rapport approximatif avec les chiffres. Pourquoi pas aussi la retraite à 40 ans ! La candidate FN à l’Élysée a indiqué mardi qu’elle entendait ramener la retraite à 60 ans avec 40 annuités de cotisation  à la fin du quinquennat  Jusqu’à présent, Marine Le Pen ne fixait pas de condition ou de délai à cette promesse de campagne.    D’après la dernière prévision du comité d’orientation des retraites, le rapport de dépendance démographique c’est-à-dire la proportion des personnes de plus de 60 ans par rapport à celles en âge de travailler (20 à 59 ans), s’avère plus fort qu’il ne l’était lors des précédentes estimations, publiées en 2010. De 0,43 il passe à 0,62 en 2040 puis à 0,74 en 2060. C’est ce dernier chiffre qui a changé, puisqu’en 2010, on ne tablait encore que sur une statistique de 0,70. Autrement dit, en renversant le chiffre, dans 43 ans, il n’y aura plus que 1,35 personne âgée de 20 à 59 ans pour un senior, contre 2,32 aujourd’hui, et 1,43 prévu auparavant. Le nombre de personnes âgées a ainsi été révisée à la hausse de 3% d’ici à 2060 quand celui de la population en âge de travailler a lui été diminué de 3%. Deux explications à cela. La premières est que l’espérance de vie a été rehaussée. Une personne née en 1990 aurait ainsi une espérance de vie de plus de 32 ans passée 60 ans, alors que ce chiffre était de 31 ans dans la précédente prévision. Par ailleurs, le solde migratoire a été revu à la baisse à +70.000 par an, contre +100.000 auparavant. La conséquence est que le financement du système de retraite va être plus lourd. Les Échos font ainsi état de nouveaux besoins à hauteur de 10 milliards d’euros d’ici à 2040 et 15 milliards à l’horizon 2060. La faillite est donc proche Ce que pense d’ailleurs l’opinion  d’après Selon l‘enquête  IFOP 2016 réalisée pour le Cercle de l’Epargne,   70% de nos concitoyens croient que notre régime obligatoire de retraite de base et de retraite complémentaire sera en faillite d’ici 10 ans. Une estimation qui paraît pertinente puisque chaque année le déficit de l’ensemble des systèmes de retraite et de l’ordre  de 10 milliards. D’après le comité d’orientation des retraites (COR) l’équilibre devrait cependant être retrouvé d’ici 2030. Malheureusement le COR prévoyait encore récemment que cet équilibre serait atteint en 2020. Alors 2020,2030 2050, en fait  personne n’en sait rien car tout dépendra du rapport entre actifs et retraités, de la croissance donc aussi du chômage.  L’année dernière, le rapport du COR rappelait que selon les dernières données disponibles (), le déficit annuel de l’ensemble des régimes de retraite représentait 0,5% du PIB français, soit environ 10 milliards d’euros. « En 2012, les ressources de l’ensemble des régimes de retraite français légalement obligatoires (y compris le Fonds de solidarité vieillesse) représentaient 13,4 % du produit intérieur brut (PIB), et les dépenses 13,9 % du PIB ». Le COR poursuivait : « La hausse des dépenses […] correspond quasi intégralement à l’augmentation de la masse des prestations de droit direct, en lien avec l’augmentation régulière du nombre de retraités – portée notamment par l’arrivée aux âges de la retraite des générations du baby-boom au cours de la décennie – et avec l’augmentation de la pension moyenne des retraités – sous « l’effet de noria » traduisant l’amélioration régulière des carrières au fil des générations ». Parmi les différents scénarios envisagés, le COR entrevoit dans son dernier rapport un scénario central, dans lequel les régimes de retraites n’épongeraient pas leur déficit global avant 2030, révèle Le Figaro. Dans ce scénario, après 2030, les projections financières aboutissent à une hausse très progressive de l’excédent des régimes de retraites jusqu’à atteindre environ +0,4% du PIB en 2060 (selon Les Echos). Le scénario le plus optimiste, quant à lui, représente une situation où le chômage diminuerait drastiquement, et se stabiliserait à un niveau faible. Grâce à davantage de cotisations, le déficit actuel des régimes de retraites parviendrait à disparaître dès 2025, avant de laisser place à une augmentation progressive de l’excédent annuel des régimes de retraites jusqu’à +1,8% du PIB français en 2060 selon Les Echos. Pour Le Figaro, les prévisions du rapport 2015 du COR « confirme, surtout, que la réforme Touraine des retraites, baptisée « loi garantissant l’avenir et la justice du système de retraites », ne suffit pas ». Une situation effectivement catastrophique

Débat présidentiel Macron Le Pen- : l’élite et la marchande de poissons

Débat présidentiel  Macron  Le Pen- : l’élite et la marchande  de poissons

 

 

Il ne fallait pas s’attendre grand chose du débat entre Emmanuel macro et Marine Le Pen. Un débat suppose en effet une capacité des interlocuteurs à évoluer. Le profil de Marine Le Pen ne peut permettre une confrontation constructive. D’une certaine manière, on a assisté  au  débat de l’élite contre la marchande de poissons. Marine Le Pen ne connaît strictement rien des réalités socio-économiques et s’appuie sur une rhétorique du mensonge permanent. Elle affirme tout et le contraire. Par exemple sur la question centrale de l’euro. Elle propose une monnaie pour acheter une baguette de pain (Philippot vice président du FN dixit) et une monnaie pour le business. Une monnaie pour les achats courants et une autre pour ceux qui le sont moins. Le franc pour acheter une baguette de pain et l’euro pour acheter de la pâtisserie ? Tout oppose Macron et Le Pen. Macro intellectualise en permanence, il théorise à partir de sa connaissance du fonctionnement de l’économie. Marine Le Pen,  elle, débite des contrevérités,  des énormités avec la sincérité de la marchande de poissons qui veut faire croire que sa marchandise est fraîche. La marchandise de Le Pen est ancienne, elle prend ses sources dans les années 30 quand le souverainisme dans plusieurs pays, transformé en nationalisme,  a  créé les conditions de la guerre mondiale la plus cruelle  de l’histoire. Il n’y a pas de match entre Macron et Le Pen parce qu’ils ne jouent pas dans la même catégorie. Macron, l’élite, la connaissance des réalités économiques. Le Pen, c’est ignorance vulgaire, l’agression grossière, la haine comme moteur. En 2002, Jacques Chirac avait refusé de débattre entre les deux tours avec son adversaire surprise, le fondateur du parti d’extrême droite et père de Marine Le Pen, Jean-Marie Le Pen. Mais il avait bénéficié à l’époque d’un front républicain qui lui avait permis d’être réélu avec plus de 80% des voix et qui, cette fois, a volé en éclats. Macron a donc accepté le match de boxe, un débat indigne de l’enjeu où Le Pen a utilisés sa rhétorique d’invectives et de mensonges mais où elle est sortie cependant KO debout démontée et visiblement surprise par la pugnacité et la compétence de Macron. Lequel n’avait quand même pas un grand mérite compte tenu de l’impréparation d’uen Marine Le Pen qui se croyait sans doute au marché à poissons. A tel point que Macron a pu parfois agacer en jouant le rôle de professeure face à une  élève paresseuse et provocatrice.

Sondage législatives : 249 à 286 députés pour Macron

Sondage législatives : 249 à 286 députés pour Macron

 

Le mouvement d’Emmanuel Macron, En Marche !, obtiendrait de 249 à 286 députés aux élections législatives de juin en France métropolitaine, selon une enquête Opinionway-SLPV Analytics pour les Echos publiée mercredi. Selon cette étude portant sur 535 des 577 sièges de l’Assemblée nationale, le Front national, dont la candidate à l’élection présidentielle, Marine Le Pen, affrontera dimanche l’ex-ministre de l’Economie, n’aurait que 15 à 25 députés. Le parti d’extrême droite ferait encore moins bien que le Parti socialiste, pourtant laminé, avec 28 à 43 sièges. En revanche, le parti Les Républicains et ses alliés centristes de l’UDI sont crédités de 200 à 210 députés. Quant au Front de gauche, qui réunit le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France insoumise arrivé quatrième au premier tour de la présidentielle, et le Parti communiste, il n’obtiendrait que six à huit sièges. « Cela montre qu’il n’est pas impossible qu’En Marche ! atteigne la majorité absolue dans l’hypothèse haute, avec les Français de l’étranger et l’Outre-mer », estime le directeur général adjoint Bruno Jeanbart. « Dans l’hypothèse basse, EM serait le groupe principal, ce qui est suffisant pour essayer de constituer une majorité. La question c’est de savoir comment et avec qui », ajoute-t-il. Emmanuel Macron, favori des sondages, a créé En Marche ! Il y a à peine plus d’an, le 6 avril, avec l’intention de casser le classique clivage droite-gauche et l’alternance entre les deux principaux partis de gouvernement qui se partagent le pouvoir depuis des décennies. La majorité absolue à l’Assemblée est de 289 députés. Cette enquête s’appuie sur des sondages d’intention de vote au premier tour des législatives par force politique, avec pour hypothèse que chaque grand courant représenté à la présidentielle présentera des candidats. Est également prise en compte la structure de l’électorat à partir des résultats des élections de 2012, des régionales de 2015 et du premier tour de la présidentielle de 2017, avec un bonus aux sortants qui se représentent. Cette étude confirme jusqu’à un certain point la recomposition du paysage politique français, au détriment essentiellement de la gauche socialiste et radicale. Il y aurait ainsi au second tour 90 à 116 duels EM-FN, 180 duels EM-droite, 46 duels EM-gauche, 154 duels droite/FN, 32 triangulaires FN-droite-EM et six à 32 duels gauche-FN Si cette étude dit vrai, le PS serait ainsi encore plus affaibli que lors des législatives de 1993, lors desquelles ils n’avaient obtenu que 57 sièges.

 

Débat présidentiel : Le Pen, la bêtise incarnée

Débat présidentiel : Le Pen, la bêtise incarnée

 

Le moins que l’on puisse dire c’est que Marine Le Pen a fait montre d’une bêtise crasse l’heure du débat avec Macron. Elle a affiché l’incohérence de son programme mais aussi sa nullité. De toute évidence Marine Le Pen  n’a pas la culture de son père ou de sa nièce. D’une certaine manière, c’est une primaire dont les propos de évidemment séduire les plus paumés et les plus ignorants. Sa rhétorique est celle d’une marchande de poisson.  Première à s’exprimer, la candidate du Front national, donnée perdante dans les sondages, a attaqué avec virulence le chef de file d’En Marche!, qu’elle a présenté comme le « candidat la mondialisation sauvage ». Elle a maintenu ce registre offensif, entravant systématiquement les tentatives d’explication et de réplique d’Emmanuel Macron, sur les dossiers économiques et sociaux notamment, pour lesquels l’ancien ministre de l’Economie de François Hollande a voulu montrer son expertise face aux approximations et slogans de l’ex-présidente du FN. « Je prends les Françaises et les Français pour des adultes, je ne leur mens pas », a-t-il lancé dans le cours des échanges, s’efforçant d’opposer son calme au ton offensif de Marine Le Pen dans une confrontation trop souvent « en roue libre ». « M. Macron est le candidat de la mondialisation sauvage, de l’ubérisation, de la précarité, de la brutalité sociale, de la guerre de tous contre tous, du saccage économique », a attaqué l’ex-présidente du FN en préambule.  Emmanuel Macron n’a eu de cesse de dénoncer la « logorrhée » de Marine Le Pen, « l’héritière », dont il a relevé à plusieurs reprises les « bêtises », particulièrement sur les dossiers sociaux et économiques (SFR et Alstom), estimant qu’elle ne présentait aucune stratégie contre le chômage et pour la compétitivité. « Ça marche pas comme ça dans la vraie vie », lui a-t-il rétorqué lors d’un échange sur leurs programmes économiques et sociaux respectifs. « Vous faites une liste à la Prévert que vous ne financez pas. Sur les 6 ou 9 milliards d’euros d’économies faites par la sortie de l’Union européenne, il faudra d’abord payer tout ce qu’on doit à l’UE. Il s’agit d’entre 60 et 80 milliards d’euros pour la Grande-Bretagne en ce moment. Vous faites des cadeaux de baisse d’impôts que vous ne financez pas », a-t-il insisté à propos de la volonté du FN de s’affranchir de l’UE. Sur la réforme des retraites – Marine Le Pen entend ramener l’âge de départ légal à 60 ans -, Emmanuel Macron a mis en garde les électeurs contre la fiction de la « finance magique ». « Ça coûte 30 milliards, c’est infinançable », a-t-il lancé. Ainsi le candidat d’En Marche!, souvent interrompu par les invectives de Marine Le Pen, a-t-il tenté de démonter le programme du FN et de démontrer son irréalisme. « Je suis la candidate du pouvoir d’achat, M. Macron, vous êtes le candidat du pouvoir d’acheter, la France », a répliqué Marine Le Pen. « Vous avez démontré que vous n’êtes pas la candidate de l’esprit de finesse », lui avait lancé Emmanuel Macron au début du débat.

Macron dénonce la paresse et le danger du FN

Macron dénonce la paresse et le danger du FN

 

 

Au cours du débat Marine Le Pen a été l’auteur d’une trentaine d’approximations, d’erreurs et de contrevérités. Notamment dans le domaine économique et social en dépit des nombreuses fiches qu’elle possédait, elle s’est complètement empêtrée dans ses contradictions. Du pain béni évidemment pour Macron qui a dénoncé l’impréparation de la candidate, sa paresse et le danger des propositions farfelues du Front national. Les fiches techniques avaient sans doute été préparées par l’entourage de Marine Le Pen, des fiches aux informations erronées et constituées surtout de fausses citations ou de citations tronquées de Macron. Bref des fiches et des propos qui confirmaient la grande paresse intellectuelle du Front national dont le fond de commerce est essentiellement constitué par son aversion de tout ce qui est étranger. Bref on se serait cru davantage dans un bistrot que dans un débat télévisé mettant en jeu l’élection d’un président de la publique. Macron a eu beau jeu de dénoncer cette impréparation et ce je-m’en-foutisme du Front national. Le sommet de la nullité de Marine Le Pen est en particulier apparu lors  du débat sur le thème économique et notamment sur la sortie de l’euro.  Emmanuel Macron a fustigé mercredi le « bidouillage » de Marine Le Pen sur l’euro, qui révèle selon lui l’ »impréparation crasse » de la candidate du Front national à l’élection présidentielle. A quatre jours du second tour, Marine Le Pen a répété lors du débat télévisé d’entre-deux-tours qu’elle voulait revenir au franc et expliqué qu’existerait en parallèle un euro « panier de monnaies » qui serait utilisé comme l’a été selon elle l’ECU. « C’est n’importe quoi Mme Le Pen, ça n’a jamais existé », a répliqué Emmanuel Macron. « Votre bidouillage (…) n’a aucun sens, d’ailleurs il manifeste une impréparation crasse », a-t-il ajouté. Accusé par son adversaire de vouloir faire peur aux Français sur la sortie de l’euro, Emmanuel Macron lui a répondu : « la grande peur, qui la manipule depuis le début ? C’est vous. » Sortir de l’euro, « c’est un projet mortifère et c’est un projet dangereux », a poursuivi Emmanuel Macron. « Ce que vous proposez, c’est la guerre des monnaies ».

Débat présidentiel : un match de boxe, Le Pen KO debout

Débat présidentiel : un match de boxe, Le Pen KO debout

 

D’entrée, Marine Le Pen a transformé le débat télévisé en match de boxe, une erreur stratégique. Il ne fallait sans doute pas s’attendre à autre chose compte tenu de la faiblesse intellectuelle de l’intéressée et de l’incohérence de ses positions. Marine Le Pen a donné le plus de coups lors de cette confrontation mais  Macron a su esquiver et chaque fois répliquer de sorte que vers la fin du combat Marine Le Pen paraissait KO debout.  Macron a eu du mal à entrer dans un match d’une violence verbale inédite et progressivement à réussi à dominer son adversaire sur le plan technique. Le Pen a montré une boxe assez fruste consistant essentiellement à donner le maximum de coups mais dans le vent de l’invective et de la calomnie. Du coup, comme les boxeurs sérieusement touchés Le Pen a voulu donner le change avec des ricanements malvenus qui témoignaient de son désarroi face à un adversaire qui n’était pas manchot pour cogner mais en ajustant. Pas à la hauteur cette confrontation finale de l’élection présidentielle. En cause,  la personnalité de Marine Le Pen non seulement mal préparée et qui se perdait dans des fiches approximatives.  Ses propos de marchands de poisson peuvent séduire sur les marchés ou dans des meetings de convaincus par avance à juste titre mais pas une majorité d’électeurs. Marine Le Pen  a été corrigée  presque en permanence à propos des inepties versées concernant à peu près tous les sujets et en particulier sur l’économie. Si les journalistes qui animaient le débat avaient réellement joué leur rôle de Marine Le Pen, ils auraient déclaré le KO technique après l’échange en matière économique. La nullité de Marine Le Pen a été atteinte dans ce domaine quand elle s’est complètement empêtrée sur le retour du franc, la sortie de l’euro affirmant même que l’écu avait utilisé par les entreprises. Sans doute s’agissait-il de l’écu médiéval créé à partir de 1263  mais pas de l’écu de 1979 qui était seulement un panier de monnaie et non une monnaie fiduciaire.

 

 

Air France-KLM: encore en perte sur le chemin d’Alitalia ?

Air France-KLM: encore en perte sur le chemin d’Alitalia ?

 

Nouveau déficit pour Air-France qui faute de modernisation que refusent  les syndicats pourrait bien un jour suivre la voie d’Alitalia au bord de la liquidation. Et pour les mêmes motifs : le corporatisme aveugle.  Air France-KLM a en effet creusé sa perte nette au premier trimestre, en raison d’effets de change négatifs, mais a mis en avant la réduction de ses coûts et l’amélioration de son trafic qui démontrent selon le groupe sa « résilience». Le groupe aérien franco-néerlandais a essuyé une perte nette de 216 millions d’euros au premier trimestre, contre 155 millions un an plus tôt, a-t-il précisé dans un communiqué, tandis que l’excédent brut d’exploitation est ressorti stable, à 269 millions d’euros. Alitalia qui comme Air France a rarement dégagé des profits et surtout accumulé des dettes du fait du corporatisme des personnels.   Corporatisme qui caractérise le personnel d’Alitalia et qui risque d’aboutir à une restructuration sévère voir à une liquidation. Un exemple qui devrait faire réfléchir les salariés d’Air France et surtout leurs syndicats qui ne cessent de s’opposer à la modernisation de leur compagnie. Comme Air France, Alitalia est rarement parvenu à dégager des bénéfices ou alors de manière insignifiante. Cela en dépit des recapitalisations et des ventes d’actifs. Certes la situation d’Air France est moins préoccupante pour l’instant mais l’immobilisme des syndicats corporatistes pourrait bien conduire un jour cette entreprise sur le chemin de la compagnie italienne. Cette compagnie  se prépare à être placée sous un régime d’administration judiciaire après le rejet de son tout dernier plan de sauvetage par ses salariés, ce qui prive la compagnie aérienne italienne de toute nouvelle aide financière indispensable à la poursuite de son activité. Malgré un accord provisoire prévoyant des réductions de postes et de salaires conclu avec les syndicats le 14 avril, Alitalia n’est pas parvenue lundi à obtenir l’aval indispensable du personnel à l’octroi d’une aide d’environ deux milliards d’euros. Alitalia a été renflouée par l’Etat et des investisseurs privés à plusieurs reprises et pendant des années. Le ministre italien de l’Industrie Carlo Calenda a exclu mardi une renationalisation de la compagnie aérienne et a jugé qu’une nouvelle injection de deniers publics était une « option non viable » mais certains salariés espèrent toujours que le gouvernement ne laissera pas tomber une telle entreprise. Détenue à 49% par Etihad Airways, Alitalia n’est parvenue à dégager un bénéfice annuel qu’à de rares occasions durant ses 70 ans d’existence. Le transporteur, qui emploie quelque 12.500 personnes, perd au moins 500.000 euros par jour. La restructuration devra être faite avec célérité, soit qu’Alitalia reste une entité autonome soit qu’elle soit vendue en tout ou partie. Sinon, une procédure de liquidation sera enclenchée.

Débat présidentiel: Macron vainqueur pour 63%, Le Pen à 34%

Débat présidentiel: Macron vainqueur pour 63%, Le Pen à 34%

Selon un sondage Elabe pour BFMTV,  à l’issue du débat, c’est Emmanuel Macron qui a été jugé le plus convaincant pour 63% des téléspectateurs, selon un sondage Elabe pour BFMTV, contre 34% pour Marine Le Pen.  Parmi les électeurs de Marine Le Pen, 12% d’entre eux ont tout de même trouvé que le candidat d’En Marche! était le plus convaincant, contre 85% pour leur candidate. Parmi les électeurs d’Emmanuel Macron, seuls 3% ont finalement accordé leur préférence à la candidate du Front national.  Du côté de la France insoumise, deux tiers des électeurs de Jean-Luc Mélenchon ont trouvé Emmanuel Macron plus convaincant, contre 30% pour Marine Le Pen. Des proportions plus équilibrées du côté de l’électorat de François Fillon, qui estime à 58% que le candidat d’En Marche! était le plus convaincant, contre 38% pour Marine Le Pen. Pour 64% des téléspectateurs, c’est Emmanuel Macron qui porte le meilleur projet, contre 33% pour Marine Le Pen, des proportions identiques lorsqu’ils indiquent qui présente le plus les qualités nécessaires pour être président(e).  Emmanuel Macron est aussi considéré comme le « plus honnête » pour 62% des téléspectateurs interrogés, alors que plus d’un tiers d’entre eux accordent leur préférence à la candidate du Front national.   60% des sondés estiment également qu’Emmanuel Macron est « plus proche de (leurs) idées ou valeurs », contre 36% pour Marine Le Pen. Néanmoins, lorsque les sondés sont interrogés sur le candidat qu’ils estiment mieux comprendre « les gens comme eux », la différence est nettement moins marquée. Emmanuel Macron récolte ici une courte majorité, avec 55%, contre 42% pour la candidate du Front national.  Courte majorité également sur celui « qui veut changer les choses »: le candidat d’En Marche! récolte 53% d’avis favorables, contre 44% pour Marine Le Pen.

Le sondage a été mené auprès de 1314 téléspectateurs, âgés de 18 ans et plus, qui ont regardé le débat présidentiel. Les sondés ont été interrogés par Internet en fin d’émission. La différence des scores des candidats avec le total de 100% correspond aux « sans opinion ».

Actu, infos, économie, social, politique : articles les plus lus

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

Présidentielles: Le populisme ou l’instrumentalisation de la pauvreté et de l’ignorance au service de l’extrémisme

Présidentielles: Le populisme ou l’instrumentalisation de la pauvreté et de l’ignorance au service de l’extrémisme

 

Le peuple n’en peut plus, la faute aux élites, au système opposé à la vertu du peuple exploité et dominé » c’est la rhétorique  classique des extrêmes,  de gauche comme de droite qui instrumentalisent  les pauvres  pour conquérir le pouvoir. Une rhétorique qui se nourrit malheureusement des difficultés économiques réelles de beaucoup (9 millions de pauvres) mais se nourrit tout autant du conservatisme et de la xénophobie. Un argumentaire d’autant plus facile à diffuser que les cibles visées se caractérisent par un faible niveau de formation. Première observation, le concept de peuples exploité se caractérise par une grande hétérogénéité. L’addition de couches moyennes de chômeurs, de professions indépendantes, d’agriculteurs,  même de fonctionnaires ne confère pas une grande homogénéité à ce peuple. le lien qui unit ces catégories se réduit à une contestation de tout y compris son contraire. On ne peut nier la réalité des difficultés de nombre de catégories socioprofessionnelles mais elles ont  souvent peu de rapport entre elles. Le concept de peuple ( peuple de gauche ou au nom du peuple) victime recouvre un amalgame simpliste et contradictoire. En outre il permet surtout de donner une apparence de cohérence aux différents mécontentements et de faire l’impasse sur la responsabilité propre des intéressés. En effet si la crise est effectivement économique, sociale voire sociétale elle se caractérise surtout par une crise culturelle c’est-à-dire une incapacité à saisir la nature et l’ampleur des mutations en cours. D’où cet unanimisme recherché pour contester les transformations en cours et justifier le conservatisme. Pas étonnant,  la France se singularise en matière de sous-culture économique et financière. Dans une étude la France arrive en dernière position sur 19 nations étudiées en matière de culture économique et financière. Ce qui évidemment autorise la mise en avant de facteurs explicatifs les plus simplistes et les plus outranciers. Pour les utilisateurs de cette rhétorique caricaturale l’avenir se lit dans le rétroviseur avec une France fermée ou l’avenir ressemblerait au passé d’il y a au moins 50 ans. Certes les rapports économiques doivent être transformés, les inégalités réduites, le fonctionnement démocratique nettement amélioré mais rien ne pourra durablement évoluer sans une adaptation aux mutations irréversibles, adaptation qui permettra de retrouver croissance et emploi et en même temps de réduire la pauvreté. Ceci n’étant  pas contradictoire avec la nécessité de mieux prendre en compte la problématique environnementale.

La retraite à 60 ans (FN)… non à 40 ans !

La retraite à 60 ans (FN)… non à 40 ans !

Marine Le Pen fait du Mitterrand et promet la retraite à 60 ans sans tenir compte évidemment des conditions de financement de cette promesse et sans tenir compte de l’évolution démographique. la sécu traîne déjà une dette accumulées de plus de 160 milliards par an , les régimes de retraite dégagent un déficit annuel de 10 milliards. Du coup rajouter  17 milliards paraît possible au Front national qui entretient un rapport approximatif avec les chiffres. Pourquoi pas aussi la retraite à 40 ans ! La candidate FN à l’Élysée a indiqué mardi qu’elle entendait ramener la retraite à 60 ans avec 40 annuités de cotisation  à la fin du quinquennat  Jusqu’à présent, Marine Le Pen ne fixait pas de condition ou de délai à cette promesse de campagne.    D’après la dernière prévision du comité d’orientation des retraites, le rapport de dépendance démographique c’est-à-dire la proportion des personnes de plus de 60 ans par rapport à celles en âge de travailler (20 à 59 ans), s’avère plus fort qu’il ne l’était lors des précédentes estimations, publiées en 2010. De 0,43 il passe à 0,62 en 2040 puis à 0,74 en 2060. C’est ce dernier chiffre qui a changé, puisqu’en 2010, on ne tablait encore que sur une statistique de 0,70. Autrement dit, en renversant le chiffre, dans 43 ans, il n’y aura plus que 1,35 personne âgée de 20 à 59 ans pour un senior, contre 2,32 aujourd’hui, et 1,43 prévu auparavant. Le nombre de personnes âgées a ainsi été révisée à la hausse de 3% d’ici à 2060 quand celui de la population en âge de travailler a lui été diminué de 3%. Deux explications à cela. La premières est que l’espérance de vie a été rehaussée. Une personne née en 1990 aurait ainsi une espérance de vie de plus de 32 ans passée 60 ans, alors que ce chiffre était de 31 ans dans la précédente prévision. Par ailleurs, le solde migratoire a été revu à la baisse à +70.000 par an, contre +100.000 auparavant. La conséquence est que le financement du système de retraite va être plus lourd. Les Échos font ainsi état de nouveaux besoins à hauteur de 10 milliards d’euros d’ici à 2040 et 15 milliards à l’horizon 2060. La faillite est donc proche Ce que pense d’ailleurs l’opinion  d’après Selon l‘enquête  IFOP 2016 réalisée pour le Cercle de l’Epargne,   70% de nos concitoyens croient que notre régime obligatoire de retraite de base et de retraite complémentaire sera en faillite d’ici 10 ans. Une estimation qui paraît pertinente puisque chaque année le déficit de l’ensemble des systèmes de retraite et de l’ordre  de 10 milliards. D’après le comité d’orientation des retraites (COR) l’équilibre devrait cependant être retrouvé d’ici 2030. Malheureusement le COR prévoyait encore récemment que cet équilibre serait atteint en 2020. Alors 2020,2030 2050, en fait  personne n’en sait rien car tout dépendra du rapport entre actifs et retraités, de la croissance donc aussi du chômage.  L’année dernière, le rapport du COR rappelait que selon les dernières données disponibles (), le déficit annuel de l’ensemble des régimes de retraite représentait 0,5% du PIB français, soit environ 10 milliards d’euros. « En 2012, les ressources de l’ensemble des régimes de retraite français légalement obligatoires (y compris le Fonds de solidarité vieillesse) représentaient 13,4 % du produit intérieur brut (PIB), et les dépenses 13,9 % du PIB ». Le COR poursuivait : « La hausse des dépenses […] correspond quasi intégralement à l’augmentation de la masse des prestations de droit direct, en lien avec l’augmentation régulière du nombre de retraités – portée notamment par l’arrivée aux âges de la retraite des générations du baby-boom au cours de la décennie – et avec l’augmentation de la pension moyenne des retraités – sous « l’effet de noria » traduisant l’amélioration régulière des carrières au fil des générations ». Parmi les différents scénarios envisagés, le COR entrevoit dans son dernier rapport un scénario central, dans lequel les régimes de retraites n’épongeraient pas leur déficit global avant 2030, révèle Le Figaro. Dans ce scénario, après 2030, les projections financières aboutissent à une hausse très progressive de l’excédent des régimes de retraites jusqu’à atteindre environ +0,4% du PIB en 2060 (selon Les Echos). Le scénario le plus optimiste, quant à lui, représente une situation où le chômage diminuerait drastiquement, et se stabiliserait à un niveau faible. Grâce à davantage de cotisations, le déficit actuel des régimes de retraites parviendrait à disparaître dès 2025, avant de laisser place à une augmentation progressive de l’excédent annuel des régimes de retraites jusqu’à +1,8% du PIB français en 2060 selon Les Echos. Pour Le Figaro, les prévisions du rapport 2015 du COR « confirme, surtout, que la réforme Touraine des retraites, baptisée « loi garantissant l’avenir et la justice du système de retraites », ne suffit pas ». Une situation effectivement catastrophique

Sondage : une majorité en hausse pour l’Europe remonte chez les Français

Sondage : une majorité en hausse pour  l’Europe remonte chez les Français

Selon la  57 % des sondés déclarent avoir une opinion positive de l’Union, soit 4 points supplémentaires par rapport au sondage de septembre 2016. Côté français, si l’Europe a fortement divisé au cours de la campagne présidentielle, les Français affirment tout de même leur attachement à l’UE. 53 % d’entre eux considèrent que l’appartenance à l’Union est une bonne chose, soit 5 points de plus qu’il y a un an. A l’inverse, le nombre de personnes sondées ayant une opinion négative de l’Europe a légèrement baissé, passant de 17% à 14 %. Une tendance qui se confirmera, ou non, lors du second tour qui oppose un candidat pro-européen, Emmanuel Macron, à la candidate eurosceptique, Marine Le Pen. Le président du Parlement européen, Antonio Tajani, s’est félicité de ces résultats, qu’il a qualifiés de «très encourageants» pour la première fois «depuis le début de la crise en 2007». «[Ces résultats] démontrent que les citoyens européens attendent de l’UE qu’elle réponde d’une même voix à leurs très vives craintes face aux récents bouleversements internationaux qui ont rendu le monde plus incertain et dangereux», a-t-il ajouté. Pour répondre aux problèmes globaux, comme l’élection de Trump ou l’influence grandissante de la Russie, 73 % des sondés, et 72 % des Français interrogés disent préférer une réponse commune à une réponse nationale. En tête des priorités pour l’Union européenne mentionnées par les habitants de l’Hexagone figurent la lutte contre le chômage (84 %), suivie par la protection de l’environnement (83 %), la lutte contre le terrorisme (82 %) et la lutte contre la fraude fiscale (79 %).

Euractiv.fr

Le franc pour acheter une baguette et l’euro pour la pâtisserie

Le franc pour acheter une baguette et l’euro pour la pâtisserie

 

 

Le moins que l’on puisse dire c’est que c’est le flou le plus total concernant la politique monétaire du front national. Depuis le soutien de Dupont Aigan à Marine Le Pen le Front National a donné l’impression de repousser aux calendes grecques l’abandon de l’euro. Mais dès le lendemain de l’accord le vice président du  National, Philippot, déclaré que le prix de la baguette serait fixé en francs d’ici un an. Ce qui correspond aussi aux déclarations de Marine Le Pen qui a indiqué que le franc serait destiné aux dépenses courantes et l’euro au business des entreprises et sans doute pour les dépenses moins courantes. Autrement dit on aura peut-être le franc pour acheter une baguette et l’euro pour payer la pâtisserie Le moins Le Front national entretient le flou sur l’euro depuis des mois. Constatant que les trois quarts des Français sont contre un retour du franc, le parti frontiste ne cesse d’exprimer des positions ambiguës et contradictoires, surtout depuis la mise en place de l’alliance entre Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen ce week-end. Lors d’un point presse organisé samedi 29 avril, Marine Le Pen a annoncé un accord commun avec le candidat de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, pour le second tour de la présidentielle. Dans cet accord, il est précisé que « pour réussir, une telle alliance doit se conclure sur des engagements clairs de part et d’autre capables de clarifier et d’enrichir le projet présidentiel de Marine le Pen ».  Le document fait la liste de six engagements pour concrétiser cette alliance. Sur la question de l’euro, Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan ont ainsi indiqué : « La transition de la monnaie unique à la monnaie commune européenne n’est pas un préalable à toute politique économique, le calendrier sera adapté aux priorités et défis immédiats que le gouvernement de la France devra relever. Tout sera fait pour organiser sereinement la transition de la monnaie unique vers une monnaie commune et la mise en œuvre concertée du droit pour chaque pays de gérer sa monnaie et sa banque centrale. » Dans sa profession de foi pour le deuxième tour de l’élection présidentielle, la notion de souveraineté monétaire a disparu totalement des engagements laissant la place à « une monnaie commune ». La députée européenne propose simplement que pour « restaurer la démocratie et rendre la parole au peuple », cela se fera  »en renégociant les traités européens pour retrouver notre souveraineté et bâtir une Europe des nations ».

Ronaldo, le joueur qui manque au PSG !

Ronaldo, le joueur qui manque au PSG !

 

Dans les matchs décisifs, Ronaldo répond presque toujours présent. En cause,  sa rage de vaincre et sa capacité à tirer l’équipe vers le haut dans les moments stratégiques. Tout ce qui manque au PSG qui ne possède pas de leader charismatique,  qui domine souvent mais en donnant l’impression qu’il ne veut pas gagner. Plus exactement qui joue à mi-temps, en mode alternatif. Bref ce qui manque au PSG : un leader d’équipe, un entraineur, aussi un président. Le Real Madrid, lui,  n’a pas fait de détail dans cette demi-finale aller, en surclassant l’Atlético (3-0), à Santiago Bernabéu. Au terme d’un match ultra-dominé, les Merengues ont vite pris les devants grâce à Ronaldo (8e). Benzema rate le break après un sublime retourné, mais c’est encore le même homme qui a illuminé le match. Cristiano Ronaldo s’est offert un triplé en seconde période, après un gros travail de Benzema (73e), et un super service de Lucas Vazquez (85e). C’est son 10e but cette saison en C1, le 104e de sa carrière, le deuxième triplé de rang en C1, le Portugais est stratosphérique ! L’Atlético n’a pas existé dans cette rencontre, à l’image de Griezmann et Gameiro qui n’ont jamais tiré au but. Le Real met un pied en finale, avant le match retour la semaine prochaine, et peut devenir la première équipe à conserver sa couronne dans l’ère moderne. Ce serait aussi la 15e finale du Real, la troisième en quatre ans. Pour le PSG, il faudra attendre   Après le désastre à Barcelone, maintenant la défaite à Nice se pose évidemment l’avenir du Paris Saint-Germain en tant qu’équipe à prétention européenne.  Il est plus que vraisemblable que le Qatar qui dépense sans compter ou presque pour l’équipe parisienne va se poser des questions sur son engagement. Après ces défaites impardonnables l’image du club se trouve en effet fortement affecté. Pour prétendre au statut d’un des premiers clubs européens,  il conviendra d’opérer de nombreux changements. En effet,  ce qui caractérise l’équipe parisienne c’est son jeu en mode alternatif capable un jour de gagner par 4 ou 5 à 0 et le lendemain de d’obtenir une pénible victoire 1à 0 contre l’un des derniers du classement de la ligue 1.  La première chose à changer concerne sans doute le président car visiblement ce président n’a qu’une connaissance approximative du football, il manque de tout de charisme, d’autorité et d’expérience. Ces relations tant avec les joueurs qu’avec les différents entraîneurs sont chaotiques et versatiles. La vérité, c’est sans doute qu’il ne sait pas trop où aller et comment y aller. Second changement, celui de l’entraîneur. Pour diriger une équipe de stars surpayées il faut évidemment un manager à poigne du type de Mourinho ou Wenger, bref un patron pas un gentil animateur. Enfin, il convient de changer sans doute une grande partie de l’équipe composée de mercenaires peu motivés et peu  attachés aux maillots. Le recrutement doit évidemment viser des joueurs de talent mais tout autant de véritables guerriers, pas des danseurs étoiles fonctionnant en mode alternatif ou capables seulement d’une prestation fulgurante pour 5  prestations ordinaires voire insignifiantes. Quand on paye des joueurs 1 million par mois et plus on peut s’attendre à  autre chose. Enfin il faudra aussi trouver un public, un vrai public, comme dans les clubs anglais, qui ne vient pas seulement lors  des épisodes victorieux mais qui soutient indéfectiblement son équipe en toutes circonstances. Un public de type Lens bref il faudra un sérieux coup de balai en matière de management et de recrutement pour ambitionner jouer l’un des premiers rôles en Europe.

1...1112131415



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol