• Accueil
  • > politique
  • > Revenu universel : pour le financement, on verra plus tard !

Revenu universel : pour le financement, on verra plus tard !

Revenu universel : pour le financement, on verra plus tard !

 

Face aux nombreuse questions relatives au financement du revenu universel la réponse est : on verra plus tard notamment dans le cadre de la grande conférence  citoyenne pour fixer le périmètre du revenu universel, à savoir son montant, son financement, son articulation avec les autres allocations sociales et son calendrier de mise en œuvre. Une fois que ces paramètres seront définis, le revenu universel sera ensuite généralisé à l’ensemble de la population déclare Benoît Hamon.  il a d’ailleurs indiqué hier que le détail de sa proposition, c’est-à-dire son champ ses modalités et son financement n’était pas le plus important mais qu’il fallait « promouvoir un imaginaire puissant » dans le peuple !

Le revenu universel d’existence consiste en un revenu-socle accordé à tous les Français, salariés ou non, sans contrepartie. À terme, ce revenu devrait atteindre 750 euros mensuels (certains parlent de 1000 euros). À peine annoncée, la mesure a provoqué le scepticisme d’une partie de la classe politique. Le candidat a précisé la mise en place de sa mesure sur son site internet. Tout d’abord, dès 2018, le RSA serait augmenté de 10%. Il passerait à 600 euros. Benoît Hamon souhaite le distribuer à tous ceux qui y ont droit (aujourd’hui un tiers des bénéficiaires ne le réclame pas). Il voudrait également étendre cette prestation sociale aux jeunes de 18 à 25 ans, ce qui n’est pas le cas actuellement.  S’il devait étendre cette mesure à l’ensemble des Français majeurs, Hamon aurait besoin de trouver 468 milliards d’euros en année pleine pour la financer (selon l’Institut national de la statistique et des études économiques, il y avait environ 52 millions de Français de plus de 18 ans au 1er janvier). De ce coût, on pourrait déduire plusieurs aides sociales, dont :

  • les prestations maternité-famille (53 milliards d’euros en 2014, selon le ministère des affaires sociales) : allocations familiales, aides à l’enfance, etc. ;
  • les aides au logement (18 milliards d’euros en 2014) ;
  • les aides pour la lutte contre la pauvreté, principalement le revenu de solidarité active (RSA) mais aussi la prime d’activité et l’allocation spécifique de solidarité (17,7 milliards d’euros en 2014).

M. Hamon n’a pas détaillé quelles aides pourraient disparaître au profit du revenu universel, mais cela pourrait représenter une enveloppe de l’ordre de 90 milliards d’euros à déduire de son coût. Resterait donc, tout de même, autour de 380 milliards d’euros à trouver, soit l’équivalent peu ou prou du budget actuel de l’Etat (387 milliards d’euros de dépenses prévus en 2017).

Du coup Benoît Hamon et revenu sur l’ampleur de sa proposition en limitant ce fameux revenu universel à une augmentation du RSA applicable aussi aux jeunes de 18 à 25 ans. Ce qui représenterait quand même une dépense de leurs deux 50 milliards environ   dont on ne sait pas non plus comment ils seraient financés. Benoît Hamon parle d’une augmentation de l’impôt sur le revenu, d’une éventuelle intégration de certaines prestations sociales et aussi d’un impôt sur les robots. Une proposition qui repose sur l’idée que les robots vont supprimer le travail. Comme si les robots n’étaient pas plus facilement délocalisables que le travail dans des pays à plus faible fiscalité. Bref, une utopie totale,  mortifère économiquement et socialement mais une martingale politique qui marche d’autant mieux qu’on ne sait pas comment elle serait financée.

0 Réponses à “Revenu universel : pour le financement, on verra plus tard !”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol