Air France : le coup de l’augmentation de capital !

Air France : le coup de  l’augmentation de capital !

En général il faut-se mieux fait méfier du coup de l’augmentation de capital dans une entreprise où l’État possède encore une part importante. Il s’agit tout simplement de boucher un trou du fait de manque de rentabilité chronique. Une rentabilité structurellement insignifiante depuis des années du fait en particulier du poids de la masse salariale. La vérité c’est que cette insignifiante rentabilité n’a été obtenue que grâce à quelques artifices comptables. Le patron de la compagnie reconnaît lui-même le manque de compétitivité d’Air France. « Nous sommes parmi les grandes compagnies celle dont la rentabilité est la plus faible : la moitié de celle de Lufthansa, le tiers de celle de British Airways et le quart de celle de Delta ou d’easyJet », a-t-il martelé. Le PDG d’Air France-KLM a également souligné les autres faiblesses du groupe. Sa valorisation boursière est ainsi « ridiculement basse », de l’ordre de 1,5 milliard d’euros, « quatre fois inférieure à celle de Lufthansa et dix fois moindre que celle de Ryanair, soit la valeur de dix avions long-courriers alors que nous en avons 160 ». Quant au niveau d’endettement, il est encore trop élevé (5,6 milliards d’euros), « ce qui fait qu’aujourd’hui, les capitaux propres d’Air France sont négatifs ». Air France fait partie des compagnies les plus endettées (4,2 milliards d’euros) et les moins capitalisées. L’an passé, elle a échappé de peu à une recapitalisation grâce à la vente de 49,9% de sa filiale de restauration Servair et sa part dans Amadeus pour un total de 440 millions d’euros. Mais cela ne suffira pas. Entre 600 et 800 millions pourraient être nécessaires, estiment plusieurs sources. Contactée, la direction d’Air France KLM n’a pas souhaité commenter. L’État, actionnaire à 17,6%, s’inquiète pourtant de cette situation. « Emmanuel Macron disait qu’Air France était le prochain Areva » confie un proche de l’ancien ministre de l’Économie. Lors de l’arrivée du PDG Jean-Marc Janaillac l’été dernier, Bercy a insisté sur la nécessité d’améliorer la compétitivité de l’entreprise grâce à un accord social fort. « Mais acheter des avions coûte cher et la solidité du bilan compte » reconnaît un ancien cadre du ministère. À partir du 1er janvier 2019, une nouvelle norme comptable va en effet obliger Air France à intégrer à son bilan les loyers de leasing de ses avions. Une mauvaise nouvelle pour le groupe qui loue 40% de ses appareils contre seulement 20% pour la plupart de ses concurrents. Sa dette comptable augmentera ainsi de 7 milliards d’euros et deviendra insoutenable.

0 Réponses à “Air France : le coup de l’augmentation de capital !”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




bessay |
Perspectives et Alternatives |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol