Archive mensuelle de mai 2017

Page 11 sur 15

Macron -Valls : je t’aime moi non plus !

Macron -Valls : je t’aime moi non plus !

Valls qui considère que le parti socialiste actuel est mort fait une déclaration d’amour à Macron et veut s’inscrire dans la nouvelle majorité présidentielle. Une décision évidemment condamnée par les caciques du parti socialiste mais qui crée peu enthousiasme chez Macron. Entre les deux hommes politiques, c’est un peu je t’aime moi non plus ;  en cause,  surtout le fait que Valls n’a cessé de torpiller Macron  lorsqu’il était au gouvernement l’ayant même privé de présenter sa seconde loi sur l’économie. Une décision qui avait largement encouragé Macron à démissionner de ce gouvernement. Valls rejoint Macron,  en tout cas en émet le souhait car les différences idéologiques entre les deux hommes sont faibles. En outre sans l’appui d’ en marche Valls aurait sans doute des difficultés à être réélu député. Du côté d’en marche,  ce ralliement de Valls est plus embarrassant qu’autre chose et on l’accueille avec un enthousiasme pour le moins mesuré  L’annonce de Manuel Valls a été en effet reçue avec une certaine tiédeur du côté du camp Macron. Le porte-parole de La République En Marche, Benjamin Griveaux, a précisé sur Europe 1 que « la bannière sur laquelle les candidats aux législatives iront s’appelle La République En Marche (…) la procédure est la même pour tout le monde, il lui reste 24 heures », a-t-il ajouté. L’accueil n’est guère meilleur du côté du Parti socialiste. Jean-Christophe Cambadélis a déclaré : « Ça, c’est impossible ». Le premier secrétaire du Parti socialiste estime que l’ancien premier ministre doit agir « très gentiment et très calmement ».

Sondage : Macron soutenu par les Français pour ses priorités

Sondage : Macron soutenu par les Français pour ses priorités

Selon  un sondage Odoxa-Guibor réalisé pour « Les Echos » et Radio Classique les premières mesures qu’envisage Macron sont largement soutenues par l’opinion. La  lutte contre le terrorisme est-  plébiscitée par 88 % des personnes interrogées. Même quasi unanimité pour la loi de simplification des normes administratives imposées aux entreprises qu’Emmanuel Macron a décidé de faire voter dès cet été. Sur l’ensemble des personnes sondées, 81 % y sont favorables. Il faut dire qu’il s’agit de mesures plutôt ­consensuelles, défendues pendant cette campagne présidentielle par la très grande majorité des candidats. De même, la moralisation de la vie politique est soutenue par 81 % des Français, signe d’une attente forte de l’opinion en la matière. L’inversion des normes recueille 62%, seul le nouveau barème des prud’hommes, est pas soutenu par uen majorité (seulement 42%). La  réforme importante de ce début de quinquennat sera l’inversion de la hiérarchie des normes. Il s’agit d’une mesure beaucoup plus clivante, puisqu’elle consiste à donner plus de place aux accords sociaux dans l’entreprise ou la branche qu’aux accords signés au niveau interprofessionnel et national. C’est l’une des mesures phares de la loi El Khomri qu’Emmanuel Macron veut amplifier. Vu les manifestations de contestation qu’avait déclenchées le vote de cette loi, on aurait pu imaginer que les Français ne s’y rangent pas facilement. Il n’en est rien, puisque 62 % d’entre eux soutiennent cette réforme. Une réserve toutefois : 54 % de Français estiment que Macron  ne mènera pas ces réformes à leur terme.

Le papy boom d’ici à 2070

 

Le papy boom d’ici à 2070

 

Le ratio du nombre d’actifs par rapport au nombre d’inactifs de 60 ans ou plus s’établirait à 1,4 à l’horizon 2070. À titre de comparaison, ce ratio s’établissait à 2,2 en 1995. Dans ces conditions on voit mal comment pourraient être assurés l’équilibre des conditions actuelles des retraites. En un demi-siècle, l’Insee prévoit que la population active passera de 29,4 à 32,1 millions. En revanche, le taux d’activité globale des Français devrait baisser de 4,6 points, en raison du vieillissement de la population. La population active française continuerait d’augmenter jusqu’en 2070 mais de manière nettement moins soutenue par rapport aux dernières décennies, constate une étude de l’Insee, publiée mardi 9 mai. Ces observations seraient une conséquence directe du vieillissement de la population en âge de travailler. Dans sa projection, l’institut français de la statistique et des études économiques estime que la population active -l’ensemble des personnes de 15 ans ou plus susceptibles de contribuer à la production nationale- gagnerait 2,5 millions d’actifs sur l’ensemble de la période 2015-2070. À titre de comparaison, la population active s’est accrue de plus de 7,2 millions d’actifs sur la période 1975 et 2015. Ce ralentissement du nombre de personnes en âge de travailler provient du vieillissement de la population. La hausse du nombre de personnes de 70 ans ou plus contribue à la baisse du taux d’activité des 15 ans ou plus. Pour autant, le taux d’activité des personnes de 15 à 64 ans devrait, selon les prévisions, s’accroître. Ainsi, il n’y aurait plus que 1,4 actif pour chaque inactif de 60 ans ou plus en 2070, contre 1,9 en 2015. Le taux d’activité des femmes de 60 à 64 ans, autour de 29% en 2015, continuerait d’augmenter jusqu’au début des années 2070. Il se stabiliserait autour de 60%. Le taux d’activité des hommes de 60 à 64 ans progresserait de manière régulière entre 2015 et 2070. Il passerait de 30% jusqu’à un niveau proche de 70%. Ce scénario est construit dans l’hypothèse que la législation des retraites reste inchangée d’ici 2070.

Actu, infos, économie, social, politique : articles les plus lus

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

Climat – Alaska : de plus en plus de CO2

Climat – Alaska : de plus en plus de CO2

Le sol de la toundra en Alaska semble émettre davantage de dioxyde de carbone (CO2) qu’il Selon  ‘une étude de l‘Agence océanique et atmosphérique américaine (NOAA). Les volumes de carbone provenant de la toundra dans le nord-est de l’Alaska se sont accrus de 73% de 1975 à 2015, pendant les mois d’octobre à décembre, précisent les chercheurs dont l’étude est publiée lundi dans les Comptes rendus de l‘Académie américaine des Sciences (PNAS). «Nous présentons la première preuve quantitative d’un important phénomène régional d’activité de la végétation au début de l’hiver», écrivent ces scientifiques qui pensent tenir la preuve que les écosystèmes dans l’Arctique pourraient être devenus une source nette d’émissions de CO2. La question est de savoir quelle part de ces émissions de carbone de la toundra provient de la décomposition de végétations anciennes.  Un tel phénomène ajouterait dans l’atmosphère du C02 stocké dans le pergélisol – la couche du sol constamment gelée – depuis des décennies ou même des siècles, relèvent ces scientifiques dont Roisin Commane de l’Université de Harvard, l’une des principaux auteurs de l’étude. Ce phénomène s’explique par le réchauffement des températures pendant ces trois mois d’automne, qui retardent le gel du sol et permettent la poursuite de la photosynthèse plus longtemps ainsi que la décomposition des matières organiques sous l’action des microbes. Des processus qui produisent du CO2. Il y a 40 ans, dans ces régions d’Alaska les sols gelaient complètement en automne en l’espace d’un mois. Il faut désormais trois mois ou plus dans certains endroits. L’Arctique se réchauffe deux fois plus vite que le reste de la planète et l’Alaska vient de connaître trois années consécutives de chaleur record, soulignent ces scientifiques.  En 2016, année la plus chaude enregistrée sur le globe depuis les premières mesures en 1880, la température a été 3,27 degrés Celsius au-dessus de la moyenne historique. Selon les estimations, le pergélisol dans l’Arctique pourrait contenir deux fois plus de CO2 que toute l’atmosphère terrestre ce qui représente une véritable bombe pour le climat.

 

« Les Français dépensent mal et trop » ( Jean-Claude Juncker)

« Les Français dépensent mal et trop » ( Jean-Claude Juncker)

D’une  certaine faon Juncker, le président de la commission européenne a raison, la France dépense trop et mal. Trop en dépenses publiques de fonctionnement et pas assez en dépenses d’avenir (investissement, recherche, innovation, formation.). Du coup en dépit d’un record mondial de fiscalité,  la bulle de la dette ne cesse de grossir (en moyenne 33 000 euros par Français).   »Nous sommes confrontés avec la France à un problème particulier, les Français dépensent trop d’argent et ils dépensent au mauvais endroit », a déclaré lundi 8 mai, depuis Berlin (Allemagne) Jean-Claude Juncker, au lendemain même de l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence française. « Les Français consacrent entre 53% et 57% de leur Produit intérieur brut à leurs budgets publics, compte tenu du niveau relativement élevé de la dette, cela ne peut pas fonctionner dans la durée », a ajouté le président de la Commission européenne.   Il estime que le futur chef de l’État français ne pourra pas compter à sens unique sur la mansuétude de ses partenaires européens sur ces questions. « Il appartient aussi aux Français de faire un geste en direction des autres » en faisant les réformes nécessaires, a-t-il souligné.   Ces propos surviennent alors que la Commission doit publier en fin de semaine ses prévisions économiques de printemps pour les pays de l’Union européenne, suivies le 17 mai de recommandations. Or la France est sous pression pour respecter enfin les règles européennes, selon lesquelles les déficits publics doivent être en-dessous des 3% du PIB. Le président élu français a prévu dans son programme une réduction des dépenses publiques de 60 milliards d’euros en cinq ans, passant entre autres par la suppression de 120.000 postes de fonctionnaires. Mais il a dans le même temps appelé l’Europe à se réformer et entend promouvoir des investissements au sein de l’Union européenne. Les conservateurs et sociaux-démocrates au sein du gouvernement de coalition de la chancelière Angela Merkel paraissent divisés sur l’attitude à adopter face aux projets européens du président élu français. Le chef de la diplomatie allemande Sigmar Gabriel, un social-démocrate, milite pour qu’Angela Merkel et son ministre des Finances Wolfgang Schäuble mettent en sourdine leur orthodoxie budgétaire afin de donner une marge de manoeuvre à Emmanuel Macron. Il a concrètement plaidé pour la création d’un Fonds d’investissement franco-allemand en faveur de la croissance, dont il entend donner les contours « dans les prochains jours ».  « Nous devons à présent tout faire pour que la politique d’Emmanuel Macron réussisse en France et en Europe, car si ce n’est pas le cas Marine Le Pen est assez jeune pour se représenter dans cinq ans », a-t-il encore mis en garde lundi à Berlin. « J’ai demandé un jour à la chancelière ce qui était plus coûteux, un déficit de 0,5% plus élevé que prévu en France ou Madame Le Pen » présidente, a-t-il dit.

kits de campagne : le FN casse les prix !

kits de campagne : le FN  casse les prix !

D’après une information de la Tribune, suite à ses ennuis judicaires le Front national casse les prix des kits de campagne payés par ses candidats. DE plus de 16 000 euros, on  passe à 5000 euros avec possibilité d’un emprunt directement via le FN et non par le sulfureux micro parti micro-parti « Jeanne » de Marine Le Pen. Difficile de comprendre un telle différence de prix pour des prestations identiques, difficile aussi de comprendre qu’un parti aussi puissant que le FN ne puisse pas fiancer lui même le coût de la campagne et en reporte la charge sur des candidats dont les voix permettront le financement public  des partis. Les règles de financement des partis politiques ont été définies en 1988 avec la loi « relative à la transparence financière de la vie politique ». Elle instaure également une aide d’Etat, dépendante du nombre de parlementaires de chaque formation au Sénat et à l’Assemblée nationale. Depuis 1990, les partis non représentés au Parlement peuvent également bénéficier du financement public, proportionnellement au nombre de voix obtenues au premier tour des élections législatives, à condition qu’ils aient présenté des candidats dans au moins soixante-quinze circonscriptions (sur un total de 577). Avec le mode de financement des campagnes le FN joue sur les deux tableaux et se finance deux fois, une fois via la vente de kits aux candidats, une fois par les contributions publiques liées aux résultats des législatives. Le FN reprend donc pour les législatives 2017 son système de kits de campagne déjà employé pour de précédentes élections, notamment les législatives 2012, selon des documents consultés par l’AFP. Dans le kit de campagne « de base » à 5.500 euros figurent les documents de la campagne officielle (hors article R.39 du code électoral) pour 300 euros, la conception et l’impression d’un journal de 4 pages de campagne à 50.000 exemplaires pour 3.500 euros, un site-portail internet pour 400 euros et une expertise comptable pour 1.300 euros. Pour se procurer ce kit, les candidats du FN pourront obtenir un prêt « consenti par le Front national directement » à un taux de 5% sur 9 mois. En 2012, ce prêt se faisait via le micro-parti « Jeanne » de Marine Le Pen, avec un taux de 6,5% sur un an. 525 candidats frontistes sur 577 avaient eu recours au kit obligatoire aux yeux de nombre d’entre eux, dont les prestations étaient fournies par Riwal, société d’un proche de Marine Le Pen, Frédéric Chatillon, ex-dirigeant du GUD qui a encore œuvré dans la communication frontiste lors de la campagne 2017.En 2012, le montant moyen du kit était de 16.650 euros, dont 600 euros pour les documents de campagne officielle, 3.500 euros à 5.900 euros selon le format pour la conception et l’impression d’un journal 4 pages à 30.000 exemplaires, 1.800 euros pour le site-portail internet, 1.200 euros pour les frais d’expertise-comptable. S’y ajoutaient de nombreuses autres prestations. Le FN avait défendu ce système: offrir une campagne clé en mains à des candidats peu expérimentés. Les juges y ont vu une escroquerie au préjudice de l’Etat, avec pour « unique but de majorer les dépenses électorales remboursables » et ont renvoyé le FN en procès à une date encore inconnue. Des enquêtes judiciaires ont été ouvertes concernant les campagnes frontistes ultérieures.

Macron : social démocrate ou libéral ? (Erwan Le Noan)

 » Macron : social démocrate ou libéral ? (Erwan Le Noan)

Dans une interview à la  La Tribune a interrogé Erwan Le Noan, Associé d’un cabinet de conseil, membre du conseil scientifique de la Fondation pour l’innovation politique s’interroge sur la vraie  nature de  Macron, socail démocrate ou libéral. Deux typologies politiques que précisément Macron veut dépasser.

 

 

LA TRIBUNE.- Emmanuel Macron est devenu président de la République, est-ce le résultat de cette « France des opportunités » que vous décrivez dans votre livre ?

ERWAN LE NOAN.- Créer son propre mouvement politique et réussir, en à peine un an, à devenir à 39 ans le plus jeune président d’une puissance comme la France est une réelle performance électorale.

Mais je serais plus modéré à certains égards sur la signification de cette prouesse. D’abord il a bénéficié d’un contexte politique particulier qui a connu plusieurs rebondissements : la mise en examen du candidat des Républicains, le choix du candidat du Parti socialiste qui a profité au candidat d’extrême gauche, et l’affrontement au second tour avec la candidate du Front national. Ensuite, il faut constater qu’il n’a obtenu au premier tour que 24 % des suffrages exprimés, ce qui n’est pas un score très élevé pour un futur président. Sa base électorale est donc faible. Il va devoir la consolider aux élections législatives.

Je serais également plus modéré sur le message volontariste qu’il défend : Emmanuel Macron n’a jamais, pendant cette campagne, fait de constat clair sur ce qui a échoué. Il n’a pas désigné clairement les défaillances de l’Etat Providence. Il dit vouloir le rénover, mais il risque de l’aménager plutôt que de procéder à un changement réel.

Car Emmanuel Macron a en réalité une vision davantage social-démocrate que libérale. Il dit vouloir insuffler plus de libéralisme mais son modèle est celui des pays d’Europe du nord, le « modèle scandinave », qui a ses limites. Je ne suis pas nécessairement convaincu par la réussite de ce modèle là en France.

Parmi les premières mesures qu’Emmanuel Macron va prendre, il y a « la moralisation de la vie politique ». Une telle mesure peut-elle entraîner un changement du paysage politique ?

C’est en tous les cas symbolique de la refondation nécessaire d’un système politique bloqué. Le fait même que nous ayons un président âgé de 39 ans est un signal fort. Le fonctionnement des partis doit changer. C’est une nécessité pour Les Républicains, et aussi pour le Parti socialiste dont nombre d’élus pourraient rejoindre En Marche! En outre, la fin du cumul des mandats va participer à ce renouvellement d’élus à l’Assemblée nationale dont beaucoup sont présents dans la vie politique depuis 30 ans ! Nombre d’entre eux ont dit qu’ils se retiraient ou n’allaient garder qu’un mandat de maire.

Une partie des électeurs rejette la vision du monde du nouveau président, en particulier à l’égard de l’Europe et de la mondialisation. Comment Emmanuel Macron peut-il les convaincre ?

En effet, si on comptabilise le nombre des abstentionnistes, des bulletins blancs ou nuls et les voix de Marine Le Pen, Emmanuel Macron n’attire que 43,6% des inscrits, soit 20,75 millions d’électeurs. Comme certains sondages évaluent à près de 60 % les électeurs qui ont voté en sa faveur pour faire barrage au Front national, on peut considérer qu’à peine 9 millions d’électeurs adhèrent au projet, soit 19% des inscrits. Le nouveau président va donc devoir encore convaincre une majorité de Françaises et de Français. Si durant la campagne, il a défendu la nécessité d’imposer au pays des réformes, il n’a pas fourni suffisamment de détails pour se faire une véritable idée de leur contenu. En France, les gens se méfient des réformes qui les concernent car ils y voient souvent une attaque préjudiciable à leur statut actuel. Il est vrai que généralement les réformes produisent des effets négatifs immédiats tandis que les effets positifs mettent un certain temps à apparaître. Le nouveau président doit donc convaincre les Français qu’elles sont des opportunités pour les individus. C’est ce qu’il semble vouloir faire notamment pour le marché du travail, l’éducation et la formation continue. Ce qui rend d’ailleurs la gestion du calendrier des réformes délicate pour lui.

Il compte sur les entreprises pour relancer l’économie, et donc la création d’emplois. Ce qu’il propose vous semble-t-il aller dans le bon sens?

Sur ce point, il reprend des idées qui étaient souvent également contenues dans le programme de François Fillon, notamment la décentralisation des relations qui régissent les employeurs et les employés au niveau des entreprises. Il faut passer d’un modèle vertical à un modèle horizontal. Cela va dans le bon sens. Mais là encore, il faudra attendre de connaître tous les détails de cette réforme. Or cela dépendra étroitement de la composition de la majorité parlementaire qui va soutenir Emmanuel Macron. Sera-t-elle suffisamment libérale pour en finir avec la logique actuelle ? Sera-t-il au contraire contraint par sa Gauche, soit au sein d’En Marche! soit en dehors ? Car le risque est double : d’abord que cette réforme du marché du travail soit trop timide pour produire de réels effets, et ensuite que cette décentralisation soit accompagnée par un Etat paternaliste qui décidera à la place des entreprises de ce qui est bon pour elles.

(*) Erwan Le Noan « La France des opportunités. Toutes les bonnes nouvelles que l’on ne vous dit pas », éditions Les Belles Lettres/Manitoba, 214 pages, 21 euros.

Contre Macron, le retour du gauchisme

Contre Macron, le retour du gauchisme

 

 

 

 

 

Hollande aura au moins réussi sur un point à limiter l’influence du gauchisme grâce à l’art de la synthèse molle. Pour Macron, ce pourrait être très différent car les gauchistes n’entendent pas accorder le moindre état de grâce ;  Pire, ils ont même commencé à manifester le jour de la commémoration du 8 mai 45 contre la politique supposée de Macron. Une politique supposée car la nature et l’ampleur des mesures que prendra Macron  dépendra largement du rapport de force qui se dégagera des législatives. La plupart de ces mesures nécessite une loi et donc l’intervention du Parlement. Un nouveau mouvement syndical qui crie avant d’avoir mal, avant même toute décision et avant même toute concertation. En réalité, il ne s’agit pas vraiment d’un mouvement syndical mais de son instrumentalisation par les gauchistes étatistes de la CGT, des étudiants de l’UNEF et de Mélenchon. Une manière de reconvertir la défaite politique des gauchiste aux présidentielles et de la transposer sur le terrain social. Il s’agit là de la principale difficulté à laquelle devra faire face Macron. Certes les gauchistes sont minoritaires dans le pays ; pour preuve, la montée des syndicats réformistes et notamment la première place désormais par la CFDT  dans les entreprises du privé.  Bien que minoritaires les gauchistes représentent un énorme pouvoir de nuisance, ils peuvent être capables de détruire la  confiance nécessaire au redressement du pays. Il faudra à Macron engager  un dialogue social en profondeur pour  neutraliser  les forces du refus et du déclin. A Paris Environ 1.600 personnes, selon la police, ont donc déjà défilé lundi entre les places de la République et de la Bastille, à Paris, pour lancer un premier avertissement social à Emmanuel Macron, au lendemain de son élection à la présidence de la République. Plusieurs syndicats dont la CGT, Sud et l’Unef, réunis dans le collectif Front social, avaient appelé à lancer un message au fondateur du mouvement En Marche !, élu dimanche avec 66,1% des voix contre la candidate d’extrême droite, Marine Le Pen. « En Marche vers la guerre sociale », « Nos voix ne rentrent pas dans leurs urnes », « L’Etat n’est pas une entreprise », pouvait-on lire sur des banderoles brandies par les manifestants, encadrés par un important dispositif de sécurité. Dès l’annonce des résultats dimanche soir, les centrales syndicales ont mis en garde le président élu contre un « troisième tour social », en particulier s’il légifère par ordonnances sur le droit du travail.   »S’il persiste dans l’idée de faire des ordonnances au mois de juillet, ça veut dire qu’il va balayer le dialogue social et la concertation : il y aura problème d’une manière ou d’une autre, donc on attend de voir », a déclaré lundi sur franceinfo le secrétaire général de Force ouvrière, Jean-Claude Mailly. « Je ne vois pas quelle est l’organisation syndicale, quelle qu’elle soit aujourd’hui, sans parler du fond, qui peut accepter que ça passe à la schlague avec des ordonnances », a-t-il ajouté reprenant ainsi le vocabulaire du Front National

Macron : une victoire contre les déclinistes

Macron : une victoire contre les déclinistes

 

Comme il y a le déclinisme culturel, il y a le déclinisme politique, lequel a perdu les élections présidentielles. Le déclinisme culturel acte le recul de la civilisation occidentale notamment française et prône en quelque sorte le retour en arrière. Le déclinisme politique s’oppose à la réforme et face aux changements trop anxiogènes milite pour le recul et le repli en guise de réassurance identitaire et sociale. Le déclinisme politique est représenté bien sûr par le Front national mais aussi Mélenchon qui refuse l’évidence des mutations mondiales et européennes. Or on ne peut refuser l’évidence même s’il faut bien sûr influencer sa trajectoire notamment pour davantage de justice sociale et une  meilleure prise en compte de la problématique environnementale. On pouvait s’attendre au triomphe du déclinisme  dans les urnes , or les circonstances et la détermination de Macron ont permis d’éviter le pire. La  mouvance décliniste  se caractérise par des positions le plus souvent  réactionnaires et propose  notamment comme solution d’avenir le repli national sectaire et/ou  l’indifférence   à l’égard de ce qui se passe à l’extérieur de frontières. Ce mouvement décliniste  traverse à  peu près toutes les formations politiques ;  le FN bien sûr mais aussi une partie de la droite classique, tout autant que la gauche du PS, extrême-gauche comprise. Pour schématiser cette mouvance refuse l’ouverture au monde et propose d’ériger des murs infranchissables aux frontières de la France pour protéger les Français de tous les dangers et ainsi maintenir tous les « avantages acquis ».  Une sorte de futur orienté vers le passé,  sorte d’archaïsme politique qui propose un souverainisme obsolète afin d’exclure tout corps ou influence étrangère bref l’aspiration au paradis perdu. Une nostalgie du passé qu’entretiennent savamment quelques  intellos douteux à droite  comme Zemmour bien sûr, Finkielkraut, Buisson, Houellebecq mais aussi certains à gauche, surtout à l’extrême gauche comme Todd voire récemment Onfray. À gauche,  c’est surtout la condamnation du capitalisme et de l’impérialisme occidental qui conduit ces intellos à refuser  l’ouverture sur les autres, en tout cas qui les conduit à adopter une neutralité notamment vis à vis des conflits inter nationaux. À droite, c’est le racisme et la peur du progrès  qui justifient  surtout le repli nationaliste. Et pour justifier l’injustifiable ces intellos sollicitent les grands penseurs : Leibnitz, Hegel, Spinoza, Hume, Nietzsche, Schopenhauer, Heidegger d’autres encore. Nos sophistes contemporains  se réfèrent de manière frauduleuse à la pensée des vrais philosophes ; une sorte de détournement intellectuel pour essayer de donner une légitimité à leurs propos frelatés. le mouvement progressiste  a des difficultés pour faire émerger  des leaders politiques crédibles et aussi   des intellos susceptibles d’éclairer les problématiques économiques, sociales, technologiques, environnementales et culturelles. Des dimensions aux interactions incontournables qui exigeraient un minimum de connaissances dans les différents domaines. Onfray par exemple qui parle de tout, sur tout et tout le temps déclare sans complexe qu’il  ne connaît rien à l’économie,  ce qui ne l’empêche pas de pérorer sur la nature de la crise globale  et sur les moyens d’en sortir. Bref une sorte  de cocktails de discours philosophique mélangé à des convictions gauchistes et à des propos de bistrot. Pas vraiment un discours   pertinent pour répondre  au simplisme mystificateur des déclinistes. La construction d’un discours cohérent n’est  cependant pas évidente, sa complexité exige d’abord l’interrogation du champ des possibles  car il faut intégrer les mutations de nature systémique qui interviennent dans les domaines socio-économiques, techniques, écologiques et sociétaux déjà  évoqués. Bref, comme Diogène, on cherche un homme, l’intellectuel généraliste  capable d’appréhender  la complexité de l’ensemble de ces champs. Il en existe sans doute mais pour  l’instant les lumières médiatiques préfèrent éclairer  les penseurs qui rêvent d’un avenir qui ressemble au passé ou pire qui prévoient comme Onfray la fin de notre civilisation. Cela au moment même où  les valeurs de cette civilisation  s’imposent progressivement partout: en Asie, en Afrique, en Amérique du sud, à l’Est, dans les anciennes dictatures, communistes ou non. Certes non sans difficultés et dans un contexte de crise;  mais une crise qu’on ne résoudra  pas avec les vieux outils d’analyse partielle qui ne conduisent  qu’à une vision  ratatinée du monde. Avec le victoire de Macron, on peut espérer qu’émergent de nouveaux intellectuels, de nouveaux politiques pour combler l’énorme déficit d’explication des mutations gigantesque dont l’ampleur et la nature dépassent ce qui a été observé pendant des sicles et des millénaires.

 

Législatives : Manuel Valls démissionne du PS pour Macron

Législatives : Manuel Valls démissionne du PS pour Macron

 

Invité de RTL ce mardi matin, l’ex-premier ministre, Manuel Valls, a confirmé qu’il renonçait à se présenter sous l’étiquette PS aux législatives de juin prochain dans la première circonscription de l’Essonne, et annoncé qu’il serait « candidat de la majorité présidentielle », souhaitant s’ »inscrire » dans le mouvement du président élu Emmanuel Macron.

Manuel Valls a aussi invité «tous les députés sortants, les progressistes, ceux qui ont appelé à voter Emmanuel Macron avant le premier tour, ceux qui souhaitaient sa victoire», à faire de même.

 

Redynamiser les zones rurales: une urgence

Redynamiser  les zones rurales: une urgence

 

Il est clair que les résultats aux  dernières élections présidentielles ont mis en évidence l’urgence d’uen revitalisation de zones rurales qui se sentent de plus en plus abandonnées. Dans nombre de communes de zones rurales défavorisées les résultats des élections présidentielles  traduisent le sentiment d’abandon de la population dont une  partie est réduite au chômage (qui peut atteindre 25%) ou contrainte de se déplacer à 20, 30, 40 kms  de leur domicile pour trouver un emploi. A cela s’ajoute le manque  d’équipements et de service qui participe à la désertification économique. A moins d’accepter cette désertification, il semble indispensable de mettre en œuvre des plans de soutien à ces zone rurales à l’image de ce qui a été fait pour les banlieues cela en prenant mieux en compte les interactions équipements, services publics et développement économique. En clair en favorisant une meilleure prise en charge de l’emploi tant par les collectivités locales que par l’Etat.   Au-delà des tendances lourdes relatives au changement de  rapport de forces entre les grandes formations  politiques, les élections départementales ont exprimé  aussi la colère des territoires abandonnés. C’est la révolte des zones rurales où vivent 25% de la population qui constate chaque jour la désertification et le dépérissement des services notamment publics. La mode aujourd’hui est à la métropolisation, c’est à dire à la sururbanisation (qui constitue pourtant uen aberration environnementale) tandis que certaines  petites villes, des villages s’appauvrissent. L’élément le plus significatif de cette désertification c’est la raréfaction de l’emploi. Du coup,  les populations sont contraintes de rechercher des embauches de plus en plus loin de leur domicile (20, 30, 50 kms). Jusqu’au  jour où elles décident de quitter leur zone d’habitat pour  rejoindre des zones plus riches en emplois. Pour preuve de cette désertification la baisse dramatique de la valeur du patrimoine immobilier. Par manque de populations,  les services rétrécissent comme peau de chagrin. Le cœur de la problématique de la désertification, c’est la disparition de l’emploi qui génère mécaniquement la fermeture des commerces et des services. La réactivation de zones rurales défavorisées passe d’abord par une  analyse fine des réalités et de leur évolution sur longue période (emploi, PIB,  population, services etc.) ; aussi  par une prise en compte des  typologies différenciées des zones dont l’approche globale masque les disparités. Au-delà,  il convient d’agir sur les  leviers susceptibles d’abord de fixer la population active existante et d’encourager la création d’emplois. Bien entendu une  commune ne peut, à elle seule, inverser ces tendances lourdes même si elle peut intervenir utilement dans le champ actuel  de sa  responsabilité. Beaucoup de communes se préoccupent de leur développement pour autant l’environnement défavorable limite leur action (fiscalité, réglementation, transport, équipements et services). En fonction de certains scénarios économiques, sociaux et démographiques, en 2040 certains villages se transformeront en zones pour retraités voire même disparaîtront (d’autant qu’à cette date un  Français sur trois aura plus de 60 ans). L’activité économique interagit sur la qualité et le niveau des services et réciproquement. Si on se préoccupe légitimement des équipements et des services publics, par contre le soutien à l’emploi et à l’économie locale en particulier est plus déficient. Or en fonction du rythme de destruction  des emplois locaux, ce devrait être aussi une priorité. Encore une  fois compte tenu de la mode de la « métropolisation » ‘ pas spécifique à la France, il y a fort à parier qu’on pourra attendre encore longtemps des mesures significatives pour le développement rural des zones défavorisées. On ne saurait se limiter  à quelques dispositions certes utiles mais très insuffisantes (couverture internet, bureau de poste, quelques services …peut-être.

Le choc de confiance préalable à tout

Le choc de confiance préalable à tout

 

Dans une  récente interview à la Tribune, Anne-Marie Idrac qui pourrait jouer un rôle important dans le prochain gouvernement, considérait  que la France avait besoin d’un choc de confiance.  Une confiance qui pourrait dynamiser la croissance et rendre les plus faciles à opérer « Il y a un énorme déficit d’explication. Pour la sécurité, l’environnement, le numérique, la défense de nos intérêts, il faut une Europe plus forte. Ce dont nous avons besoin, c’est d’un choc de confiance. Les Français y sont prêts. Et c’est ce qu’Emmanuel Macron va leur apporter. » déclarait l’ancienne ministre des transports. Cette confiance bénéficie d’un bon alignement des planètes d’abord parce que la conjoncture est meilleure depuis avril après un premier trimestre assez décevant un peu partout dans le monde. Ensuite parce que l’élection de Macron a bénéficié d’un accueil très favorable de la part des principaux chefs d’État notamment de ceux  qui se trouve ainsi rassurés quant à l’avenir de l’union européenne. Cette confiance pourrait être de nature a boosté la croissance qui ainsi peut-être atteindre 2 % en 2017 au lieu des 1,3 % prévus. Or faire progresser le PIB de 1 % c’est  rendre réellement possible l’inversion du chômage par la création nette d’emplois dans le secteur privé. 1 % de croissance en plus c’est aussi le moyen de limiter les déséquilibres des comptes publics. Si la plupart des chefs d’entreprise sont convaincus de la logique économique il conviendra cependant de persuader ceux qui doutent et  ils sont nombreux. L’objectif est de  permettre l’appropriation  de la problématique des mutations en cours, de nos forces et de nos faiblesses des réformes à faire pour moderniser le pays. D’une certaine façon, la véritable urgence est peut-être dans la capacité à expliquer la complexité d’un monde en pleine transformation. Les élections législatives offrent peut- être l’opportunité de contribuer à ce travail d’explication car malheureusement les présidentielles ont été trop étouffées par les affaires et les outrances voire la vulgarité.

Actu, infos, économie, social, politique : articles les plus lus

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

poèmes-chansons-théâtre de l’auteur sur http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

Marine Le Pen ne peut pas devenir présidente de la république, pourquoi ?

Marine Le Pen ne peut pas devenir présidente de la république, pourquoi ?

 

Il est vraisemblable que Marine Le Pen ne deviendra jamais présidente de la publique. Avec 33 % des suffrages, elle  a sans doute atteint son plafond de verre et en même temps son seuil de compétences (sans parler des affaires qui la rendront inéligibles). En cause évidemment, les orientations contradictoires  et dangereuses du Front National qui entretient avec l’économie des relations approximatives et aussi évidemment des orientations sociétales aussi radicales que condamnables. Finalement,  Marine Le Pen marche dans les pas de son père Jean-Marie. Jean-Marie Le Pen qui avait réussi à se qualifier  au second tour d’une présidentielle. Sa fille, elle, double  le nombre de voix pour comptabiliser environ 10 millions de voix.  Un score qui est loin d’être négligeable. Un score de partisans mais surtout qui  rend compte  des craintes, des peurs et des difficultés à s’adapter aux mutations économiques et sociales en cours. Au-delà des orientations, le principal obstacle à la progression du front national,  c’est Marine peine elle-même dont la culture, les connaissances et surtout le tempérament sont incompatibles avec la fonction présidentielle. Marine Le Pen présente davantage le profil d’une marchande de poisson que d’une prétendante à la magistrature suprême. 

Macron président par défaut ?

Macron président par défaut ?

 

Certains observateurs politiques considèrent que Macron est en quelque président par défaut. Mais comme souvent en France. Mitterrand n’a été élu que grâce aux rejets de Giscard, Chirac grâce aux projets de Jean-Marie Le Pen, Hollande grâce au rejet de Sarkozy. C’est d’ailleurs l’un des grands pièges de ces élections par défaut dans la mesure où  l’heureux  élu pense jouir d’une très forte adhésion à ses orientations alors qu’en réalité le résultat est certes le produit de soutiens conscients et actifs mais tout autant de votes pour empêcher un autre de l’emporter. Ainsi Mitterrand par exemple ou plus près de nous Hollande avaient surestimé le niveau d’adhésion à leurs thèses. Ils ont commencé par mettre en œuvre des orientations socialistes  avant de se raviser rapidement créant d’ailleurs une grande confusion dans leur propre camp.  Macron peut évidemment être fier de sa victoire, mais uen victoire due aussi  torpillage de Juppé puis de Fillon. Pour une part non négligeable macro doit sa conquête pouvoir à sa propre dynamique mais les circonstances l’ont bien aidé. Il conviendra sans doute qu’ils ne s’enivrent pas du parfum du pouvoir et reste lucide sur l’état des rapports de force politique dans le pays.

Macron : 66% des suffrages, grâce au naufrage de Le Pen

Macron : 66% des suffrages, grâce au naufrage  de Le Pen

 

 

Pour une part macro doit sa victoire au véritable naufrage de Marine Le Pen. Au début de la campagne électorale Marine Le Pen s’est réfugié dans le silence et cela a été très profitable à sa popularité. Les sondages de l’époque montraient  qu’elle pouvait être ne candidate dangereux voire même être élue. Mais dès lors qu’elle s’est mise à parler son score n’a cessé de diminuer. En cause évidemment les contradictions de la politique du Front national et leur caractère hasardeux voire dangereux tant sur le plan économique que sociétal. Le débat télévisé a été fatal à Le Pen ; elle s’est  poignardée elle-même en affichant son incompétence totale mais aussi à travers sa brutalité et sa vulgarité dévoilant ainsi sa vraie nature. Ce débat lui a fait perdre de leur une dizaine de points. ,  du coup Macron se retrouve avec un score assez inattendu, au-delà de ses espérances. Il le doit en partie à  Marine Le Pen. Emmanuel Macron remporte en effet  l’élection présidentielle avec plus de 66% des suffrages exprimés, selon les derniers résultats publiés par le ministère de l’Intérieur sur la base de la quasi-totalité des résultats reçus. Le candidat d’En Marche !, qui avait d’abord été donné vainqueur avec un score de plus de 65%, a remporté 66,06% des suffrages exprimés, soit plus de 20,7 millions de voix, selon un décompte fourni par le ministère de l’Intérieur sur la base de 99,99% des suffrages reçus. Sa rivale Marine Le Pen aurait remporterait 33,94% des suffrages, soit plus de 10,6 millions de voix, toujours selon ce même décompte non encore définitif.

Macron fait encore monter l’euro


Macron fait encore monter l’euro

 

Le premier tour des élections présidentielles avait déjà provoqué un effet bénéfique sur le cours de l’euro. Cet effet se confirme encore après l’élection de macro. Du coup mécaniquement les Français auront gagné 2,50 % de pouvoir d’achat en une quinzaine de jours, c’est-à-dire sans doute beaucoup plus que ce qui sera accordé en moyenne par exemple aux salariés et  retraités en 2017. L’euro a franchi en effet dimanche le seuil de 1,10 dollar pour la première fois depuis l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis et a inscrit un plus haut d’un an contre le yen en réaction à la large victoire d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle française. Emmanuel Macron a été élu dimanche président de la République en s’imposant avec plus de 65% des voix face à la candidate d’extrême droite Marine Le Pen.  Dans les premières transactions en Asie, l’euro a progressé de 0,2% touchant un point haut à 1,1023 dollar, au plus haut depuis le 9 novembre. La devise européenne a gagné jusqu’à 0,5% contre le yen, qui jouit d’un statut de valeur refuge, pour inscrire un plus haut d’un an à 124,58 yens. Le dollar a aussi progressé contre la devise japonaise, atteignant un plus haut de sept semaines à 113,14 yens. La devise européenne avait déjà fortement progressé après le premier tour de l’élection présidentielle française qui avait vu le candidat pro-européen d’En Marche! arriver en tête devant Marine Le Pen, le 23 avril dernier. L’euro s’est apprécié de 2,50% contre le dollar entre le 21 avril et le 5 mai. Sur la même période les actifs financiers français ont aussi bénéficié de la disparition du risque d’une sortie de la France de l’Union européenne et de l’euro lié à l’éventualité d’une victoire de Marine Le Pen. Au fur et à mesure des sondages d’intentions de vote pour le second tour confirmant la large avance d’Emmanuel Macron, la Bourse de Paris a accru ses gains pour progresser de près de 7,4% entre les deux tours contre une progression de 6,35% de l’indice Eurostoxx 50 des valeurs de la zone euro. L’écart entre le taux de rendement des obligations françaises et allemandes à 10 ans, mesure de la prime de risque exigée par les investisseurs pour détenir la dette publique française, a été divisé par deux, passant d’un plus haut de près de 80 points à moins de 40 points de base vendredi.

FN : un score historique mais un échec

FN : un score historique mais un échec

 

 

Indéniablement en recueillant environ 10 millions de suffrages le Front National a enregistré un score historique. Pourtant ce relatif succès laisse un goût d’échec au point d’ailleurs que se pose la question de l’avenir même du front national. L’ancien parti de Jean-Marie Le Pen pourrait même envisager de changer de nom mais peut-être aussi de stratégie en tentant une alliance avec les autres droites. Du coup, l’idéologie et les orientations  pourraient évoluer dans le même temps. Une évolution qui pourrait contrarier  les plus radicaux Se pose aussi la question du leader car Marine Le Pen a montré qu’elle avait atteint son seuil de compétences. Mais Compte tenu du fonctionnement démocratique du front national, elle ne sera pas facile à déboulonner. Donc un résultat paradoxal qui place le Front national à un moment critique de son histoire et peut-être, si la volonté de la candidate aboutit, à la veille d’une mue destinée à faire oublier ses faiblesses traditionnelles. « C’est un score historique mais, d’un autre côté, Marine Le Pen a fait monter les attentes d’une partie de ses électeurs depuis son accession à la tête du FN (en 2011-NDLR) », juge Joël Gombin, doctorant à l’université de Picardie et spécialiste du FN. « Elle se trouve dans un paradoxe, celui d’un véritable succès vécu comme un échec par ses partisans et les cadres de son parti », ajoute-t-il.   »On a vu réapparaître certaines faiblesses du FN : son caractère radical, populiste, son incapacité à présenter un programme social et économique cohérent, ses divisions internes et son image de parti d’extrême droite », selon Gilles Ivaldi, chercheur au CNRS et à l’université de Nice. « Il y a beaucoup de déception en interne même si personne ne conteste le leadership », relève par ailleurs Sylvain Crépon, chercheur à l’université de Tours. Pour réussir sa métamorphose, l’eurodéputée espère à plus ou moins brève échéance attirer à elle de nouveaux alliés, après le député Nicolas Dupont-Aignan bombardé « premier ministrable » de Marine Le Pen dans l’entre-deux-tours. La formation rêve de se constituer un groupe d’au moins 15 députés, un minimum qui lui garantirait une plus large exposition médiatique, davantage de financements et des facilités logistiques. « Ça pourrait amener progressivement le FN dans ce qui est la trajectoire de tous les partis populistes de droite. En France, la droite populiste a été maintenue longtemps a l’écart des cercles du pouvoir », relève Gilles Ivaldi. « Mais, en Autriche, aux Pays-Bas, au Danemark, en Norvège, en Italie, les droites populistes sont, à un moment donné, entrées dans des coalitions », ajoute-t-il. « Dans la plupart des cas, ça ne s’est pas très bien passé pour elles. »

Sondage : En Marche ! 250 à 300 députés aux législatives

Sondage : En Marche ! 250 à 300 députés aux législatives 

En marche pourrait obtenir la majorité absolue aux législatives. En tout cas les sondages prévoient pour l’instant entre 250 et 300 députés pour le parti de Macron. La majorité absolue à l’Assemblée est de 289 députés. Et, selon une enquête Opinionway-SLPV Analytics pour Les Echos publiée hier soir mercredi 3 mai, le mouvement d’Emmanuel Macron, En Marche!, obtiendrait de 249 à 286 députés aux élections législatives de juin en France métropolitaine. Le Front National, le parti d’extrême-droite dirigé par Marine Le Pen, n’aurait que 15 à 25 députés. C’est-à-dire encore moins que le Parti socialiste, pourtant laminé, avec 28 à 43 sièges. Le grand challenger d’En Marche! à la future Assemblée nationale, serait le parti Les Républicains et ses alliés centristes de l’UDI, qui sont crédités de 200 à 210 députés. Quant au Front de gauche, qui réunit le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France Insoumise arrivé 4e au premier tour de la présidentielle, et le Parti communiste, il n’obtiendrait que 6 à 8 sièges. En l’état actuel des choses, sachant que les « insoumis » de Mélenchon, qui n’ont reçu encore aucune consigne de vote pour le second tour, se sont prononcés à 65% pour un vote blanc ou nul, ou pour l’abstention, selon un sondage en ligne dont les résultats ont été publiés mardi 2 mai. Commentant les résultats de cette enquête publiés hier soir, le directeur général adjoint d’OpinionWay, Bruno Jeanbart, a estimé que le candidat d’En Marche! aurait de quoi constituer une vraie majorité, voire que la majorité absolue était à portée de main.

1...910111213...15



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol