Affaire Fillon : les rats quittent le fromage

Affaire Fillon : les rats quittent le fromage

 

 

En début de semaine, la plupart des responsables des Républicains soutenaient encore mordicus le bien-fondé de la candidature de François Fillon. Mais depuis hier des dizaines de responsables l’ont lâché. . Pourtant il y a quelques jours Nadine Morano et Gérard longuet et les autres réaffirmaient leur soutien indéfectible à Fillon : En fait, les rats quittent le fromage. Les ralliements surtout dans la famille des Républicains sont surtout de façade (on pourrait dire la même chose pour le parti socialiste). On se prononce d’abord pour un candidat, ensuite on se dépêche de soutenir un autre quand ce dernier présente les meilleures chances d’être finalement élu. Des ralliements de circonstance davantage par intérêt personnel que par intérêt national. Il s’agit de se ranger parmi les favoris du roi potentiel dans l’espérance d’obtenir un poste ministériel. On a vu ainsi nombre de sarkozystes démolir Juppé pour ensuite apporter leur soutien à François Fillon mais qui maintenant souhaitent la candidature du maire de Bordeaux. Les plus fidèles partisans de Fillon quittent le navire. Dernière démission en date celle du directeur de campagne.  Le directeur de campagne de François Fillon, Patrick Stefanini, a démissionné et il sera remplacé à partir de lundi par Vincent Chriqui, a annoncé l’équipe de campagne du candidat de la droite à l’élection présidentielle vendredi soir dans un communiqué. « Patrick Stefanini a présenté ce matin sa démission à François Fillon, qui l’a acceptée », peut-on lire.  »Patrick Stefanini sera en responsabilité jusqu’à l’issue du grand rassemblement populaire de dimanche, place du Trocadéro. Il sera remplacé lundi matin à la direction de campagne par Vincent Chriqui ». Maire Les Républicains de Bourgoin-Jallieu (Isère), ancien conseiller à Matignon, Vincent Chriqui était jusqu’à présent le président de l’association de financement de l’équipe de François Fillon, en pleine tourmente politique et judiciaire. Le Journal du Dimanche a publié sur son site internet la lettre de démission de Patrick Stefanini, qui regrette notamment que l’ex-Premier ministre ait choisi de maintenir sa candidature plutôt que se retirer, comme il le lui conseillait. « Je ne suis donc plus le mieux placé pour diriger ta campagne et j’en tire les conclusions », écrit-il. « Tu peux t’appuyer sur Bruno Retailleau, le coordonnateur général de ta campagne, qui t’a encouragé à poursuivre. » Et pour cause le transparent Bruno retaille au espéré devenir premier ministre. Avec Juppé il ne sera même pas secrétaire d’État aux anciens combattants ! L’ancien directeur de campagne de Fillon invoque également les défections en cascade dans l’équipe de campagne, du fait de la perspective de la mise en examen du candidat dans l’affaire des emplois fictifs présumés dont aurait profité sa famille. « Il ne reste plus rien ou presque du fruit de ce travail, c’est-à-dire d’un large rassemblement de la droite et du centre derrière ta candidature », explique Patrick Stefanini. « Ta défaite au premier tour ne peut donc plus être exclue (…) Je me refuse à assumer cette perspective. » Il évoque enfin l’organisation, décidée après l’annonce de la convocation de François Fillon par des juges le 15 mars, d’un rassemblement de soutien dimanche à Paris. « Le fait que ce rassemblement puisse être présenté dans une partie de la presse comme une atteinte aux valeurs de la République montre qu’il y a quelque chose de pourri au royaume français de la presse et de la politique », écrit-il. Cet ancien proche de Juppé dont il a été directeur adjoint de cabinet n’hésite pas à faire étalage de sa rancœur. Pas étonnant lui aussi peu faire une croix sur ses épées espérance de Marocains.

0 Réponses à “Affaire Fillon : les rats quittent le fromage”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol