Nouvelle contre-expertise sur le Rio-Paris

Nouvelle contre-expertise sur le Rio-Paris

 

Une nouvelle enquête qui n’aboutira sans doute à rien tellement les expertises sont cadenassées par certains lobbies. Les juges d’instruction ont ordonné début février une nouvelle contre-expertise pour faire la lumière sur les causes de l’accident du vol Rio-Paris d’Air France, qui avait fait 228 morts en juin 2009, a-t-on appris vendredi de source judiciaire. Les experts désignés doivent rendre un rapport provisoire le 3 septembre prochain, précise-t-on de même source, confirmant des informations de France Télévisions. Une expertise et une contre-expertise ont déjà été menées mais cette dernière, accablante pour l’équipage d’Air France, avait été annulée en 2015 par la cour d’appel de Paris pour une question de procédure. Le premier rapport d’enquête administrative, remis en 2012, concluait à la fois à des causes humaines et techniques ainsi qu’à des problèmes de formation et de prévention. Les enquêtes menées jusque la sont surtout le fait du BEA. Un BEA qui dépend sous contrôle de l’Etat en fait souvent aussi sous contrôle des intérêts économiques. A juste titre le syndicat des pilotes demande une réelle indépendance politique et financière du BEA. Trop souvent en effet la responsabilité a été reportée indûment sur les pilotes Le SNPL demande depuis longtemps une réforme du mode de fonctionnement global du BEA. L’une des premières pistes étant la participation des pilotes aux enquêtes. «Nous ne sommes pas présents en tant que représentants de cette fonction dans un BEA qui s’attache à trouver les circonstances d’un accident», déplore le SNPL. Le SNPL souhaite aussi un BEA plus indépendant d’un point de vue politique et budgétaire. «Lorsque nous sommes dans l’émotion, il y a un besoin purement politique de se saisir de l’affaire, d’avoir les informations avant les autres. « Or le seul rôle du BEA est d’émettre des recommandations après avoir identifié des menaces», affirme Jean-Jacques Elbaz.  Le débat sur l’indépendance du BEA avait déjà été lancé en 2009, après le crash du vol Rio-Paris. En 2011, des familles des victimes ont ainsi porté plainte auprès du procureur de la République pour «entrave à la manifestation de la vérité». A l’époque, le SNPL pointait aussi du doigt le manque d’indépendance du BEA à l’égard de l’autorité de tutelle, à savoir le ministère des Transports qui nomme par décret son directeur général, ou des industriels. «Le BEA ne doit pas être un outil qui sert les intérêts des uns et des autres», rappelle aujourd’hui le syndicat. Air France et Airbus sont mis en examen pour « homicides involontaires » depuis mars 2011 mais aucun procès ne s’est tenu à ce jour.

0 Réponses à “Nouvelle contre-expertise sur le Rio-Paris”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




bessay |
Perspectives et Alternatives |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol