Non à une majorité d’appareils (Macron)

Non à une majorité d’appareils (Macron)

 

 

Macron a clairement affirmé qu’il ne souhaitait surtout pas une majorité d’appareils c’est-à-dire avec les organisations concurrentes ou même avec les apparatchiks qui se rallient à lui. Il ne souhaite même pas le soutien de François Hollande qui effectivement constituerait davantage un boulet qu’un apport positif. Il est clair que le mouvement de ralliement à Macron va s’amplifier et que nombre de députés notamment du parti socialiste chercheront à sauver leur peau en n’obtenant le label « en marche ». Rien de surprenant puisque les très récents sondages montrent que Hamon ou Montebourg, probables vainqueurs de la primaire à gauche seront scotchés à 7 % lors du premier tour des présidentielles tandis que Macron peut espérer jusqu’à 21 %. Le risque pour Emmanuel Macron c’est qu’il soit rapidement phagocyté par de vieux crocodiles de la politique qui à terme seraient susceptibles de neutraliser la dynamique qu’il a engagée. Certes il ne peut refuser ses soutiens ; par contre, il doit veiller à ne pas leur accorder son investiture. Certains des oligarques des partis concurrents soutiennent que Macron ne peut s’appuyer sur personne d’expérience notamment pour les législatives. Or c’est précisément cette pseudo expérience des professionnels de la politique qui a conduit le pays dans lequel il est. Les barons de la politique sont aussi responsables de la dégradation économique et financière de leur fief. Une raison à cela : leur rapport à l’économie est assez approximatif ;  en outre ils sont davantage intéressés par des projets somptuaires assez souvent inutiles que par le développement et le soutien à l’emploi. Du coup, autant pour Macron  renouveler complètement la sociologie des élus locaux en s’appuyant notamment sur des plus jeunes leur des élections législatives. Le non aux vieux crocodiles vaut aussi pour Hollande.   »Je ne sollicite pas son soutien ou son ralliement (…) Il est important que le président, jusqu’au dernier jour, puisse assumer ses fonctions pleinement et donc ne prenne pas part à la campagne présidentielle », a-t-il déclaré. « Je veux être très clair », a pour sa part averti l’ancien ministre de l’Economie : « Il n’y aura aucun accord d’appareil avec quelque parti que ce soit, ce sont les idées et la volonté de transformer le pays qui doivent nous unir. » Il a dit tendre la main à tous les militants ou élus de gauche, écologistes, du centre et de droite qui se retrouveront dans son projet mais averti que sa démarche n’était pas destinée aux « déçus » mais aux « lucides » et aux « convaincus ». « Je ne négocierai aucune circonscription contre un ralliement et ne sacrifierai rien de nos engagements initiaux. » Il a lancé un appel à candidatures pour les législatives à tous les membres d’En Marche! ou à ceux qui souhaiteraient rejoindre le mouvement. Ils peuvent notamment s’inscrire par internet grâce à un formulaire en ligne. Au moins 50% des candidats issus notamment de la société civile devront ainsi être des nouveaux venus. Pour les autres, Emmanuel Macron entend veiller au pluralisme et à l’équilibre des sensibilités politiques d’origine.

0 Réponses à “Non à une majorité d’appareils (Macron)”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol