Faut-il sauver le soldat Hamon

Faut-il sauver le soldat Hamon

Plombé dans les sondages, Hamon  se présente en combattant pour tenter de sauver ce qui peut encore l’être. En réalité il risque d’être le fossoyeur du parti socialiste dont  l’unité ne résistera pas aux résultats des présidentielles. Le parti socialiste depuis Épinay avait réussi dans une synthèse ambiguë à réunir gauchistes et réformateurs, plus précisément marxiste et sociaux démocrates. Mais cette unité de façade va nécessairement éclater avec Hamon qui se réfère clairement à l’idéologie obsolète et ringard du socialisme révolutionnaire, bref du gauchisme. Jusque-là la synthèse molle et trouble avait permis d’entretenir l’illusion d’une vision commune. Cette fois Benoît Hamon ne recherche même pas cette synthèse ambiguë et se positionne clairement à l’extrême gauche. Malheureusement le terrain est déjà occupé par Mélenchon ;  du coup,  deux candidats doivent  se partager les dépouilles des anciens électeurs du parti socialiste. La vérité c’est que Benoît Hamon se situe clairement dans une stratégie d’opposition et non dans une perspective de gouvernement. C’est évidemment un tournant historique pour le parti socialiste renvoyé au statut d’un groupuscule gauchiste dans le poids électoral dépassera à peine 10 % et qui risque même de n’avoir plus aucun député s’il ne trouve pas d’accord avec Emmanuel Macron. On se demande bien pourquoi le Premier ministre s’est rendu au siège du candidat socialiste pour lui rappeler son devoir d’unité. Peut-être pour gagner encore un peu de temps et pour  condamner un peu plus tard définitivement et Benoît Hamon et le parti socialiste. Le soldat Hamon en dépit de ses velléités guerrières à perdu la guerre électorale.  Déterminé à « tourner la page avec des recettes qui ont échoué », Benoît Hamon s’est pourtant présenté jeudi soir en « combattant » déterminé à rassembler sa famille politique malgré les doutes et les critiques d’une partie des socialistes sur sa campagne. Dans l’Émission politique, sur France 2, le candidat à l’élection présidentielle a rappelé à ses détracteurs la « légitimité » tirée de sa victoire à la primaire organisée en janvier par le PS. »Si, à la première salve, quelques-uns se dispersent, déguerpissent, soit. Mais moi aujourd’hui ma responsabilité, elle est d’abord vis-à-vis du peuple de gauche qui m’a confié le devoir d’être au second tour de l’élection présidentielle et de l’emporter », a-t-il déclaré. Des ministres comme Patrick Kanner et des ténors du PS comme le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, ont dit ne pas « se retrouver » dans la ligne défendue par l’ancien « frondeur ». Certains, comme l’ancien maire de Paris Bertrand Delanoë, ont même déjà fait le choix de rejoindre l’ancien ministre Emmanuel Macron, bien mieux placé que Benoît Hamon dans les sondages d’opinion. »Je ne suis pas là pour couper les têtes, quel sens cela aurait-il ? Je veux rassembler toute ma famille, je suis un combattant. De là où je viens j’ai appris à me battre, y compris quand le vent est mauvais », a dit le candidat socialiste sur France 2, oubliant sans doute de préciser qu’il vient du parti socialiste où il est né politiquement et où il vit de la politique depuis 25 ans comme oligarque. On fait mieux comme profil de combattant pour gagner une guerre !

0 Réponses à “Faut-il sauver le soldat Hamon”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol