Minima sociaux : 42 % pour les dépenses contraintes

Minima sociaux : 42 % pour les dépenses contraintes

 

 

Une étude fondamentale qui montre d’une part la difficulté de vivre avec les minima sociaux (même si certains les détourner de leur véritable objet cela ne discrédite pas le principe de solidarité). On gros ce que démontre cette statistique c’est qu’en vivant avec environ 1000 euros par mois en enlevant les dépenses contraintes restent 330 euros par mois, soit 11 euros par jour et par « unité de consommation » au sein du foyer.la démonstration évidemment que la mesure de l’évolution du cout de la vie (indice des prix de la consommation de l’INSE)   est complètement obsolète.  En effet depuis plusieurs années l’inflation mesurée est presque insignifiante ;  du coup,  les salaires, pensions et minima sociaux des plus modestes ne sont pas évalués à la hauteur nécessaire. De ce faite la part des dépenses contraintes ne cesse  de progresser au détriment des autres dépenses de consommation par exemple concernant l’alimentation ou les soins. Il faudrait une batterie d’indices des prix selon les catégories sociales et les zones de résidence pour mesurer avec pertinence la véritable augmentation des prix ;  en 2017 par exemple  si l’inflation restera officiellement contenue en dessous de 1 %,  il faudra quand même compter avec l’augmentation significative de certains tarifs d’abonnement, électricité, de gaz, d’assurance ou de banque. C’est le défi posé à un attributaire de minima sociaux sur deux en France, selon une étude réalisée par la Direction de la recherche (DREES) du ministère des Affaires sociales. Ces chiffres qui viennent d’être publiés sont déjà un peu anciens, puisqu’ils remontent à 2012, mais il n’y a pas de données plus récentes. Depuis, les minima ont été revalorisés de 10 %, les aides à la couverture santé complémentaire élargies, et le prix des forfaits téléphoniques s’est effondré. Mais cet instantané permet de comparer la situation des plus pauvres et n’a guère de pertinence, en outre, il permet de contenir la hausse des salaires et pensions. Malheureusement faute d’augmentation réelle des revenus, la consommation se trouve impactée négativement par cette quasi stagnation voir cette régression des revenus. Or la consommation représente plus de 50 % du PIB. Pour les moins favorisés une fois payée les dépenses contraintes difficiles de dépenser davantage en consommation.  Le « reste-à-vivre » de 330 euros est obtenu en déduisant plusieurs dépenses contraintes du revenu disponible médian (qui inclut les allocations logement). Ce revenu s’élève à 910 euros par mois chez les bénéficiaires de minima sociaux, avec des nuances s’ils sont chômeurs en fin de droits (ASS), pauvres en âge de travailler (RSA) ou à la retraite (minimum vieillesse), ou handicapés (AAH). Les allocataires consacrent 29 % de leur budget aux frais de logement, soit dix points de plus que l’ensemble de la population. Viennent ensuite trois autres postes de dépenses contraintes qui mobilisent chacun 4 % du budget : remboursement d’emprunts hors achat de la résidence principale et frais bancaires ; cotisations aux assurances hors santé ; abonnements de télécommunication.

 

0 Réponses à “Minima sociaux : 42 % pour les dépenses contraintes”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




bessay |
Perspectives et Alternatives |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol